Jean-Aimé de Levezou de Vesins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Aimé de Levezou de Vezins
Fonction
Évêque
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
AgenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Distinction

Jean-Aimé de Levezou de Vesins, ou Jean-Aimé de Levezou de Vezins[1], né à Millau le 25 août 1793, mort à Agen le 11 avril 1867, est un prélat français, évêque d'Agen au XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Aimé de Levezou de Vesins est né à Millau le , d'Antoine-Alexis de Levezou (1745-1810), vicomte de Vesins, et de Joséphine de Mostuéjouls (1766-1843). Il est né en résidence surveillée (la prison est une légende) dans l'hôtel de famille (aujourd'hui communauté de communes) situé en face de la mairie de l'époque et où avait été assignée ses parents, dénoncés pour avoir caché des prêtres.

Il s'est marié le 24 août 1813 avec Marie Louise Julie de Faramond de Lafajole (1797-1826) dont il a eu cinq enfants, mineurs au moment du décès de sa femme.

Il a été conseiller de préfecture à Montauban, puis sous-préfet de Millau en 1829.

Lors de l'accès au trône de Louis-Philippe, il a décidé de devenir prêtre, fut ordonné en 1836 et devint vicaire général de Bordeaux en 1838.

Il a été nommé évêque d'Agen par une ordonnance royale le 26 janvier 1841, après la démission de Mgr Jacoupy. Il est préconisé le 12 juillet suivant. Il a reçu la consécration épiscopale à Bordeaux le 8 août 1841. Il va consacrer son épiscopat à restaurer les monuments religieux et à faire construire de nouvelles églises, à Castelmoron, à Meilhan, à Couthures, à Buzet, à Sauveterre, l'église de pélerinage de Notre-Dame de Bon-Encontre qu'il place sous l'invocation de l'Immaculée conception et y fit venir les Maristes de Lyon. Il a rétabli les conférences ecclésiastiques. Il a établi une nouvelle organisation de son diocèse avec la création de deux archidiaconés, le premier avec Agen et Villeneuve, le second avec Marmande et Nérac, et dans chaque canton est placé un archiprêtré.

Le 30 août 1853 est consacrée l'église de Castelmoron construite sur les plans de l'architecte Leboucher.

Il a assisté à plusieurs conciles provinciaux, en 1850 à Bordeaux, en 1853 à La Rochelle, en 1856 à Périgueux.

Il est fait chevalier de la légion d'honneur en 1852, puis officier en 1864.

Il est mort à Agen le 11 avril 1867.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Officier de la Légion d'honneur[2].

Armes et devise[modifier | modifier le code]

Écartelé : au 1er et 4e d'azur au lion couronné d'or, armé et lampassé de gueules; au 2e et 3e de gueules à trois clefs d'argent, en pal[3].

Gratia Dei sum id quod sum

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nota : On trouve dans les documents disponibles plusieurs graphies du nom : Levezou, Lévezou, Lévézou - Vesins ou Vezins - comme on peut le voir par exemple sur le fichier data de la bnf qui donne plusieurs graphies du nom de cet évêque (data.bnf).
  2. Base Léonore : Légion d'honneur
  3. Comte de Saint Saud, Armorial des prélats français du XIXème siècle, Paris, 1906, H. Daragon, 415p., p.44. Consultable sur Gallica.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Le Clergé de France, Tome II
  • Abbé Joseph Barrère, Histoire religieuse & monumentale de diocèse d'Agen depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, volume 2, p. 426-434, chez Achille Chérou, Agen, 1856 ( lire en ligne )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cardinal Ferdinand Donnet, Éloge funèbre de Mgr Aimé de Levezou de Vesins, évêque d'Agen : prononcé le jour de ses obsèques, dans l'église cathédrale de Saint-Caprais, le 16 avril 1867, E. Repos libraire, Paris, 1867 ( lire en ligne )
  • Jean Fonda, Un sous-prefet évêque d'Agen, Jean-Aime de Levezou de Vezins (1841-1867), Société des Sciences Lettres et Arts d'Agen, 1970
  • J. R. Marboutin, La commission diocésaine des monuments religieux, p. 5-35, 514-543, Revue de l'Agenais, 1907, tome 34 (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]