Jean-Baptiste Côté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Baptiste Côté
Image dans Infobox.
Jean-Baptiste Côté, vers 1865 (collection du Musée national des beaux-arts du Québec)
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
QuébecVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Jean-Baptiste Côté ( - ) était un architecte, sculpteur sur bois, graveur sur bois, caricaturiste, éditeur et imprimeur canadien. Sa réputation repose sur ses gravures sur bois et sur le fait qu'il est l'un des premiers caricaturistes au Canada[1].

Vie et carrière[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Côté est le fils de Jean-Baptiste Côté et d'Hélène Grenier dans la paroisse Saint-Roch, dans la Basse-Ville de Québec. L'aîné Côté travaillait comme menuisier dans les chantiers de construction situés près de la rivière Saint-Charles[1].

Vers 1850, Côté devint apprenti architecte chez François-Xavier Berlinguet. Peu intéressé par l'architecture, Côté se tourna vers la sculpture sur bois[2].

L'incendie de Saint-Roch d' a détruit l'atelier de Côté et un autre incendie le a détruit son domicile rue de la Couronne[1].

Côté fournit au journal satirique La Scie une soixantaine de caricatures gravées sur bois de 1864 à 1865 et fait ensuite publier des caricatures politiques dans divers autres périodiques. Les cibles visées comprenaient la Confédération canadienne[3], des politiciens tels que George-Étienne Cartier et George Brown, ainsi que des journalistes tels que François Évanturel et Hector Berthelot Côté et Adolphe Guérard quittèrent La Scie en 1865 pour fonder l'imprimerie A.  Guérard et Compagnie et a publié La Scie illustrée dans le but de mettre fin à la Confédération. Côté a contribué à des centaines de gravures sur bois: principalement des caricatures, ainsi que des portraits et des rébus. En , La Scie illustrée est remplacée par l'hebdomadaire plus sérieux, L'Électeur, puis par le non illustré L'Écho du peuple (-), puis le film humoristique Le Charivari canadien (juin-). Plusieurs caricatures du Charivari canadien portent la signature "Nemo", ce qui pourrait être un pseudonyme de Côté; si elles l'étaient, elles auraient probablement été ses dernières caricatures publiées[1].

La construction de navires à coque d'acier a pris le pas sur celle du bois dans les années 1870 et Côté s'est tourné ailleurs: meubles, enseignes, indiens de magasin de cigares, sculptures religieuses, corbillards, pierres tombales, etc[4]. Il commence à attirer l'attention pour sa statuaire et, en 1877, remporte un prix spécial à l'exposition provinciale pour ses statues en bois. Lors de la convention nationale franco-canadienne de 1880, il remporta le une commission pour la procession du cortège. , dans la taille de ses personnages et l’élégance de chacun de ses détails ". Les chars fondent sa réputation et Côté remplit plusieurs de ses commandes, notamment de sculptures religieuses[1][5].

Côté contracta une maladie de la colonne vertébrale en 1903 et dut abandonner son travail[1]. Il est mort dans la pauvreté à son domicile le à Québec et a laissé tout ce qu'il possédait à ses trois filles qui vivaient avec lui. Il a été enterré au cimetière Saint-Charles le et a tenu un grand enterrement[1].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Le premier mariage de Côté eut lieu le avec Marie Auger, fille de Marie Roussin et de Jacques Auger, charpentier de bateau. Le couple a eu dix enfants. Le , Côté se remaria avec Adélaïde Bédard, avec qui il n'avait pas d'enfants[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Côté travaillait dans divers médias, dont l'architecture, la gravure sur bois, la caricature, l'édition et l'impression. On se souvient mieux de lui pour ses sculptures en bois peintes à la main, en particulier celles d’animaux[6]. Côté a reçu une formation officielle contrairement à plusieurs de ses artistes folkloriques contemporains au Québec. Une grande partie de son travail n'est pas signée[7].

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Béland, « Jean-Baptiste Côté (1832-1907) : sculpteur » », Espace : Art actuel, vol. 7, no 1,‎ , p. 29–31 (lire en ligne)
  • Béland, Mario (1994), "Jean-Baptiste Côté, caricaturiste et sculpteur" , Cap-aux-Diamants   : la revue d'histoire du Québec (39): 52

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Béland 1994.
  2. Mario Béland, Jean-Baptiste Côté. Caricaturiste et sculpteur, Québec (ISBN 2-551-17080-X)
  3. Pierre Skilling, Coup de crayon : La satire politique en dessins, Bibliothèque de l'assemblée nationale du Québec, (lire en ligne [PDF]), p. 1-2
  4. « Jean-Baptiste Côté », sur Dictionnaire biographique du Canada (consulté le )
  5. Musée national des beaux-arts du Québec, Béland, Mario, 1953- et Drouin, Daniel, Art ancien du Québec : guide de collection, Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, (ISBN 978-2-551-26346-2 et 2-551-26346-8, OCLC 1088614114, lire en ligne), p. 176-177
  6. « Cheval d'enseigne - Côté, Jean-Baptiste », sur Collections | MNBAQ (consulté le )
  7. Baker 2017, p. 84.
  8. « Jean-Baptiste Côté | Collection Musée canadien de l'histoire », sur museedelhistoire.ca (consulté le )
  9. « Jean-Baptiste Côté | Collection Musée d'art de Joliette », sur museejoliette.org (consulté le )
  10. « Jean-Baptiste Côté | Collection Musée de la civilisation », sur collections.mcq.org (consulté le )
  11. « Jean-Baptiste Côté | Collection Musée des beaux-arts du Canada », sur www.beaux-arts.ca (consulté le )
  12. « Jean-Baptiste Côté | Collection Musée national des beaux-arts du Québec », sur collections.mnbaq.org (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :