Je vais bien, ne t'en fais pas (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Je vais bien, ne t'en fais pas
Réalisation Philippe Lioret
Scénario Philippe Lioret
Olivier Adam
Acteurs principaux
Sociétés de production Studio Canal
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 100 minutes
Sortie 2006


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Je vais bien, ne t'en fais pas est un film français réalisé en 2006 par Philippe Lioret, adapté du roman homonyme d'Olivier Adam paru en 2000.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Élise, alias Lili, est une jeune femme de 19 ans. Elle revient chez ses parents après avoir passé des vacances en Espagne. Elle apprend alors que son frère jumeau, Loïc, a disparu dans la nature après une dispute avec leur père.

Lili a toujours été proche de son frère et elle se languit tant de lui qu'elle cesse vite de s'alimenter, tombe dans l'anorexie et doit être internée dans un hôpital pour sa propre santé. Le séjour est long et pénible car elle ne cesse de dépérir, malgré les soins constants qu'elle y reçoit, rongée par l'inquiétude pour son frère disparu sans laisser de traces. Le père de famille, en colère et désespéré de l'état de son enfant, force son médecin traitant à lui remettre une lettre, écrite par Loïc. Cette missive se veut rassurante pour sa sœur, tout en insultant violemment le père de famille.

Ragaillardie par cette preuve de vie, Lili se rétablit, sort de l'hôpital et part à sa recherche. D'autres lettres suivent de divers endroits en France, dans lesquelles Loïc continue de saluer sa mère et sa sœur et s'en prend toujours violemment à son père, lui reprochant la médiocrité de sa vie. Lili continue à être soutenue par ses amis Thomas et Léa. Ces derniers, qui vivaient ensemble, se séparent et une nouvelle histoire d'amour se noue entre Lili et Thomas. En vacances avec Thomas, elle découvre que c'est son père qui se rend dans différentes villes de France pour poster des lettres au nom de son frère.

Thomas, juste avant de rencontrer les parents de Lili, se rend compte par hasard que Loïc est enterré à quelques kilomètres de la maison de famille. Lili découvre quelques heures après que ses parents lui cachent la mort de son frère. Acceptant le deuil, Lili se rend avec ses parents et Thomas dans un restaurant dans une sorte de marche mortuaire.

En vérité, Loïc est mort dans un accident d'escalade survenu pendant que Lili était en Espagne. Les lettres prétendument reçues de lui n'ayant été écrites que pour s'assurer qu’Élise n'aille pas le rejoindre dans la tombe.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Je vais bien ne t'en fais pas est une adaptation du roman éponyme d'Olivier Adam. Pendant le tournage de son film L'Équipier, le réalisateur Philippe Lioret entend l'auteur du livre à la radio et note le titre de son recueil cité à l'antenne. Pris par son tournage, il attend six mois avant d'acheter Passer l'hiver qui avait reçu le Goncourt de la nouvelle en 2004. Rapidement, il rencontre Adam avec qui il sympathise et se fait offrir tous ses livres. Il commence la lecture de Je vais bien ne t'en fais pas et, emballé par l'histoire, passe plusieurs jours à réfléchir à la façon d'adapter l'œuvre littéraire pour le cinéma[2]. Après seize jours, il trouve une idée : au contraire du livre où l'histoire est racontée à travers le père, il veut inverser le récit et l'amener du point de vue de Lili. Olivier Adam apprécie l'idée et participe alors à l'écriture du scénario[3].

Le personnage principal devait au départ s'appeler Claire, mais lorsque Simon Buret est engagé pour jouer le rôle de l'ami de Loïc, il présente à Philippe Lioret l'album de son groupe qu'il n'arrive pas à faire produire. En écoutant le neuvième titre du disque, U-Turn, le réalisateur, qui avait déjà sélectionné une autre chanson, change d'idée et va jusqu'à transformer le prénom du personnage en Lili[3].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Alors que Lioret s'apprêtait à un long et difficile casting pour le rôle de Lili, sa rencontre avec Mélanie Laurent le séduit immédiatement. Dès lors, il arrête ses séances de casting, ne pouvant « imaginer quelqu'un d'autre ». Le tournage débute sans que la comédienne n'ait eu à passer d'essais, le réalisateur décidant de lui faire confiance[2].

Après le diner qui suit la cérémonie des Césars 2005, Lioret apercevant Kad Merad de dos, sans le reconnaitre, est convaincu que c'est le genre de silhouette qu'il faut pour le personnage du père et l'invite à déjeuner dès le lendemain pour lui proposer le rôle. Alors qu'il est à l'époque habitué aux comédies, Merad pense d'abord ne pas être la bonne personne pour ce rôle et dit à Lioret avoir besoin d'y réfléchir. Une heure plus tard, il le rappelle pour finalement accepter[3].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film est tourné en partie à Vigneux-sur-Seine, Montgeron et Savigny-sur-Orge, non loin des lieux où est située l'intrigue du roman, à Draveil. D'autres scènes sont tournées à la gare et au lycée de Montgeron, au restaurant Le Paprika[4], situé dans le 9e arrondissement de Paris et à Saint-Aubin-sur-Mer, dans le Calvados[5].

Dans une scène du film, lorsqu'elle arrive chez ses parents, Lili cite « c'est le Truman Show, ici » en référence aux zones pavillonnaires des décors du film The Truman Show de Peter Weir[6].

Musique[modifier | modifier le code]

La chanson U-Turn (Lili) est composée et interprétée par le groupe AaRON qui sortira son premier album, Artificial Animals Riding on Neverland en . Le chanteur du groupe Simon Buret fait une apparition dans le film dans le rôle de l'ami de Loïc qui fait écouter la chanson à Lili.

Bande originale[modifier | modifier le code]

  1. U-Turn (Lili) de AaRON
  2. Les balançoires de Nicola Piovani
  3. On peut pas rester comme ça de Nicola Piovani
  4. Thomas de Nicola Piovani
  5. Je vais bien ne t'en fais pas de Nicola Piovani
  6. Mister K. de AaRON
  7. Il veut plus me voir de Nicola Piovani
  8. On ira voir la mer de Nicola Piovani
  9. Même pas jouer au ballon de Nicola Piovani
  10. Vigneux de Nicola Piovani
  11. Loïc de Nicola Piovani
  12. Saint-Aubin-sur-mer de Nicola Piovani
  13. Quelque chose à te dire de Nicola Piovani

Accueil[modifier | modifier le code]

Box office[modifier | modifier le code]

Le film réalise 903 692 entrées en France et 11 443 en Allemagne[1].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Je vais bien, ne t'en fais pas (2006) - JPBox-Office », sur jpbox-office.com (consulté le 17 avril 2020)
  2. a et b AlloCine, « Les secrets de tournage du film Je vais bien, ne t'en fais pas » (consulté le 17 avril 2020)
  3. a b et c Bruno CRAS, Secrets de cinéma, Place des éditeurs, (ISBN 978-2-259-25366-6, lire en ligne)
  4. « Le Paprika - JE VAIS BIEN, NE T'EN FAIS PAS », sur www.parisfaitsoncinema.com (consulté le 23 mai 2016)
  5. Marie SASIN, « La plage de Saint-Aubin, décor de cinéma », sur Ouest-France.fr, (consulté le 17 avril 2020)
  6. « Je vais bien, ne t'en fais pas, film de Philippe Lioret », sur www.imagesetmots.fr (consulté le 17 avril 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]