Jayhawks du Kansas (basket-ball)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la section basket-ball des Jayhawks du Kansas. Pour les autres sections, voir Jayhawks du Kansas.
Jayhawks du Kansas
Logo du Jayhawks du Kansas
Généralités
Fondation 1898
Couleurs          
Salle Allen Fieldhouse
16 300 places
Championnat actuel NCAA
Entraîneur Bill Self
Palmarès principal
National[1] 3
1952, 1988, 2008

Maillots

 
Domicile jersey
Domicile jersey
 
Domicile shorts
 
Domicile
 
Extérieur jersey
Extérieur jersey
 
Extérieur shorts
 
Extérieur

L'équipe de basket-ball des Jayhawks du Kansas est le programme universitaire de basket-ball représentant l'Université du Kansas. C'est l'une des équipes qui a rencontré le plus de succès dans l'histoire du basket-ball universitaire. Elle est classée en Division I de la NCAA et évolue dans la conférence Big 12.

Le premier entraîneur des Jayhawks est l'inventeur du basket-ball, James Naismith, qui est le seul entraîneur de l'histoire de l'équipe avec un bilan négatif. Le programme a vu émerger de nombreux joueurs professionnels notables, comme Clyde Lovellette, Wilt Chamberlain, Jo Jo White, Danny Manning, Raef LaFrentz, Paul Pierce, Nick Collison, Kirk Hinrich, Mario Chalmers et Andrew Wiggins, ainsi que les entraîneurs Phog Allen, Adolph Rupp, John McLendon, Dean Smith, Dutch Lonborg, Larry Brown, Roy Williams et Bill Self. Phog Allen fonda la National Association of Basketball Coaches (NABC) et était, avec Lonborg, un des premiers partisans du Championnat NCAA de basket-ball[2],[3].

En 2008, ESPN a nommé les Jayhawks deuxième programme le plus prestigieux depuis la saison 1985-1986, après les Blue Devils de Duke[4]. Kansas est l'équipe avec la plus longue série en cours de participations au championnat NCAA (26)[5] et celle avec la deuxième plus longue série en cours de saisons positives (plus de victoires que de défaites) avec 31, derrière les 43 saisons de Syracuse. Elle détient également les records du nombre de saisons positives dans l'histoire de la Division I (97), du nombre de titres de conférence en Division I (59), ainsi que celui du nombre de joueurs sélectionnés dans la All American First Team (récompense annuelle honorant les meilleurs joueurs NCAA de la saison ).

Depuis l'inauguration du Allen Fieldhouse en 1955, les Jayhawks ont un bilan à domicile de 699 victoires pour 108 défaites (86,6 %). Sous les ordres de l'entraîneur Bill Self, l'équipe a a un bilan à domicile de 206-9 (95,8 %), qui inclut des séries de 69 puis 33 victoires de suite, ainsi qu'une série en cours de 40.

Historique de l'équipe[modifier | modifier le code]

Les Jayhwaks ont le plus grand nombre de saisons positives de l'histoire de la NCAA. L'équipe a eu seulement huit entraîneurs depuis sa création il y a 118 ans. Chaque entraîneur a mené Kansas au FInal Four (demi-finales) depuis la création du championnat de la NCAA. Quatre des entraîenurs de Kansas ont été intronisés au Basketball Hall of Fame, davantage que toute autre équipe universitaire des Etats Unis. Les Jayhawks ont remporté 9 titre en 19 ans d'existence de la conférence Big 12, dans laquelle ils évoluent.Ils remportèrent leur 2000e match contre Texas Tech au cours de la saison 2009-2010, devenant l'une des trois équipes à atteindre ce résultat avec l'Université du Kentucky et l'Université de Caroline du Nord.


Naismith et les premières années[modifier | modifier le code]

L'équipe de 1899 de l'Université du Kansas, avec le docteur James Naismith (en haut à droite)

Le programme de basket-ball commença officiellement en 1898 suite à l'arrivée de James Naismith dans l'école, soit seulement six ans après que celui-ci écrivit les premières règles officielles de ce sport. À l'origine, Naismith n'avait pas été recruté pour entraîner une équipe de basket-ball mais pour diriger la chapelle et enseigner l'éducation physique[6].

