Je marche seul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Je marche seul

Single de Jean-Jacques Goldman
extrait de l'album Non homologué
Face A Je marche seul
Face B Elle attend
Sortie Juin 1985
Enregistré Drapeau : France Studio Gang, Paris
Durée 4:03
Genre Variété française, Pop rock
Format 45 tours
Auteur-compositeur Jean-Jacques Goldman
Producteur Marc Lumbroso
Label Epic
Classement N°2 Top 50 (France)

Singles de Jean-Jacques Goldman

Pistes de Non homologué

Je marche seul est une chanson de l'auteur-compositeur français Jean-Jacques Goldman. Sortie en juin 1985, elle est le premier single issu de son quatrième album studio, Non homologué. 2e du Top 50 pendant deux semaines, elle reste 30 semaines dans le classement[1] et est considérée comme un tube incontournable dans le répertoire de Jean-Jacques Goldman.

Création[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Goldman a donné plusieurs interviews dans lesquelles il expliquait les difficultés qu'il avait rencontrées pour composer la chanson : « Il y a des chansons comme Je marche seul, par exemple qui ont pris dix formes différentes, d'autres refrains... Donc j'ai mis beaucoup de temps à les bâtir, plusieurs mois. »[2],[3]. Au début de l'année 1985, il déclare même au micro de la station locale 92 Radio qu'il est « sceptique quant au résultat final de la chanson »[4].

À travers les paroles, il explique qu'il marche seul à travers la ville, perdu dans ses pensées, détaché de tous les soucis du quotidien, en savourant simplement le plaisir d'observer le monde de façon anonyme. Il s'est inspiré de son propre vécu : « il y a des jours où beaucoup d'ennuis vous tombent dessus : des factures, je ne sais pas moi, plein de trucs. Et tout d'un coup, vous craquez, vous claquez la porte de chez vous, et vous sortez, vous marchez, vous vous dites "mes ennuis, c'est rien, j'ai deux bras, deux jambes, je peux marcher dans la ville, faire le vide dans ma tête !" Et là, c'est super, on rêve, on ne pense plus à rien. »[5].

Il aime se retrouver seul, marcher sans but, sans être entouré en permanence d'une bande d'amis, selon lui cette chanson correspond à son tempérament[6],[7]. C'est la raison pour laquelle il estime que Je marche seul n'est pas une chanson triste car pour lui : « la solitude n'est pas du tout une punition »[8]. Au contraire, il considère qu'elle fait partie des chansons « qui ont la pêche »[8].

La chanson débute par une longue introduction musicale assurée par un solo de saxophone joué par le musicien Patrick Bourgoin[9].

Vidéo-clip[modifier | modifier le code]

Le clip est réalisé par Bernard Schmitt à Bruxelles[10] et commence à être diffusé à la télévision en mai 1985. Il raconte l'histoire d'un jeune marin (Goldman) qui vient de l'Europe de l'Est et à qui il arrive une aventure amoureuse alors qu'il se trouve dans un train qui passe la frontière[11]. Jean-Jacques Goldman, ayant très peu de temps pour aller au cinéma à l'époque, aime beaucoup regarder les bandes-annonces des films, principalement celles des films d'aventures. Il trouve qu'en peu de temps, elles parviennent à susciter divers sentiments (émotion, aventure, suspens…) et donnent envie d'aller au cinéma. Avec Bernard Schmitt, ils décident de tourner une vidéo sur le même principe[8]. Pour suggérer l'aventure, ils envisagent dans un premier temps « un plongeur sous-marin, ça me tentait beaucoup, ou un cosmonaute qui revient de la lune, mais finalement, nous avons choisi d'un commun accord l'histoire de ce marin qui fait son service militaire dans un pays de l'Est, (…) »[12].

