Jazz Hot (magazine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jazz hot)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la presse écrite image illustrant le jazz
Cet article est une ébauche concernant la presse écrite et le jazz.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jazz Hot
Pays France
Langue Français
Périodicité revue en ligne
Genre Jazz
Date de fondation 1935
Ville d’édition Paris

Site web www.jazzhot.net

Jazz Hot est une revue de jazz en langue française, créée en 1935 par Charles Delaunay et Hugues Panassié. Depuis 2013, elle est diffusée exclusivement sur Internet et gratuitement.

C'est la doyenne des revues de jazz du monde encore en activité[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jazz Hot paraît pour la première fois en mars 1935. Fondée par Charles Delaunay[2] – le fils des célèbres peintres Sonia et Robert Delaunay – et par une équipe comprenant entre autres Hugues Panassié[3], Pierre Nourry, Jacques Bureau[4], Jazz Hot est la doyenne des revues de jazz du monde encore en activité. Orkesterjournalen (Suède, 1933) et Down Beat (USA, 1934) qui existent encore, ne sont, à l’origine, pas des revues exclusivement dédiées au jazz comme le fut Jazz Hot. La création de la revue suit celle du Hot Club de France (1932) association de jeunes amateurs de jazz - présidée par Hugues Panassié - qui organisent des concerts à Paris, dans le quartier de Pigalle, et décident, à l'initiative de Delaunay, de publier leur propre revue pour faire la promotion du jazz « hot » (concept théorisé par Panassié) : c'est à dire le jazz « authentique », issu de la culture afro-américaine, contrairement à ses ersatz en vogue tenant davantage de la variété jazzy. Charles Delaunay est aussi le fondateur du premier label exclusivement jazz (Swing) et l’auteur dès 1936 d’une discographie du jazz. Cette authentification précoce du jazz comme culture originale n’est donc pas un fruit du hasard.

Au même titre que son ancienneté, le caractère international voulu dès l'origine en fait l’originalité : la revue a été bilingue français-anglais de 1935 à 1939 (première série de 32 numéros) et son équipe a été recrutée aussi bien en France qu’aux États-Unis, en Grande-Bretagne, Roumanie, Belgique, Suisse, Italie, Espagne… Cette volonté donne à son contenu un aspect universel et encyclopédique.

Jazz Hot s’interrompt pendant la Seconde guerre mondiale, remplacée par des bulletins clandestins. Le siège de Jazz Hot et du Hot Club de France (14, rue Chaptal - Paris 9e), qui avait été inauguré en 1939 par Duke Ellington et Django Reinhardt, sert un moment de lieu de réunion au réseau de résistants qu'a rejoint Charles Delaunay.

Jazz Hot paraît de nouveau en octobre 1945, avec une nouvelle numérotation. La revue est désormais uniquement en français, Delaunay estimant que désormais il existe d'autres revues dans le monde qui traitent du jazz comme d'un objet d'art, ce qui n'était pas le cas dix ans plus tôt. La rédaction de la revue est alors traversée par une controverse autour d'un nouveau courant du jazz : le bebop. Une partie de l'équipe, regroupée autour de Delaunay et de nouvelles recrues comme André Hodeir et Boris Vian, s'enthousiasme pour le nouveau style, tandis que Panassié le rejette. Ce dernier quitte Jazz Hot et exclut Delaunay du Hot Club de France. Cette scission entraînera la création par Panassié du Bulletin du HCF en 1950. La polémique entre « raisins aigres » et « figues moisies » est une source d'inspiration pour la savoureuse revue de presse que Boris Vian tient de 1947 à 1958.

Parmi les contributeurs de Jazz Hot, depuis 1945, on compte notamment : Lucien Malson, Frank Ténot, Marcel Zanini, Jacques Demêtre, Jean-Christophe Averty, Ira Gitler, Alain Tercinet ou encore Laurent Goddet. Quarante ans plus tard, Charles Delaunay s'étonnait encore de son audace, qu'il qualifiait de « pure folie » : « On peut se demander par quelle aberration quelques illuminés sans expérience - dont j'étais - ne disposant de surcroît d'aucune ressource personnelle, purent entreprendre la publication d'une revue exclusivement consacrée au jazz. »[5].

Revue mensuelle, Jazz Hot connaît quelques courtes interruptions, notamment entre décembre 1990 et septembre 1991. Jazz Hot est alors reprise en main par Yves Sportis (qui en est toujours le directeur de la publication et de la rédaction) et une équipe largement renouvelée. Jazz Hot renoue avec l'esprit qui avait présidé à sa fondation : celui d'une revue d'art savante, mais se voulant accessible.

La revue paraît de façon irrégulière entre 2008 et 2009, avant de prendre un rythme trimestriel à partir de 2010, l'année de ses 75 ans. Elle rend dès lors disponible, via son site internet, tous ses anciens numéros depuis 1935, en originaux ou fac-similés. Depuis 2013, Jazz Hot est une revue online (il n'y a plus de parution papier) et gratuite (ses archives internet depuis 2013 restant en accès libre).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jazz Hot ; A jazz encyclopaedia
  2. Félix W. Sportis, « Delaunay's Dilemma : hommage à Charles Delaunay », Jazz Hot,‎ n°655, 656, 658 et 659, 2011-2012
  3. Michel Laplace, « Le siècle de Hugues Panassié », Jazz Hot,‎ n°660 et 661, 2012
  4. Félix W. Sportis, « Jacques Bureau : du jazz "hot"... au surréalisme », Jazz Hot,‎ n°651, mars 2010
  5. « Paris 1935 », Jazz Hot, n° 314, mars 1975.

Lien externe[modifier | modifier le code]