Durant ces premières années, la plupart des matchs de l'université étaient disputés contre des équipes à proximité affiliées à la YMCA, qui joua ainsi rôle important dans la naissance du basket-ball. Le Haskell Institute et le William Jewell College étaient également des adversaires réguliers. Sous Naismith, l'équipe ne joua qu'un seul match contre une équipe de l'actuelle Big 12 : une confrontation contre swes rivaux, les Wildcats de l'Université d'État du Kansas[7]. Ironiquement, Naismith est le seul entraîneur de l'histoire du programme à avoir un bilan négatif (55-60).

En comptant ses années d'entraîneur, Naismith fut directeur athéltique et embre de la faculté de l'université pendant presque 40 ans, avand de rpendre sa retraite en 1937. Naismith décéda en 1939 et fut enterré à Lawrence (Kansas). Le terrain de basket-ball du Allen Fieldhouse est nommé le James Naismith Court. Au-delà d'avoir inventé ce sport, un de ses grands héritages est sa descendance dans le coaching, dont les deux membres principaux sont les entraîneurs Phog Allen et John McLendon (McLendon étudia à Kansas dans les années 1930 alors qu'Allen était l'entraîneur, mais la ségrégation lui interdisait de jouer pour celui-ci. Naismith devint donc son mentor depuis son arrivée jusqu'après son diplôme).

L'ère Phog Allen[modifier | modifier le code]

En 1907, KU recruta l'un des joueurs de Naismith, le docteur Forrest C. "Phog" Allen comme entraîneur principal. Naismith avait enseigné à Naismith une maxime désormais célèbre: "Au basket-ball, tu ne peux pas entraîner, tu peux seulement jouer". (You can't coach basketball; you just play it.)[8] Allen démentira cet adage pour devenir, grâce à ses succès et sa "lignée" de coaching, le « père de l'entraînement de basket-ball ». Il transmettra en effet sa science du jeu à certains des noms les plus respectés de l'histoire du basket-ball universitaire, dont les entraîneurs Dean Smith, Adolph Rupp, Dutch Lonborg, et Ralph Miller qui furent tous admis au Hall of Fame par la suite (tous sauf Lonborg étaient originaires du Kansas). Allen entraîna l'équipe de 1907 à 1909, mais en repris les rênes en 1919 après les dix années de William O.Hamilton. Durant ces dix ans, l'équipe eut un bilan de 125-59 et remporta cinq titres de conférence.

Allen entraîna KU pendant 39 saisons pour un bilan de 590-219, remportant le championnat NCAA en 1952. De nombreux grands joueurs évoluèrent sous ses ordres, dont Dean Smith, Adolph Rupp, Dutch Lonborg, Ralph Miller, Paul Endacott, Bill Johnson et Clyde Lovellette tous intronisés au Hall of Fame, ainsi que Bill Hougland qui remporta deux fois l'or olympique.

En 1952, les Jayhawks remportèrent le titre NCAA grâce à une victoire 80-63 contre Saint John's, alors entraînée par Franck McGuire. Le Jayhawk Clyde Lovellette fut élu Most Outstanding Player (meilleur joueur) de la compétition et est à ce jour le seul joueur à avoir été le meilleur marqueur du pays tout en menant son équipe au titre la même année. Ce championnat était le premier à avoir un format "Final Four" (demi-finales). Sept membres des équipes présentent participèrent aux Jeux Olympiques d'été de 1952 et remportèrent la médaille d'or avec l'équipe de basket-ball des États-Unis[9]. Cette victoire était particulièrement poignante pour Allen, qui était la principale voix qui avait permis l'ajout du basket-ball aux Jeux Olympiques de 1936. Allen prit sa retraite en 1956, à l'âge de 70 ans. Il recruta le légendaire Wilt Chamberlain mais n'eût pas l'occasion de l'entraîner car les Freshmen (étudiants de première année) n'étaient pas éligibles pour jouer au basket-ball universitaire en 1956.

L'ère Dick Harp[modifier | modifier le code]

Wilt Chamberlain était l'un des meilleurs pivots à avoir jamais joué pour les Jayhawks.

Suite à la retraite d'Allen, les Jayhawks recrutèrent un de leurs anciens joueurs et assistant, Dick Harp. Sous sa direction, l'équipe obtint un bilan de 121-82 et remporta deux titres de conférence, tout en participant deux fois au championnat NCAA.