Accueil public et critique[modifier | modifier le code]

La chanson est un succès commercial et se vend à plus de 700 000 exemplaires[13]; elle reste dans le Top 50 pendant 30 semaines, du 17 juin 1985 au 6 janvier 1986. Entrée à la 25e position, elle se place dans les dix premiers du classement quatre semaines plus tard et s'y maintient pendant quatorze semaines consécutives[1]. Jean-Jacques Goldman a déclaré lors d'une interview qu'avant même sa sortie dans les médias, il était sûr de détenir un tube : « Alors pour Je marche seul, je n'avais aucun doute ! »[14]. Le single rencontre aussi le succès en Belgique, ce qui permet à l'album Non homologué de se vendre à plus de 35 000 exemplaires, contre 15 000 pour chacun des deux albums précédents[15].

Le 13 octobre 1985, Jean-Jacques Goldman interprète la chanson en duo avec Daniel Balavoine lors du concert des Chanteurs sans frontières à la Courneuve pour venir en aide à l'Éthiopie[16].

Pour l'émission Zénith de Michel Denisot qui lui est consacrée en décembre 1986, Jean-Jacques Goldman interprète plusieurs chansons en Chine. Le tournage de Je marche seul se déroule sur l'avenue de Nankin à Shanghai, où Goldman marche incognito parmi des milliers de Chinois[17].

Titres sortis[modifier | modifier le code]

45 tours
  1. Je marche seul — 4:03
  2. Elle attend — 3:17
Maxi 45 tours
  1. Je marche seul — 5:58
  2. Elle attend — 3:15

La chanson figure également sur les albums live En public (1986) et Traces (1989) sous forme de medley, en entier sur le live Un tour ensemble (2003), sur les best of Intégrale (1991) et Singulier (1996) ainsi que sur un CD 2 titres par Fredericks - Goldman - Jones (1993).

Musiciens[modifier | modifier le code]

Nominations et récompenses[modifier | modifier le code]

En 1985, le titre est certifié disque d'or par le SNEP[18] et Bernard Schmitt est nommé aux victoires de la musique dans la catégorie Vidéo-clip de l'année[10].

Reprises[modifier | modifier le code]

En 1990, Jean-Félix Lalanne a repris la chanson. Une version néerlandaise de Je marche seul, interprétée par Bart Herman, figure sous le titre d'Ik loop alleen sur l'album De slag van mijn hart (1997). En 2002, le Collège de l'Estérel a également repris la chanson. En 2004, lors du concert Les Enfoirés dans l'espace, la chanson est également reprise par Muriel Robin, Pierre Palmade, Gérard Jugnot, Axel Bauer, Zazie, Hélène Ségara et Natasha St-Pier. En 2012, dans l'album Génération Goldman, la chanson est reprise par Christophe Willem.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Je marche seul », sur Charts in France (consulté le 12 août 2010)
  2. Nicole Korchia, « Interview de Jean-Jacques Goldman », Salut!,‎
  3. « Interview de Jean-Jacques Goldman », Europe 2,‎
  4. Page, Varrod, p. 80
  5. « Jean-Jacques Goldman, antistar qui réussit ! », Girls,‎
  6. « Haute Tension », JFM,‎
  7. « Jean-Jacques, le fataliste », Faim de siècle, no 24,‎
  8. a b et c « Les espoirs et les doutes », Cool,‎
  9. Elia Habib, Muz hit. tubes, p. 47 (ISBN 2-9518832-0-X)
  10. a et b Goudeau, p. 94
  11. Réval, p. 91
  12. « Les photos de sa vidéo "Je marche seul" », Podium,‎
  13. http://www.top-france.fr/html/annuel/1985.htm
  14. « Quand la musique est bonne », RTL,‎
  15. Jean-Luc Cambier, « Quand la chanson est bonne », Télé Moustique, no 3807,‎
  16. Réval, p. 95
  17. Max Dumas, « Nos cinq jours à Shanghai avec Jean-Jacques Goldman », Podium,‎
  18. http://www.infodisc.fr/Chanson_Certifications.php

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mathias Goudeau, Jean-Jacques Goldman, Paris, Musicbook, 127 p. (ISBN 2843431093)
  • Anne et Bernard Réval, Jean-Jacques Goldman, France-Empire, , 301 p.
  • Christian Page et Didier Varrod, Jean-Jacques Goldman - Portrait non conforme, Pierre-Marcel Favre, , 206 p.