Jean-Baptiste Rudelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Baptiste Rudelle
Jean-Baptiste Rudelle.jpg
Jean-Baptiste Rudelle
Biographie
Naissance
(51 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Française
Formation
Supélec (1991)
Activité

Jean-Baptiste Rudelle, né le à Paris, est un entrepreneur et dirigeant d'entreprise français, fondateur et Président de Criteo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Son père, Pierre-Marie Rudelle est artiste-peintre et sa mère, Odile Rudelle chercheuse en science politique[1].

Jean-Baptiste Rudelle est diplômé en sciences des télécommunications de Supélec[1],[2].

Débuts[modifier | modifier le code]

Après ses études, il travaille chez Enercal (EDF) de 1991 à 1993, puis chez Philips-Lucent de 1993 à 1996. De 1996 à 1999, il est consultant mobile et internet chez Roland Berger, puis chez Arthur D Little[3]. Parallèlement à son poste de consultant, il crée Kallback, une entreprise spécialisée dans le call-back[4].

En 1999, associé à Jean Charbonnier et Francis Cohen, Jean-Baptiste Rudelle lance le site Kiwee (et sa société K-Mobiles) spécialisé dans les jeux par SMS, sonneries et logos[2]. Kiwee décolle et la société est revendue à American Greetings en 2004. Jean-Baptiste Rudelle prend la direction de la zone Europe d'AG Interactive, la filiale mobile de son nouveau groupe[5].

Fondateur-Président de Criteo[modifier | modifier le code]

En 2005, il fonde Criteo avec Franck Le Ouay et Romain Niccoli. Après 3 ans de R&D, Criteo se lance en 2008[6]. Jean-Baptiste Rudelle déménage à Palo Alto en Californie pour développer Criteo dans la Silicon Valley, et fait entrer le fonds d'investissements Bessemer Venture Partners au capital de son entreprise[3].

Il revient à Paris en 2012[1]. Il inaugure le nouveau centre R&D Criteo Lab de 10.000 m² à Paris-Opéra[7]. En , Criteo fait son entrée au Nasdaq, la première entreprise française depuis 1997 à rejoindre les indices des valeurs technologiques de la bourse de New York[2],[8].

En , il quitte la direction générale de Criteo[9]. Il lance l'application de covoiturage urbain Less qui lève 16 millions d'euros en et qu'il revend à Blablacar en [10].

En , Jean-Baptiste Rudelle revient à la direction générale de Criteo[9]. En , il annonce le lancement d'un laboratoire de recherche en intelligence artificielle[11]. En 2019, Criteo s'oriente vers la création d'une plateforme publicitaire ouverte pour s'adapter aux nouvelles législations en vigueur[12]. En , la transformation de Criteo étant amorcée, il passe la main à Megan Clarken au poste de CEO et devient Président du conseil d'administration pour assurer une transition opérationnelle en douceur jusqu'à l'annonce des résultats 2019[13].

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

  • Depuis 2018 : Fondateur du Programme Alpha qui soutient financièrement les femmes porteuses de projets entrepreneuriaux ou universitaires[14]
  • Depuis 2016 : Cofondateur-Président The Galion Project[15]
  • Précédemment membre du Conseil national du numérique[16]
  • Précédemment membre du conseil d'administration de l'association France Digitale[17]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Rudelle, Vous avez dit progrès ? Pourquoi votre avocat ne peut plus se payer de baby-sitter, l'Harmattan, , 174 p. (ISBN 978-2-7475-9542-1, lire en ligne)
  • Jean-Baptiste Rudelle, Bien investir en Publicité sur Internet, , 136 p. (ISBN 978-2-8106-1112-6)
  • Philippe Trouchaud (préf. Jean-Baptiste Rudelle), La cybersécurité au-delà de la technologie : comment mieux gérer ses risques pour mieux investir, Odile Jacob, , 192 p. (ISBN 978-2-7381-6369-1, lire en ligne)
  • Jean-Baptiste Rudelle, On m'avait dit que c'était impossible : le manifeste du fondateur de Criteo, Paris, Le Livre de Poche, , 253 p. (ISBN 978-2-253-18619-9)

Récompenses[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Rudelle est marié. Il a deux filles[1]. Joueur d'échecs, il participe au tournoi "Pro-Amateur" du Paris Grand Chess Tour en en duo avec Veselin Topalov, tournoi qu'ils remportent et durant lequel ils affrontent entre autres Garry Kasparov[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Aude Fredouelle, « Jean-Baptiste Rudelle, l'homme discret à l'origine de Criteo », JDN,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c Claire Arsenault, « Criteo, une start-up française qui enchaîne les succès », RFI,‎ (lire en ligne)
  3. a et b Emmanuelle Delsol, « Jean-Baptise Rudelle, l'artisan du succès de Criteo », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne)
  4. Fabien Claire, « L'heure de gloire a sonné », JDN,‎ (lire en ligne)
  5. Philippine Arnal, « Le Français Kiwee entre dans le giron d'American Greetings », JDN,‎ (lire en ligne)
  6. William Coop, « Criteo "recible" les internautes », L'Express,‎ (lire en ligne)
  7. Jérôme Bouteiller, « Jean-Baptiste Rudelle, Criteo : « Nous allons continuer à renforcer nos capacités big data temps réel » », IT Espresso,‎ (lire en ligne)
  8. Isabelle Lesniak, « Jean-Baptiste Rudelle, un Français à Wall Street », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  9. a et b Innocentia Agbe, « Jean-Baptiste Rudelle rappelé au poste de directeur général de Criteo », French Web,‎ (lire en ligne)
  10. Maxence Fabrion, « BlaBlaCar met la main sur Less, l’application de covoiturage urbain lancée par Jean-Baptiste Rudelle », French Web,‎ (lire en ligne)
  11. Léa Lejeune, « Comment Jean-Baptiste Rudelle veut sauver Criteo face aux GAFA », Les Échos,‎
  12. Fabienne Schmitt, David Barroux et Sébastien Dumoulin, « « On ne peut pas laisser aux Gafa les clefs du camion », selon le patron de Criteo », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  13. Alexandre Debouté, « Criteo: Jean-Baptiste Rudelle passe la main à Megan Clarken », sur Le Figaro.fr, (consulté le 29 novembre 2019)
  14. « Comment a été conçu le Programme Alpha? », sur Programme Alpha
  15. « À propos », sur The Galion Project
  16. Hugo Sedouramane, « Le Conseil national du numérique ressuscite avec 30 nouveaux membres », JDN,‎ (lire en ligne)
  17. « Confidentiel : France Digitale, sa composition, ses missions, son organisation », JDN,‎ (lire en ligne)
  18. « Jean-Baptiste Rudelle, lauréat du Prix du Livre d’Economie, pour « On m’avait dit que c’était impossible » », Ajef,‎ (lire en ligne)
  19. « La France capitale mondiale des échecs », Europe Échecs,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Pages liées[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]