Wilt Chamberlain joua à l'université sous les ordres de Harp, lui facilitant ainsi la tâche lors de ses deux premières saisons. Pour son premier match, Chamberlain inscrivit 52 points et prit 31 rebonds, battant ainsi les records universitaires de chacune de ces catégories . En 1957, il mena les Jayhawks en finale nationale contre les Tar Heels de l'l'Université de Caroline du Nord, entraînée par Franck McGuire, qu'ils avaient battu en finale en 1952 alors que McGuire était à Saint John's. McGuire mit en place une défense à trois contre Chamberlain , ce qui lui permit de battre KU 54-53 à la fin de la troisième période de prolongation. Ce match est considéré comme un des meilleurs de l'histoire de la NCAA. Chamberlain continue de marquer en moyenne plus de 30 points par match jusqu'à la fin anticipée de son cursus pour rejoindre l'équipe professionnelle des Harlem Globetrotters.

L'ère Ted Owens[modifier | modifier le code]

Ted Owens remplaça Harp en 1964 et obtiendra un bilan de 348-218 avec les Kansas Jayhawks, en gagnant six fois le titre de la conférence Big Eight.

L'équipe participa au championnat NCAA à sept reprises sous sa direction. En 1971, elle obtint un bilan de 27-3 et atteint le Final Four qu'elle perdit face aux Bruind d'UCLA. En 1974, après un bilan de 23-7, elle eprdit une nouvelle fois au Final Four face à Marquette.

Durant cette période, les Jayhawks virent éclore plusieurs joueurs All-Americans comme Jo Jo White, Walt Wesley, Bud Stallworth, Darnell Valentine et Dave Robisch.

Après 19 ans d'entraînement à Kansas, Owens fut licencié lors de la saison 1982-1983 après deux saisons négatives de suite.

Les années Larry Brown[modifier | modifier le code]

Brown mena Kansas à son deuxième titre national en 1988.

En 1983, Larry Brown rejoignit l'université du Kansas après avoir entraîné en NBA. Avec lui, Kansas finit premier de la Big Eight en 1986 et deuxième en 1984, 1985 et 1987. En 1988, Kansas commença par un médiocre 12-8, dont 1-4 face aux équipes de la Big Eight. La série de 55 victoires au Allen Fieldhouse fut arrêtée par une défaite face au rival Kansas State, et l'équipe perdra également deux matches à domicile contre Duke et Oklahoma. Grâce au scoring de Danny Manning, KU finit la saison sur un bilan de 21-11 et participa alors au championnat NCAA en tant que #6 Seed (6e tête de série). Grâce à l'élimination rapide de deux favoris, ils purent affronter des équipes moins bien classées et gagner ainsi en confiance. Ils finirent par affronter les trois équipes qui les avaient battus à domicile plus tôt dans la saison. Ils battirent Kansas State lors du Elite 8 (quart-de-finale), puis Duke au Final Four, avant de finalement remporter le titre national face à Oklahoma sur le score de 83-79. Les 11 défaites accumulées par Kansas sont un record de NCAA pour une équipe sacrée championne. La victoire leur valut ainsi le surnom de "Danny and the Miracles" (Danny et les Miracles). Lors du début du championnat NCAA, Dick Vitale avait été interrogé sur els chances de victoires de Kansas et avait répondu "Si Kansas gagne, j'embrasserai le Jayhawk sur le parquet du Allen Fieldhouse." Et il tint cette promesse.

Pendant les années Brown, Kansas participa cinq fois au championnat NCAA, dont deux fois aux second tour, une au Sweet 16 (huitièmes de finale), deux au Final Four et furent sacrés une fois champions. il obtint un bilan général de 135-44 (75,4 %).Brown quitta son poste lors de la saison 1988-1989, laissant Kansas faire face aux sanctions NCAA pour des infractions au règles de recrutement, qui étaient survenues sous sa direction. La principal infraction était un billet d'avion pour la potentielle recrue Vincent Askew pour rendre visite à sa grand-mère malade[10]. Avant l’enquête, Askew avait déjà décidé de ne pas rejoindre Kansas.

