Jean-Baptiste Eyraud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Baptiste Eyraud
Jean-Baptiste Eyraud - Février 2013.jpg

Jean-Baptiste Eyraud en 2013

Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Militant politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata

Jean-Baptiste Eyraud, dit « Babar » (né à Paris en 1954) est un militant français de l'extrême gauche. Il est essentiellement connu pour son action pour les "mal-logés" suite aux incendies criminels du XXe arrondissement de Paris en 1986.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'un milieu artistique, son père, Marc Eyraud, était comédien, sa mère Marianne Astruc, sœur du cinéaste Alexandre, est peintre, il obtient un CAP de charpentier. Au début des années 1980, il vit dans les squats associatifs du XXe arrondissement de Paris.

Ancien militant maoïste[1], ayant fait partie de la Gauche prolétarienne[2], en 1990, quatre ans après sa création il devient membre du Comité des mal-logés, dont le slogan est « Un logement décent pour tous » (ce qui est défini dans la charte du comité, comme un logement proche du lieu de travail, aux normes de confort moderne et dont le loyer n'excède pas 20 % des revenus du ménage). Il finit par le quitter, étant en désaccord avec les autonomes du Comité qui décident de leurs directions de lutte en Assemblées Générales et refusent que la direction de leurs revendications soient gérées par en haut, autorités municipales, politiciennes ou étatiques.

À l'initiative des futures composantes de la Gauche plurielle de Gouvernement, dont le PS, SOS Racisme, Alain Krivine, Henri Malberg, François Breteau, il fonde alors l'association Droit Au Logement (DAL) en octobre 1990 et en devient le porte-parole.

Au moment de la scission il déclare notamment : « Je ne respectais pas la charte du comité, je prenais des décisions et engageais des négociations sans le dire parce que je savais que ce serait refusé en Assemblée générale ».

À ses côtés, milite une poignée d'amis issus du catholicisme social, de l'extrême-gauche et des milieux alternatifs.

Le 30 novembre 2015, il est avec Noël Mamère et Olivier Besancenot à l'initiative de l'Appel des 58 : « Nous manifesterons pendant l'état d'urgence »[3],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Baptiste Eyraud. Le franc-tireur des sans-abri, Dominique Simonnot, Libération.fr, 29 décembre 1994
  2. Cécile Duflot : la ministre des squats, Fabrice Madouas, Valeurs actuelles, 8 novembre 2012
  3. Collectif, « L'appel des 58 : « Nous manifesterons pendant l'état d'urgence » », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne).
  4. AFP, « État d'urgence : 58 personnalités revendiquent la liberté de manifester », Le Point,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]