Jean-Benjamin de La Borde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne pas confondre avec un autre fermier général Jean-Joseph de Laborde également guillotiné en 1794
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laborde.
Jean-Benjamin de La Borde
Jean-Benjamin de La Borde.png
Portrait de Jean-Benjamin de La Borde
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Chorégraphe, compositeur, historien de la musique, librettiste, musicienVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Autres informations
Mouvement
Genre artistique

Jean-Benjamin de La Borde (ou de Laborde) est un compositeur français, historien et fermier général, né à Paris le et mort guillotiné dans la même ville le (4 thermidor an II).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du banquier Jean-François de La Borde, et de sa seconde épouse, Jean-Benjamin de La Borde épouse Adélaïde-Suzanne de Vismes (Paris, 10 novembre 1753 - Paris, 18 juillet 1832)[1],[2], poétesse et dame de lit de la reine Marie-Antoinette.

Jean-Baptiste André Gautier-Dagoty, Madame de Vismes faisant la lecture à la reine (1777), château de Versailles.

Lui-même premier valet de chambre et favori de Louis XV, receveur général des finances, puis fermier général, il étudia le violon avec Antoine Dauvergne et la composition avec Jean-Philippe Rameau[3], mit en scène plusieurs opéras et fit imprimer somptueusement plusieurs ouvrages. Éditeur de chansons et historien de la musique à ses débuts, La Borde officia vers 1780 comme polygraphe en éditant notamment les Tableaux topographiques, pittoresques, physiques, historiques, moraux, politiques, littéraires, de la Suisse de Béat Fidèle Antoine Dominique Zurlauben (1780-1786). Dans ses Lettres sur la Suisse, adressées à Madame de M*** (1783), relation épistolaire sur son tour de Suisse de l'été 1781, il ne trahit aucune complaisance à l'égard de Jean-Jacques Rousseau[4]. Voici ce qu'il dit de Vevey le 25 juillet 1783 :

« Le pays s'appelle Lavaux, et produit principalement du vin, que j'ai trouvé le meilleur de la Suisse. Il est blanc, doux, léger, agréable; c'est un bon vin d'ordinaire, et fort fin quand il est naturel, c'est-à-dire lorsque les marchands ou les voituriers ne se sont pas amusés à nos dépens. On traverse les villages de Lutry, Cully, Saint-Saphorin, Corsier, et la tour de Glérolles, bâtie, dit-on, par les Romains. La seule curiosité de tout ce pays est une colonne milliaire qui prouve que d'Avenches à Saint-Saphorin il y a 37 000 pas ; ce qui ne laisse pas d'être agréable à savoir. […] Me voici à Vevey. Je ne saurais vous exprimer, madame, combien je désirais de voir cette ville et ses environs si vantés par Rousseau, et devenus si célèbres par son roman d'Héloïse. Je me disais souvent, si le fonds de toute cette histoire n'est qu'un conte, au moins les descriptions qu'il fait des sites, des mœurs, etc. doivent être des vérités. Mais, madame, mon attente a été entièrement trompée. J'ai trouvé, il est vrai, la situation de Vevey charmante, et ses habitants de bonnes gens ; mais les divins bosquets de Clarens, l'Élysée, les charmes que l'on goûte en habitant des chalets, tout cela n'a jamais existé que dans le cerveau bouillant de Rousseau. »

Amant en titre de la danseuse Marie-Madeleine Guimard, il participa aux représentations qu'elle donna dans son théâtre de Pantin, puis à celui de la Chaussée-d'Antin.

Il logeait à Paris, rue et porte Montmartre.

Guillotiné le (4 thermidor an II)[5], il est enterré dans une des fosses du cimetière de Picpus à Paris.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Publications littéraires[modifier | modifier le code]

