Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part est un recueil de douze nouvelles écrites par Anna Gavalda en 1999.

Dans ses nouvelles, Anna Gavalda met en scène des personnages dans des situations plutôt loufoques ou grotesques. À travers ces 12 textes, retentissent les émotions et les espoirs de chacun des personnages. Cela peut aller d'un orgueil démesuré à un couple qui ne tient plus la route. Ces nouvelles nous révèlent au fond une part de chacun d'entre nous, la faiblesse de l'être humain et en même temps ses espoirs et ses pensées les plus insensées ou les plus profondes. Anna Gavalda a cette faculté de traiter des situations avec légèreté et justesse, alors qu'à première vue ces situations semblent assez dramatiques. Les personnages de ces nouvelles nous attendrissent et nous touchent. On peut facilement s'identifier à eux, et comprendre leurs motivations dans l'existence.

Les personnages de ces douze nouvelles sont pleins d'espoirs futiles, ou de désespoirs graves. Ils ne cherchent pas à changer le monde. Quoi qu'il arrive, ils n'ont rien à prouver. Ils ne sont pas héroïques. Simplement humains. [...]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Petites pratiques germanopratines[modifier | modifier le code]

La première nouvelle de ce recueil raconte l'histoire d'une femme se faisant aborder dans la rue par un passant qui l'invitera à dîner.

I.I.G.[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle décrit l'espoir de la femme qui découvre qu'elle est enceinte, puis la batterie d'examens, jusqu'à la chute de l'histoire.

Cet homme et cette femme[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une histoire très courte, à peine trois pages, qui se déroule dans la voiture (dont le gicleur droit fonctionne mal) de deux bourgeois plongés dans leurs réflexions.

The Opel Touch[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle nous raconte l'histoire d'une étudiante de fac travaillant dans un petit magasin à Melun.

Ambre[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle raconte l'histoire d'un musicien qui tombe amoureux d'une jeune fille photographe suivant sa tournée.

Permission[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle décrit l'histoire d'un militaire, en permission, qui découvrira chez lui la surprise que lui ont réservée ses amis pour son anniversaire.

Le fait du jour[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle est l'histoire tragique d'un homme qui découvrira qu'il a causé un accident gravissime, entraînant la mort de 9 personnes. Il est terrorisé et décide de ne le dire qu'à sa femme.

Catgut[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle raconte l'épreuve subie par une vétérinaire, violée mais qui aura sa vengeance...

Junior[modifier | modifier le code]

Junior, Alexandre est un jeune homme venant d'un milieu aisé qui s'entiche d'un gros cultivateur de la région Frank : friqué, tape-à-l'oeil, tapageur et bruyant et vulgaire. Invité à une fête cossue où tout le gratin de la région y sera, Alexandre décide d'y aller avec Frank. Alexandre emprunte la Jaguar de son père pour aller à cette fête. Au retour, ils font une mauvaise rencontre......

Pendant des années[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle décrit l'aventure d'un homme et d'une femme qui se sont connus jeunes et essaient de se retrouver adultes, la femme étant sur le point de mourir.Et faisant un accident de voiture. C'est l'histoire d'un amour qui ne cesse de mourir ... Deux êtres qui s'aiment par dessus tout, faisant pourtant tout pour s'oublier.

Clic-clac[modifier | modifier le code]

C'est l'histoire comique d'un commercial, vivant avec ses deux sœurs, qui déménagera car il est amoureux de sa collègue de bureau.

Épilogue[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle raconte l'histoire d'une auteur qui présente son livre à une maison d'édition.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce premier recueil d'Anna Gavalda a remporté un très grand succès public avec plus de 900 000 exemplaires vendus dans l'édition originale[1] et près de 1 900 000 avec les rééditions en livre de poche.

Ce livre a obtenu le grand prix RTL-Lire et le prix des Inrockuptibles.

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Quand je te vois, j'ai mal au bide comme devant dix mille personnes, s'il te plaît, arrête ça et prends-moi dans tes bras. »
  • « Elle pleure parce que son cœur s'est remis à battre aujourd'hui alors qu'elle n'y croyait plus depuis longtemps. Elle pleure pour tellement de raisons qu'elle n'a pas envie d'y penser. C'est toute sa vie qui lui revient dans la figure. Alors, pour se protéger un peu, elle se dit qu'elle pleure pour le plaisir de pleurer et c'est tout. »
  • « Quand j'arrive à la gare de l'Est, j'espère toujours secrètement qu'il y aura quelqu'un pour m'attendre. C'est con. J'ai beau savoir que ma mère est encore au boulot à cette heure-là et que Marc n'est pas du genre à traverser la banlieue pour porter mon sac, j'ai toujours cet espoir débile. »
  • « Je ressemble à un personnage de Brétécher : une fille assise sur un banc avec une pancarte autour du cou : "je veux de l'amour" et des larmes qui jaillissent comme deux fontaines de chaque coté des yeux. Je m'y vois. Tu parles d'un tableau. »
  • « Il sait parfaitement qu'il n'a aimé qu'elle... Qu'elle l'a laissé tombé comme un truc encombrant et inutile. Qu'elle ne lui a jamais tendu la main ou écrit un petit mot pour lui dire de se relever. Pour lui avouer qu'elle n'était pas si bien que ça. Qu'il valait mieux qu'elle. Ou bien qu'elle avait fait l'erreur de sa vie et qu'elle l'avait regretté en secret... Lui dire que pendant douze ans, elle avait morflé elle aussi et que maintenant... elle allait mourir... »

Notes et références[modifier | modifier le code]