Jean-Baptiste Mac Nemara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Baptiste Mac Nemara
Naissance 1687 ou 1688
Décès (à 68 ans)
à Rochefort (Charente-Maritime)
Origine Drapeau de l'Irlande Irlande
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Grade Vice-amiral de la flotte du Ponant
Années de service 1708-1756
Conflits Guerre de Succession d'Autriche
Commandement Flotte du Ponant
Distinctions Commandeur de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis

Jean-Baptiste Mac Nemara, baron du Mung, seigneur de la Rochecourbon, Tourfou, Moullet et autres lieux, né en 1687 ou 1688[1], mort le à Rochefort[2] (Charente-Maritime), est un officier de marine français d'origine irlandaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Bien qu'il soit lié par mariage à la communauté des Irlandais de Nantes, il faut le différencier, ainsi que ses proches, des membres d'une autre famille Mac Namera installée à Nantes, issue de Jacques Mac Namera de Limerick[3].

Il est le fils de Jean Mac Nemara (mort en 1732), un gentilhomme irlandais, réfugié jacobite, d'abord installé à Lorient[4] et de Catherine Saint-Jean (morte en 1774). De cette union naitront deux fils.

Son frère, Claude Matthieu Mac Nemara fera également carrière dans la Royale, il terminera sa carrière avec le grade de capitaine de vaisseau, et chevalier de l'ordre de Saint-Louis.

En 1713, Jean-Baptiste épouse à Nantes, dans la chapelle du château des Dervallières[5], Julienne Stapleton, héritière de Jean Ier Stapleton, un Irlandais de Nantes[6], propriétaire de plantations à Saint-Domingue[7].

Devenu veuf en 1748[8], il se remarie le 25 août 1754 au Mung [9]avec Marie-Catherine Larcher, elle-même veuve d'André Martin de Poinsable, ancien gouverneur de la Martinique[6]. Sa petite-fille, Julie Catherine de Turpin de Jouhé, épouse le , à Rochefort, Nicolas Henri de Grimouard (1743-1794), futur contre-amiral.

Carrière dans la marine royale[modifier | modifier le code]

Page du duc de Bourbon, il entre dans la Marine royale en 1708 avec le grade de garde-marine. Il embarque en 1710 sur le vaisseau L'Atalante dans l'expédition de Du Clerc contre Rio de Janeiro. Blessé et fait prisonnier le , il est libéré deux ans plus tard, en 1712 et promu lieutenant de frégate. En 1713, au moment de son mariage, Jean-Baptiste Mac Nemara est lieutenant de frégate, enseigne d'une compagnie de la marine[5] et commissaire aux vivres de la Marine[5] à l'arsenal de Rochefort.

Enseigne de vaisseau en 1721, il se distingue lors de plusieurs campagnes aux Antilles, en 1727-1728, 1730-1731, 1739-1740, 1741-1742 et 1744, ce qui lui vaut d'être promu lieutenant de vaisseau en 1734.

Commandant des gardes marines à Rochefort en 1745, il commande une division avec laquelle il se comporte brillamment. Chef d'escadre en 1748, il est nommé en 1750 commandant de la première escadre d'évolution avant d'être promu lieutenant général des armées navales en 1752.

Commandant de la Marine à Rochefort de 1751 à 1756, il commande, en 1755, une escadre de six vaisseaux et trois frégates convoyant les renforts de Emmanuel Auguste Dubois de La Motte vers la Nouvelle-France (Canada).

Le , il est nommé vice-amiral commandant de la flotte du Ponant, poste honorifique qu'il n'occupe que peu de temps puisqu'il décède le lendemain de sa nomination[4]. Il est remplacé à ce poste par le comte de Brienne.

Propriétés foncières[modifier | modifier le code]

En 1719, il achète à Rochefort une maison pour 4 500 livres, située rue des Fonderies.

Autour de 1730, il fait construire dans la même rue un hôtel particulier, l'hôtel Mac Nemara.

En 1747, il achète le château de Mung aux alentours de Rochefort.

Enfin, en 1756, peu avant son décès, il achète le château de la Rochecourbon[10] pour la somme de 130 000 livres[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vers 1690 selon un site généalogique, mais l'acte de sépulture lui donne l'âge de 68 ans, soit une naissance entre le et le
  2. Cf. AD17, Rochefort, Paroissial, Sépultures, Saint-Louis 1755-1760, page 73, [1] confirmant le site geneanet.org. Texte : Messire Jean-Baptiste de Macnemara Baron de Lemeun (?) seigneur de la Rochecourbon, Tourfou, Moullet (?) et autres lieux, Commandeur de l’ordre royal et militaire de Saint Louis, lieutenant général des armées navales Commandant de la marine au département de Rochefort âgé de 68 ans, est décédé le 18 octobre 1756
  3. Il est possible qu'il y ait une parenté éloignée. Cf. Guy Saupin, Les réseaux commerciaux des Irlandais de Nantes, dans David Dickson, Jan Parmentier et Jane Ohlmeyer, Irish and Scottish Mercantile Networks in Europe and Overseas sur Google Livres, Academia Press Scientific Publishers, Gand, 2006, 520 p. (ISBN 978-90-382-1022-3), p. 115-146 (sur Luc O'Shiell : p. 136-140). Il s'agit des actes du colloque d'octobre 2003 au Trinity College, Dublin.
  4. a et b geneanet.org
  5. a, b et c Acte de mariage de Jean-Baptiste Mac Nemara et Julienne Stapleton () : Saint-Martin, vue 12, cf. AMN Registres paroissiaux. La paroisse Saint-Martin est celle de Chantenay, où se trouve le château, acheté par Jean I Stapleton en 1701. Témoins : Patrice et Jacques Mac Nemara, Mary O'Riordan, Séraphin (Chaurand) du Chaffault.
  6. a, b et c Clarke de Dromantin 2005, p. 143
  7. La seigneurie des Dervallières et le château ont un autre héritier, le frère de Julienne, Jean II Stapleton.
  8. Cf. Rochefort, Paroissial, Table des sépultures, Saint-Louis, 1687-1792, page 210, 4° nom en S (décès en début d'année) , Tables des sépultures 1687-1792 : "Stapleton Julie" (réf "17 v"). Noter la différence des prénoms, Julie et non pas Julienne. Décédée le 6 septembre 1748 à l'âge de 56 ans (S 1743-1748 vue 206/218)
  9. BMS Le Mung 1753-1772 vue 2/50
  10. Dans l'actuelle commune de Saint-Porchaire (Charente-Maritime)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Étienne Taillemite, Dictionnaire des marins français, Paris, éditions Tallandier, , 573 p. (ISBN 2-84734-008-4)
  • Patrick Clarke de Dromantin, Les réfugiés jacobites dans la France du XVIIIe siècle, Presses universitaires de Bordeaux, , 525 p. (ISBN 2-86781-362-X, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]