  • Les Amours du grand Alcandre, par Mlle de Guise ; suivis de pièces intéressantes pour l'histoire de Henri IV. Tome premier [et second]. - A Paris : de l'imprimerie de Didot l'aîné, 1786. [BM de Senlis]
  • Essai sur la musique ancienne et moderne, en 4 tomes et 6 livres, Paris, P. D. Pierres, 1780.
  • Lettre de Marion de Lorme, aux auteurs du Journal de Paris. - A Londres : [s.n.], 1780 [BM de Senlis]
  • Pièces du procès de Henri de Tallerand, comte de Chalais. Décapité en 1626. -Londres : [s.n.], 1781. [BM Senlis]
  • Tableaux topographiques, pittoresques, physiques, historiques, moraux, politiques, littéraires de la Suisse, Paris, Clousier, 1780-1786 (3 vol., soit 2 tomes et 1 atlas)
  • Description générale et particulière de la France... [Voyage pittoresque de la France, avec la description des toutes ses provinces [...] Paris, Imprimerie de Pierres, Lamy, 1781-1800. 12 tomes en 10 volumes.
  • Mémoires historiques sur Raoul de Coucy, 1781.
  • Pensées et maximes, 1791, ed., Paris, Lamy, 1802 :
    • « Pourquoi les mêmes égards que l'on se croit dus lorsqu'un grand les refuse, semblent-ils une grâce lorsqu'il les accorde ? » (p. 49)
    • « L'argent est un bon serviteur, mais un mauvais maître[6]. » (p. 6)

Œuvres musicales[7][modifier | modifier le code]

  • La Chercheuse d'oiseaux (livret de Derozée), Parodie (Mons, 1748)
  • Le Rossignol ou Le Mariage secret (livret de Charles Collé), donné le 18 novembre 1751 au Château de Berny puis en 1751 à Paris, au Théâtre de Société
  • Gilles, garçon peintre, z'amoureux-t-et-rival (livret d'Antoine Alexandre Henri Poinsinet d'après E. Duni, Le Peintre amoureux de son modèle, 1757), parade et parodie en un acte, donné en privé le 2 mars 1758
  • Les Épreuves de l'amour (livret de Louis Anseaume), donné en 1759 à la Foire Saint-Germain à Paris
  • Les Trois Déesses rivalles (1760, non représenté)
  • Les Bons Amis ou Les Bons Compères (livret de Michel-Jean Sedaine) donné le 5 mars 1761 à l'Opéra-Comique; revu comme L'Anneau perdu et retrouvé le 8 août 1764 à la Comédie-Italienne
  • Annette et Lubin (livret de Jean-François Marmontel), pastorale en 1 acte donnée le 30 mars 1762 au Théâtre du maréchal de Richelieu
  • Ismène et Isménias ou La Fête de Jupiter (livret de Pierre Laujon), tragédie lyrique en 32 actes donnée le 13 juin 1763 à Choisy puis le 11 décembre 1770 à l'Académie royale de musique
  • Le Dormeur éveillé (livret conjoint de Ménilglaise et Laborde), donné le 27 octobre 1764 à Fontainebleau
  • Les Amours de Gonesse ou Le Boulanger (« Le Mitron et la mitronne ») (livret de Charles-Simon Favart et Chamfort), opéra bouffon en un acte donné le 8 mai 1765 à la Comédie-Italienne
  • Fanny (livret de Chamfort), 1765 (non représenté)
  • Thétis et Pélée (livret de Fontenelle, tragédie lyrique en 3 actes donnée le 10 octobre 1765 à Fontainebleau
  • Zénis et Almasie (livret de Chamfort et du duc de La Vallière), ballet-héroïque en 1 acte donné le 2 novembre 1765 à Fontainebleau avec Bernard de Bury
  • Le Coup de fusil (1766)
  • La Madragore (1766)
  • Le Revenant (livret de François Guillaume Desfontaines [Fouques]), (1766)
  • Pandore (livret de Voltaire et Michel Paul Guy de Chabanon), tragédie lyrique en 5 actes donnée le 14 février 1767 au Théâtre des Menus-Plaisirs
  • Amphion (livret d'Thomas), ballet-pastorale-héroïque en 1 acte donné le 13 octobre 1767 à l'Académie royale de musique
  • Colette et Mathurin (livret de Desfontaines), 1767
  • La Meunière de Gentilly (livret de Pierre-René Lemonnier)[1], comédie meslée d'ariettes en un acte le 13 octobre 1768 à la Comédie-Italienne
  • Candide (livret Le Prieur), 1768
  • Alix et Alexis (livret de Poinsinet) donné le 6 juillet 1769 à Choisy)
  • Le Chat perdu et retrouvé (livret de Carmontelle), donné en 1769 à la Comédie-Italienne
  • Jeannot et Colin (livret de Desfontaines), 1770
  • La Cinquantaine, pastorale en 3 actes donnée le 13 août 1771 à l'Académie royale de musique
  • Amadis de Gaule (livret de Philippe Quinault), tragédie lyrique en 5 actes donnée le 26 novembre 1771 à l'Académie royale de musique)
  • Le Billet de mariage (livret de Desfontaines), donné le 31 octobre 1772 à la Comédie-Italienne
  • Adèle de Ponthieu (livret de Jean-Paul-André Razins de Saint-Marc), tragédie lyrique en 3 actes données le 1er décembre 1772 à l'Académie royale de musique) avec Pierre Montan Berton
  • Le Projet (livret de Nicolas Étienne Framéry), 1772
  • L'Amour quêteur (livret d'Alexandre-Louis-Bertrand Robineau), donné en 1779 à Trianon
  • La Chercheuse d'esprit (livret de Favart)
  • Choix de chansons mises en musique par M. de La Borde, Paris, Impr. de De Lormel, 1773 (avec planches illustrées de Jean-Michel Moreau (1741-1814)
Cartes et plans
  • Histoire abregee de la Mer du Sud ornee de plusiers cartes, 1791
  • Carte d'une partie de la Mer du Sud avec des details sur les principles isles de cette mer par Mr. de Laborde, Paris, P. Didot, 1791
  • Carte d'une partie de la Nouvelle Hollande et l'isle des Arsacides decouverte par Mrs de Bougainville de Surville et Shortland; et de quelques autres cotes de la Mer du Sud par Mr. de Laborde, Paris, P. Didot, 1791

