Jean-Antoine Lépine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lépine.
Jean-Antoine Lépine
Jean-Antoine Lépine.jpg
Portrait de Jean-Antoine Lépine (date et auteur inconnus).
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Roger - Le champ du repos, ou le cimetière Mont-Louis, dit du Père Delachaise, 1, planche 08, Lépine.jpg
Vue de la sépulture.

Jean-Antoine Lépine, né en 1720 à Challex dans le Pays de Gex[1], mort en 1814, est un horloger français. Il inventa le calibre qui porte son nom et dans lequel la fusée est supprimée et la platine supérieure est remplacée par des ponts[2]. Cela permit de disposer le balancier à côté et non au-dessus du mécanisme, donc de fabriquer des montres moins épaisses[2]. Il revendiqua également l'invention de l'échappement à virgule[2].

Après avoir débuté à Challex, il vint à Paris et servit en 1744 comme apprenti à André-Charles Caron (1697-1775), horloger du Roi[1], dont il épouse la fille en 1756[1] (sœur de Beaumarchais). Il devint maitre-horloger en 1765 et est nommé horloger du Roi formant l'atelier Caron et Lépine[1].

Il devient l'horloger de Louis XV, Louis XVI, puis de Napoléon[1]. Il meurt le 31 mai 1814 à Paris et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise[3].

Son nom est associé quelquefois à celui de Voltaire, servant comme agent pour ses ateliers à Ferney[1].

Plusieurs de ses horloges et montres sont exposées dans des musées[1] comme l'horloge qui orne le bureau du Roi au château de Versailles.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a b c d e f et g « JEAN ANTOINE LEPINE », Solitaire, the fine art of jewellery (consulté le 3 mars 2011).
  2. a b et c Fédération de l'industrie horlogère suisse, « Les grands noms de l'horlogerie: Jean Antoine Lépine », Fédération de l'industrie horlogère suisse (consulté le 3 mars 2010).
  3. Thomas Roger, Le Champ du repos, ou le Cimetière Mont-Louis, (lire en ligne), p. 157

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Chapiro, Jean-Antoine Lépine, horloger (1720-1814) : histoire du développement de l'horlogerie en France, de 1760 à l'Empire, Paris, Editions de l'amateur, , 277 p. (ISBN 978-2-859-17076-9, OCLC 21151162)

Liens externes[modifier | modifier le code]