L'ère Roy Williams[modifier | modifier le code]

Peu après le départ de Brown, Kansas recruta l'assistant de North Carolina, Roy Williams, comme entraîneur principal. De 1988 à 2003, sous la direction de Williams, les Jayhawks eurent un bilan de 418-101 (80,5 %). Les équipes de Williams obtinrent 27,8 victoires de moyenne par saison. À l'exception de sa première saison à Kansas (quand son équipe en probation à cause des infractions au règlement au cours des années Brown), toutes les équipes de Brown participèrent au championnat NCAA. De 1990 à 1999, Kansas eut un bilan de 286-60, soit le plus grand nombre de victoires et le plus haut pourcentage de victoires de toute la décennie[11]. De 1994 à 1998, les Jayhawks remportèrent 62 matchs consécutifs à domicile, la plus longue série en NCAA à l'époque. Les seniors (4e années) de 1998 Raef LaFrentz, Billy Thomas et C.B. McGrath eurent un bilan de 58-0 au cours de leur carrière à Kansas.

L'équipe remporta neuf fois la saison régulière de sa conférence sur ses 13 années en tant qu'entraîneur. En sept ans d'existence de la conférence Big 12, ses équipes eurent un bilan de 94-18, remportant le titre de saison régulière en 1997, 1998, 2002 et 2003 ainsi que le titre des séries (phase éliminatoire) en 1997, 1998 et 1999. En 2001-2002, KU devint la première équipe, et seule à ce jour, à être invaincue (16-0) dans la Big 12.

Kansas était avait le meilleur pourcentage au tir du pays en 1990 (53,3 %) et 2002 (50,6 %), ainsi que le plus gros écart de points en 2003. Ils contraignirent leurs adversaires au plus bas pourcentage au tir en 2001 (37,8 %), eurent le meilleur pourcentage de victoires en 1997 et 2002, le plus grand nombre de passes décisives en 2001 et 2002 et marquèrent plus de 90 points de moyenne en 1990 et 2002.

Sous la direction de Williams, l'équipe effectua plusieurs longs parcours en championnat NCAA, atteignant le Final Four quatre fois et la finale deux fois : en 1991 et 2003, mais les perdant toutes deux face à Duke puis Syracuse. Malgré ces bons résultats, les Jayhwaks de Williams connurent de nombreux malheurs . L'équipe de 1996-1997 était notamment considérée par beaucoup comme la meilleure de l'histoire, rassemblant plusieurs futurs joueurs NBA comme Paul Pierce, Jacque Vaughn, Raef LaFrentz et Scot Pollard. L'équipe fut battue lors du Sweet Sixteen par les futurs champions, les Wildcats de l'Arizona[12].

Les Jayhawks atteignirent le Final Four en 2002 et 2003. Suite à la défaite en finale en 2003, Williams quitta Kansas et reparti entraîner les Tar Heels de la Caroline du Nord.

Les années Bill Self[modifier | modifier le code]

Bill Self fut nommé entraîneur avant la saison 2003-2004. Il hérita alors des joueurs recrutés par Roy Williams, ce qui causa quelque agitation à cause du style de jeu différent de ces deux entraîneurs. Self mena néanmoins son équipe au Elite Eight du championnat NCAA cette année-là.

Les deux saisons suivantes ne se terminèrent pas aussi bien. On attendait beaucoup de l'équipe expérimentée de KU en 2004-2005, menée par les seniors Wayne Simien, Keith Langford, Michael Lee et Aaron Miles. Ils débutèrent par un bilan de 20-1 mais perdirent six de leurs neuf derniers matchs, dont un contre Bucknell au premier tour du championnat NCAA. L'équipe avec 23-7 et fut co-championne de la Big 12 avec Oklahoma.

L'entraîneur Bill Self (3e en partant de la gauche) et son équipe championne de 2007-2008

En, 2005-2006, on attendait peu de cette équipe dominée par les Freshmen et Sophomore (premières et deuxièmes années). Malgré une victoire 73-46 contre les Wildcats du Kentucky, ils virent également s'achever leur série de 31 victoires face au rival Kansas State sur une défaite 59-55 au Allen Fieldhouse. Mais les Jayhawksremportèrent 15 de leurs 17 derniers matchs pour participer aux séries de la Big 12 en #2 Seed (tête de série n°2). Ils en remport_rent la finale face aux Longhorns du Texas et participèrent ainsi au championnat NCAA, qu'ils perdirent au premier tour contre les Braves de Bradley.

