Jean-Baptiste Lavastre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’opéra ou l’opérette image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant l’opéra ou l’opérette et un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean-Baptiste Lavastre
Press illustration of Act2 (scene4) of 'La fiancée d'Abydos' by Barthe at the Théâtre Lyrique 1865 - Gallica.jpg

Illustration reproduisant la scène 4 de l'acte II de La fiancée d'Abybos d'Adrien Barthe, joué au Théâtre lyrique de Paris (1865).

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean-Baptiste Lavastre, né le à Nîmes, et mort le à Rueil-Malmaison, est un peintre paysagiste français et un décorateur de théâtre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève d’Édouard Desplechin dès 1854 (puis son associé de 1864 à 1870), ensemble ils furent, entre autres, auteurs des peintures décoratives du buffet de la gare de Perrache à Lyon en 1868. Jean-Baptiste Lavastre reprend finalement l'atelier avec son frère Joseph Antoine (1828-1883) et Eugène Carpezat, travaillant pour l'Opéra Garnier aussi bien que pour la Comédie-Française et l'Opéra-Comique à Paris.

L'Opéra Le Peletier lui doit, entre autres, les décors d'Hamlet, de Don Juan, de L'Africaine. L'Opéra-Comique, dont il exécuta le plafond, lui doit ceux de Jean de Nivelle, la forêt de Lakmé, Manon et Les Contes d'Hoffmann[1].

Il est l'auteur, entre autres, du plafond du théâtre de l'Ambigu-Comique.

En 1871, il habitait au no 2 rue des Trois-Frères à Paris : « mais dans sa chère solitude, les honneurs les plus enviés vinrent le trouver », chevalier de la Légion d'Honneur en 1878, puis officier le 4 mai 1889. Entre-temps à 50 ans, il se marie à Eugénie Geneviève Rivoire de huit ans son aînée et prend sous son aile Eugénie Gras, graveur sur bois, orpheline de parents et grands-parents.

Auteur de la décoration picturale du dôme central du palais des expositions diverses et des dômes des palais des Beaux-Arts et des Arts.

Promeneurs près de l'église et La petite église sont quelques-unes de ses œuvres.

La grande nef du palais de l'Industrie fut apprêtée par Lavastre pour le centenaire de la Révolution Française, mais il fut surtout célèbre par le grand nombre de magnifiques décors fournis à l'Opéra.

Malgré sa modestie reconnue, il est souvent invité parmi le gratin des soirées parisiennes de cette fin de siècle[2].

Il meurt le 24 septembre 1891 dans sa campagne de la Jonchère à la limite ouest de Rueil-Malmaison, en Seine et Oise ; obsèques en l'église St Pierre de Montmartre, inhumé dans le cimetière du Nord (Montmartre).

La ville de Nîmes, reconnaissante, a donné son nom à l'une de ses rues.

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1869 : Les Garrigues, environ de Nîmes ;
  • 1872 : Bords de la Méditerranée ;
  • 1873 : Une carrière près de Nîmes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Éd. A. Roussard, Paris, 1999, p. 359 (ISBN 9782951360105)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gallica-Bnf
  2. A.Lahaye, « Notice sur la vie et les œuvres de Jean-Baptiste Lavastre », dans Revue du midi, janvier 1895, pages 14 à 26

Liens externes[modifier | modifier le code]