Aller au contenu

Jaych al-Nasr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jaysh al-Nasr)

Jaych al-Nasr
Image illustrative de l’article Jaych al-Nasr

Idéologie Nationalisme syrien
Objectifs Renversement du régime baasiste de Bachar el-Assad
Établissement d'une démocratie
Fondation
Date de formation
Origine Fusion de quinze groupes
Pays d'origine Syrie
Actions
Zone d'opération Gouvernorat de Hama
Organisation
Chefs principaux Mohammed al-Mansour
Membres 5 000[1]
Fait partie de Armée syrienne libre
Fatah Halab (2015-2017)
Front national de libération (depuis 2018)
Guerre civile syrienne

Jaych al-Nasr (arabe : جيش النصر, « L'Armée de la Victoire ») est un groupe rebelle de la guerre civile syrienne, fondé en 2015.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Jaych al-Nasr est formée en et rassemble quinze groupes[1] :

  • Suqur al-Ghab (en)
  • Jabhat al-Inqadh al-Muqatilah
  • Le 111e régiment
  • Le Front al-Cham
  • Liwa Suqour al-Jabal
  • Jaych al-Ezzah
  • La 6e brigade
  • La 111e division
  • La 60e division
  • La Brigade Bilad al-Cham
  • Le Harakat Fedayeen al-Thawriyah
  • Les bataillons Suqour al-Jihad
  • La Brigade des martyrs d'al-Tremseh
  • Les Kataeb al-Mashoor
  • Liwa al-Aadiyat

Vers fin 2015, Suqur al-Ghab (en), Jabhat al-Inqadh al-Muqatilah et le 111e régiment fusionnent au sein de Jaych al-Nasr.

Affiliations[modifier | modifier le code]

Jaych al-Nasr fait partie de l'Armée syrienne libre et intègre la chambre d'opérations Fatah Halab[2],[3].

Dissolution[modifier | modifier le code]

Le , Jaych al-Nasr fusionne avec dix autres groupes de l'Armée syrienne libre pour former le Front national de libération[4].

Effectifs et commandement[modifier | modifier le code]

Jaych al-Nasr revendique 5 000 combattants présents dans le gouvernorat de Hama. Le groupe est commandé par le major Mohammed al-Mansour, également chef de Suqour al-Ghab[1],[5]. Le chef de l'aile politique est Abdoul Hakim al-Rahmon[6].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Hasan Mustafa, « The moderate rebels: a growing list of vetted groups fielding BGM-71 TOW anti-tank guided missiles »,
  2. (en) « Battle Break the Siege of Aleppo: final ATGM statistics »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Medium,
  3. (en) « Who's involved in the rebels' Aleppo offensive? The cliff-notes », The New Arab,
  4. (en) Burak Karacaoglu et Esref Musa, « 11 Syrian opposition groups form new front in Idlib », Agence Anadolu,
  5. « Al-Naser Army »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), RFS,
  6. Reuters, « Un massacre signalé dans l'ouest de la Syrie », L’Orient-Le Jour,