Alphonse Daloz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean-Baptiste Daloz)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Daloz.
Alphonse Daloz
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Le Touquet - Plaque hôtel de ville.jpg

Plaque en bronze située n haut de l'escalier de l'hôtel de ville du Touquet-Paris-Plage.

Jean-Baptiste Alphonse Daloz, né à Paris le , mort à Nice le [1] et enterré à Paris au cimetière du Père-Lachaise[2], est un notaire, créateur de la forêt du Touquet ; il est à l'origine du Touquet-Paris-Plage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il épouse en première noce le , Armandine Alphonsine Pignatelli, fille d'Émilie Bigottini, la célèbre danseuse de l'Opéra.

De ce mariage naissent deux enfants : André Émile qui meurt à 17 ans, et Henriette Marie Caroline, qui épousera Charles Louis Rigaud. Veuf en 1833, il se remarie en 1834 et divorcera aux torts de sa seconde épouse en 1846. De ce second mariage, naît un fils Eugène.

L'aventure du Touquet[modifier | modifier le code]

Notaire à Paris en 1827, il achète aux enchères avec son associé M. Alyon pour 120 100 F, le , à l'État un « lais de mer » (c'est-à-dire des terrains dunaires à l'embouchure de la Canche) de plus de 1 600 hectares, au lieu dit Le Touquet, pour en faire un terrain de chasse[3],[4].

Fortune faite, il cède son office notarial et, passionné par la nature et la chasse, il se consacre à l'élevage et à l'agriculture sur ses terres du Touquet. Il tente plusieurs affaires, dont la création d'une distillerie, mais n'en réussit aucune. Son associé M. Alyon le quitte en 1855 et vend ses parts à Charles Louis Rigaud, le gendre de Jean-Baptiste Daloz.

Il est maire de Cucq de 1855 à 1865.

En 1856, aidé par son gendre Charles Louis Rigaud, il tente l'aventure que venait de réussir Nicolas Brémontier dans les Landes de Gascogne en 1786 : fixer les dunes par des plantations de pins maritimes. Ils décident donc de planter sur 800 hectares, une forêt pour fixer le sable très mobile en y faisant pousser 4 500 espèces d'arbres (essentiellement des pins maritimes).

En 1864, n'habitant plus guère à Paris, il se fait construire un grand chalet appelé « le château » (à l'emplacement de l'actuel « Palais de l'Europe »[5].). En , il invite son ami, Hippolyte de Villemessant, fondateur du Figaro, à une partie de chasse. Ce dernier, émerveillé par le décor qu'il qualifie d'« Arcachon du Nord », donne l'idée au propriétaire de lotir une partie de son domaine, d'en faire une station balnéaire et de lui donner le nom de « Paris-Plage ». C'est ainsi qu'en 1882, Jean-Baptiste Daloz crée le premier lotissement (partie du Touquet aujourd'hui à l'ouest du boulevard Daloz). Ce premier lotissement appelé « Paris-Plage » fut dessiné par le géomètre Raymond Lens. Les deux premières maisons (La Vigie et l'Avant-Garde) y furent construites dès 1882.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Touquet-Paris-Plage à l’aube de son nouveau siècle, éditions Flandres-Artois-Côte d’Opale, août 1982, p. 14.
  2. Journal municipal Le Touquet Magazine, décembre 2000, p. 9.
  3. Journal municipal Le Touquet Magazine, janvier 1997, p. 14.
  4. Martine et Daniel Boivin, Édith et Yves De Gueeter, Paris-Plage en cartes postales anciennes, avril 1987, p. 108.
  5. Martine et Daniel Boivin, Édith et Yves De Gueeter, Paris-Plage en cartes postales anciennes, avril 1987, p. 109.