Jean-Baptiste Gault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Baptiste Gault
Image illustrative de l’article Jean-Baptiste Gault
Jean-Baptiste Gault
Biographie
Naissance
Tours
Décès
Marseille
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par l'
archevêque Victor Le Bouthillier
Évêque de Marseille

Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason à dessiner.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean-Baptiste Gault né à Tours le , décédé à Marseille le était évêque de Marseille. C'est un vénérable fêté le 23 mai[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il suivit son frère aîné Eustache Gault à peu près partout. Ils entrèrent ensemble à l’Oratoire de Tours, Eustache professa au collège-séminaire du Mans de 1630 à 1633, puis furent envoyés en Espagne. L’archevêque de Bordeaux, Henri d'Escoubleau de Sourdis, désireux d’attacher les deux frères à son église, nomma l’aîné vicaire général et le cadet curé de Sainte-Eulalie. Dès la mort de son frère survenue le , il fut nommé en , évêque de Marseille pour le remplacer.

Après avoir reçu ses bulles près de deux ans plus tard, il prêta serment de fidélité au roi le et fut sacré à Paris dans l’église Saint Magloire le par Victor Le Bouthillier, archevêque de Tours assisté des évêques de Vannes et de Boulogne. Son arrivée à Marseille fut retardée par une crue exceptionnelle de la Durance qui le retint bloqué un mois dans la ville de Sorgues.

Il arriva incognito à Marseille le samedi et se rendit le lendemain à Aubagne. Le samedi suivant il retourna à Marseille et refusa toute entrée solennelle qui consistait en une réception sous un dais de velours. Sa présence effective à la tête du diocèse ne dura que 5 mois car il devait mourir le , mais aucun évêque n’a, en si peu de temps, autant marqué la ville de Marseille. Conformément à son engagement, il vécut et mourut pour son peuple.

Il visita les paroisses, les couvents, les hôpitaux mais surtout les plus malheureux : les forçats de l’arsenal des galères qui vivaient dans une effroyable misère. Pour eux et avec l’aide de Saint Vincent de Paul, il fit achever la construction d’un hôpital des forçats sur le quai de rive neuve. Pour terminer cet hôpital laissé inachevé par Philippe de Gondi, général des galères, il envisagea de vendre sa vaisselle d’argent, mais la duchesse d’Aiguillon, nièce de Richelieu[2] lui ayant adressé une somme suffisante, il ne fut pas obligé de recourir à cette solution extrême[3]. Avec des prêtres parlant arabe, espagnol ou italien il entreprit une mission sur les galères. Il alla à bord de ces navires pour rencontrer les forçats. « On le voyait tous les jours au milieu de ces criminels en action de consoler les uns, d’instruire les autres et les persuader tous ensemble de souffrir avec patience la peine de leur châtiment dans l’espérance que ce serait leur dernier supplice[4]. Au cours d’une de ces visites, il contracta une maladie et en mourut douze jours après le .

Un procès de canonisation eut lieu à Marseille dès 1643. Il fut repris en 1863. Jean-Baptiste Gault a été déclaré vénérable le par le pape Léon XIII.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nominis : Vénérable Jean-Baptiste Gault
  2. André Zysberg, Les galériens, vie et destins de 60.000 forçats sur les galères de France 1680-1748, édition du Seuil, Paris, 1987, page 353 (ISBN 2-02-009753-2)
  3. Augustin Fabre, Les rues de Marseille, édition Camoin, Marseille, 1867, 5volumes, tome 1 page 159-160
  4. M. de La Serre, La vie et la mort du Bx. J.-B. Gault, évêque de Marseille, Paris, Jean de la Caille, 1649

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Marchetty, La vie de messire Jean-Baptiste Gault, évesque de Marseille, Paris, Sébastien Huré, , 370 p. (lire en ligne)
  • Abbé Joseph Hyacinthe Albanés, Armorial & sigillographie des Évêques de Marseille avec des notices historiques sur chacun de ces Prélats, Marius Olive, Marseille, 1884, pages 158-160.
  • L. Barthélemy, Histoire d’Aubagne, Barlatier et Barthelet, Marseille, 1889, 2 volumes, tome 1 pages 248-249.
  • Académie de Marseille, Dictionnaire des marseillais, Edisud, Marseille, 2001, page 161 (ISBN 2-7449-0254-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]