Jean-Baptiste Hachème

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Baptiste Hachème
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président de la République du Bénin
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
CotonouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean-Baptiste Hachème, né le à Porto-Novo et décédé le à Cotonou est un officier des Forces armées de la République du Dahomey.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Hachème était d'origine Fon. Il s'est engagé dans l'armée, où il a atteint le grade de major. Il est apparu sur la scène politique nationale en 1963, lorsqu'il a réprimé des émeutes visant à remettre l'ancien président Hubert Maga au pouvoir dans sa ville natale, Parakou. L'universitaire Samuel Decalo a décrit l'écrasement des émeutes comme « brutal »[1].

À la mi-1970, il a été désigné chef d'État-major du Service civique[2].

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

En octobre 1972, après la prise du pouvoir de Mathieu Kérékou, Hachème a été renvoyé de l'armée, comme tous les autres officiers originaires du sud. Le 28 février 1973, il a été accusé d'avoir participé à un complot pour renverser Kérékou et condamné à 20 ans de travaux forcés[3] Il a été amnistié le 1er août 1984, en même temps que tous les autres prisonniers politiques (sauf ceux impliqués dans « l'ignoble et barbare agression impérialiste du dimanche  » — il s'agit de la tentative de coup d'état du mercenaire Bob Denard)[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Decalo 1976, p. 68
  2. Samuel Decalo, Regionalism, Politics, and the Military in Dahomey, vol. 7, College of Business, Tennessee State University, (JSTOR 4190033), chap. 3
  3. Ronen 1975, p. 232.
  4. Hein Goemans, Kristian Skrede Gleditsch et Giacomo Chiozza, Archigos: A Data Set of Leaders 1875-2004, Rochester University, , PDF (lire en ligne), p. 214.