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Teysseire, « Mort du roi et trouble féminin : le premier valet de chambre de Louis XV consulte Tissot pour sa jeune femme (mai 1776) », in Santé et maladie au XVIIIe siècle, Rodopi (1995), p. 53. (ISBN 9051838166).
  2. Il sagit bien de de Vismes et non de Wismes (voir [www.pastellists.com/Genealogies/Laborde.pdf pastellists.com] et « Jean-Benjamin de La Borde » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.).
  3. Dictionnaire biographique des musiciens, Éd. Bouquins.
  4. Jean-Daniel Candaux, dans sa notice sur Laborde pour le Dictionnaire historique de la Suisse, écrit : « Il s'agit de l'ouvrage, largement compilé, d'un voltairien contempteur de Rousseau, se faisant à l'étape de Genève l'écho de l'agacement de Vergennes, ministre français des Affaires étrangères, envers les bourgeois contestataires. Les lettres sont illustrées d'une carte générale de la Suisse, ainsi que de plans détaillés de la nouvelle ville de Versoix et de la saline du Bévieux. »
  5. Liste des victimes du Tribunal révolutionnaire à Paris, A. Picard, 1911 disponible sur Gallica
  6. Cette citation est souvent attribuée à Alexandre Dumas fils ; elle est effectivement dans la préface de la Dame aux camélias (1848). Mais elle est beaucoup plus ancienne. On la trouve en latin dans l'œuvre de Francis Bacon : Divitiæ bona ancilla, pessima domina. (The works of Francis Bacon t.1 / Spedding, Ellis and Heath. London 1858 / p. 691).
  7. operone.de

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Pichard du Page, « Un financier dilettante : Jean-Benjamin de La Borde », dans Revue de l'Histoire de Versailles et de Seine-et-Oise', 1926, pages 106-127 et 191-213 (en ligne).
  • Jacques-André-Robert de Visme, Un favori des dieux: Jean-Benjamin de La Borde, 1734-1794, Paris, Eugène Figuière, 1935.
  • Emil Haraszti, « Jean-Benjamin de Laborde et la musique hongroise », dans Revue de musicologie, XVI, no 54, mai 1935, p. 100-107.
  • Emil Haraszti, « Jean-Benjamin de Laborde et la musique hongroise », dans Revue de musicologie, no 55, août 1935, p. 168-178.
  • Mathieu Couty, Jean-Benjamin de Laborde ou Le bonheur d'être fermier-général, Paris, M. de Maule, 2001.

( Compte-rendu de ce livre, par Reynald Abad dans Persée)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Laborde-Rameau, Trio Dauphine, 2015. Extraits des Trois Recueils de Chansons avec accompagnement de harpe, de violon et de clavecin [1].

Liens externes[modifier | modifier le code]