En 2007-2008, Kansas commença la saison par un 20-0 avant de perdre à Kansas State pour la première fois depuis 1983. Les Jayhawks remportèrent le titre de saison régulière de la Big 12 ainsi que les séries. Ils gagnèrent en Elite Eight face Wildcats de Davidson sur le score de 59-57. En demi-finale, ils affrontèrent les Tar Heels de Caroline du Nord, entraînés par leur ancien coach Roy Williams, et les battirent par 84-66. Ils disputèrent alors la finale face au Tigers de Memphis. Au cours de ce match, alors qu'il ne restait que quelques secondes de jeu, Sherron Collins remonta la balle sur tout le terrain avant de la passer à Mario Chalmers, qui marqua un 3-points très éloigné et pour amener son équipe en prolongation. Ce tire sera ensuite connu comme "Mario's Miracle" (le Miracle de Mario). Kansas se défit ensuite de Memphis en prolongation 75-68 et remporta le titre NCAA. Ils terminèrent la saison sur un bilan de 37-3, soit la saison la plus victorieuse de l'histoire des Jayhawks.

En 2008-2009, malgré la perte de 7 de leurs 9 meilleurs marqueurs et de tous leurs titulaires, les Jayhawks participèrent à leur 20e championnat NCAA de suite sur un bilan de 25-7. Ils participèrent à leur troisième Sweet Sixteen consécutif après une victoire contre les Flyers de Dayton, mais leur saison se termina par une défaite 67-62 face à Michigan State. Suite à cette saison, Bill Self fut élu "national Coach of the Year" (entraîneur de l'année) par Associated Press, CBS Sports, USBWA , et Sporting News.

Des fans de Kansas célébrant le titre national de 2008 à Lawrence, Kansas

Pendant l'intersaison, Sherron Collins et Cole Aldrich annoncèrent leur intention de revenir pour la saison 2009-2010. Kansas recruta également Xavier Henry, annoncé comme l'un des meilleurs de sa promotion, ce qui mena ESPN à faire de Kansas "l'équipe à battre de 2009-2010". Les Jayhawks finirent ainsi la saison sur un bilan de 29-2 et une série de 59 victoires à domicile. L'équipe remporta la 2000e victoire de son histoire, devenant seulement la troisième équipe à atteindre ce résultat. Ils participèrent alors leur 21e championnat NCAA consécutif, un record dans l'histoire de la NCAA. Toutefois, malgré leur statut de favori, il s'inclinèrent au deuxième tour contre Northern Iowa.

Kansas recruta ensuite le meilleur lycéen, Josh Selby en avril 2010. Au cours de la saison 2010-2011, ils remportèrent la saison régulière de la Big 12 pour la septième fois d'affilée et participèrent au championnat NCAA avec le statut de favori. Bill Self fut élu meilleur entraîneur de la Big 12 et Marcus Morris meilleur joueur de la conférence. Au cours de la saison, Kansas dépassa North Carolina au classement des programmes les plus victorieux de l'histoire, atteignant la deuxième place, puis s'inclina au Final Four contre Virginia Commonwealth University.

L'équipe perdit par la suite six de ses huit meilleurs marqueurs et dut se reconstruire après sept titres consécutifs de la Big 12. Malgré 7 matchs disputés contre des adversaires classés dans le top 10, Kansas termina la saison régulière par 26-5 et remporta ainsi un 8e titre de conférence consécutif, puis atteignit le Final Four pour la quatorzième fois de son histoire. Les Jayhawks perdirent 67-59 en finale face aux Wildcats du Kentucky, qui avaient écarté les Cardinals de Louisville dans leur partie du tableau.

A la fin de la saison 2012-2013, les Jayhawks avaient remporté 107 de ses 109 derniers matchs à domicile, le meilleur bilan tous sports confondus en NCAA. Après avoir remporté leur neuvième titre consécutif de la Big 12, ils écartèrent leur rival Kansas State et accédèrent au championnat NCAA à nouveau avec le statut de favori, mais s'inclinèrent 87-85 au Sweet Sixteen face à Michigan.

Kansas recruta ensuite les stars Andrew Wiggins et Joel Embiid pour commencer la saison 2013-2014, où ils étaient attendus à la 5e place. Ils commencèrent par cinq victoires de suite dont une contre Duke mais termina la saison régulière par 14-4, remportant leur 10e titre consécutif de la Big 12. La blessure au dos de Joel Embiid fragilisa toutefois la défense intérieure des Jayhawks, leur faisant perdre quatre de leurs sept derniers matchs, dont un contre Iowa State en quarts-de-finales des séries de la Big 12 puis un autre contre Stanford en NCAA Tournament Round of 32 (32e de finale). Kansas termina la saison sur un bilan de 25-10, la première saison à 10 défaites depuis Roy Williams en 1999-2000.

Suite au départ d'Andrew Wiggins et Joel Embiid pour la Draft de la NBA les Jayhawks recrutèrent Kelly Oubre et Cliff Alexander pour s'affiremer à nouveau comme le probable vainqueur de leur onzième titre consécutif de la Big 12, ce qu'ils réussirent à accomplir grâce à un bilan de 13-5. Malgré une défaite en finale de série de la Big 12, les Jayhawks participèrent au championnat NCAA avec le statut de #2 Seed mais furent battus par Wichita State par 13 points d'écart. Oubre et Alexander s'inscrivirent ensuite très vite à la Draft NBA.

Kansas disputa les World University Games 2015 (coupe du monde des universités) en Corée du Sud en y représentant les États-Unis. L'équipe termina invaincue et permit aux États-Unis de remporter sa première médaille d'or dans cette compétition depuis 2005[13].

Classement par catégorie statistique[modifier | modifier le code]

Catégorie Rang Statistique
Nombre de victoires 2e 2 180
Pourcentage de victoires 3e 83,1 %
Titres nationaux 7e 3
Finales NCAA 4e 9
Final Four 5e 14
Elite Eight 4e 21
Sweet 16 4e 28
Participations au championnat NCAA 4e 44
Matchs de championnat disputés 3e 140
Matchs de championnat remportés 4e 97
Pourcentage de victoire en championnat 6e 69,6 %
Saisons à 35 victoires ou plus 2e 4
Saisons à 30 victoires ou plus 3e 12
Saisons à 25 victoires ou plus 3e 27
Saisons à 20 victoires ou plus 5e 42
Saisons avec un bilan positif 1er 97
Saison consécutives à 30 victoires ou plus[14],[15] 1er 4
Joueurs élus dans la première équipe All-American[16] 1er 21
Titres de la saison régulière 1er 59

Les nombres ci-dessus sont actualisés à la fin de saison 2014-2015.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Années Entraîneur Bilan Pourcentage Commentaires
1898–1907 James Naismith 55–60 47,8 % Retraite
• Inventeur du basket-ball
• Seul entraîneur de Kansas avec un bilan négatif
1907–1909, 1919–1956 Phog Allen 590–219 72,9 % Retraite
• Connu comme "le Père de l'entraînement de basket-ball"
• Fonda la NABC (National Association of Basketball Coaches)
• Influença avec succès l'accès du basket-ball aux Jeux Olympiques
• 1 titre NCAA, 2 finales, 3 Final Four
• 24 titres de saison régulière de conférence
1909–1919 William O. Hamilton 125–59 637,9 % Démission
• 5 titres de saison régulière de conférence
1956–1964 Dick Harp 121–82 59,6 % Démission
• 1 Final Four
• 2 titres de saison régulière de conférence
1964–1983 Ted Owens 348–182 65,7 Renvoyé
• 2 Final Fours
• 6 titres de saison régulière de conférence
1983–1988 Larry Brown 135–44 75,4 % Démission pour entraîner les San Antonio Spurs
• 1 titre NCAA
• 2 Final Fours
• 1 titre de saison régulière de conférence
1988–2003 Roy Williams† 418–101 80,5 % Démission pour entraîner North Carolina
• 4 Final Fours
• 9 titres de saison régulière de conférence
2003–aujourd'hui Bill Self 378–82 82,2 % • 1 titre NCAA
• 2 Final Fours
• 12 titres de saison régulière de conférence (depuis 2005)
Total 2 180–835 72,3 %

† – Intronisé au Naismith Basket-ball Hall of Fame.

Notes:

  • En 1919, Karl Schlademan entraîna l'équipe et remporta le premier match de la saison avant de céder sa place à Allen pour se concentrer sur ses fonctions d'entraîneur d'athlétisme.
  • En 1947, Howard Engleman entraîna pendant 14 matchs (8-6) suite à l'obligation d'Allen de prendre du repos après le 13e match de la saison. Le bilan d'Engleman n'est pas listé dans ce tableau comme il n'a jamais été officiellement entraîneur.[17]

Actualisé au 8 avril 2015

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Avant 1907
Avant 1907, les Jayhawks jouaient dans différentes salles, du sous-sol du premier Snow Hall (malgré un hauteur de seulement 4,30 mètres) à la patinoire du YMCA le plus proche. Bien qu'un bâtiment du campus actuel porte le même nom, le premier Snow Hall fut démoli en 1934[18].

Robinson Gymnasium (1907-1927)
Le Gymnase Robinson était le premier bâtiment dédié au sport du campus de KU et disposait de 2 500 places assises. Il fut démoli en 1967[19].

Hoch Auditorium (1927–1955)
L'auditorium Hoch était une salle polyvalente de Lawrence, Kansas qui comptait 3 500 places. Il ouvrit ses portes en 1927 et accueillait les Jayhawks du Kansas jusqu'à l'inauguration du Allen Fieldhouse en 1955. Cet auditorium eut plusieurs surnoms durant cette période, dont "Horrible Hoch" et "The House of Horrors" (la Maison des horreurs). Ceux-ci étaient dus aux difficultés rencontrées par les équipes adverses face à l'étroitesse de la salle et aux murs arrondis. L'arrondi des murs donnait en effet l'illusion que les paniers bougeaient, ce qui poussait les équipes adverses à rater leurs lancers-francs.

Le 15 juin 1991, l'auditorium Hoch fut frappé par la foudre et donc complètement détruit. Seule la façade et le lobby furent épargnés.


Anciennes infrastructures de l'université du Kansas
Snow Hall
Robinson Gymnasium
La façade restante du Hoch Auditorium

Allen Fieldhouse (1955–Aujourd'hui)

Intérieur du Allen Fieldhouse
Article détaillé : Allen Fieldhouse.

Le Allen Fieldhouse fut inauguré le 1er mars 1955 lors d'un match contre le rival Kansas State, remporté 77-67.

Depuis le 20 février 1994, les Jayhawks n'ont perdu que 14 matchs au Allen Fieldhouse, pour un bilan de 263-14 (95,1 %). Depuis le 3 février 2007, le bilan s'élève à 140-3 (97,9 %) à la date du 2 avril 2015, soit le meilleur bilan à domicile de l'histoire du basket-ball.

Et si ce n'est pas ce bilan qui effraie leurs adversaires, ce sera le volume sonore de la salle. En 2010, ESPN récompensa le Allen Fieldhouse de salle la plus bruyante parmi toutes les universités du pays, atteignant un niveau sonore de 120 décibels[20].

Traditions[modifier | modifier le code]

Avant chaque match des Jayhawks, avant de chanter l'hymne américain, il est de tradition de chanter la chansons kansasaise "Crimson and the Blue", puis le chant "Rock Chalk, Jayhawk".

Apreès l'hymne, pendant la rpésentation de l'équipe adverse, les membres de la section étudiante sortent un exemplaire du journal étudiant "The Univsersity Daily Kansan, et l'agitent devant leur visage en prétendant le lire pour manifester leur désintérêt pour l'équipe adverse. Après cette présentation, une courte vidéo est diffusée pour présenter les faits marquants de l'histoire des Jayhawks. Pendant la rpésentation des Jayhawks, les étudiants déchirent leur journal et le lancent en confettis. Ce qu'il reste de confettis sera lancé après le premier panier des Jayhawks.

Si les Jayhawks mènent apr une avance confortable à l'approche de la fin du match, la foule commence une version lante du chant "Rock Chalk, Jayhawk", qui est devenue la signature du Allen Fieldhouse.

Les fans et étudiants sont également rès nombreux à l'occasion du "Late Night In The Phog", le premier entraînement de la saison. Celui-ci est public et propose des sketches par les joueurs, anciens comme actuels.

Résultats contres les équipes de la Big 12[modifier | modifier le code]

Adversaire Bilan général Domicile Extérieur Neutre Depuis la création
de la Big 12
Baylor KU, 21–4 KU, 11–0 KU, 8–2 BU, 0–2 KU, 17–4
Iowa State KU, 176–61 KU, 90–15 KU, 68–38 KU, 18–8 KU, 33–11
Kansas State KU, 185–91 KU, 84–35 KU, 75–45 KU, 26–11 KU, 41–5
Oklahoma KU, 139–65 KU, 70–16 KU, 49–41 KU, 20–8 KU, 18–5
Oklahoma State KU, 107–54 KU, 58–11 KU, 35–31 KU, 14–12 KU, 18–7
TCU KU, 5–1 KU, 2–0 ex-aequo, 1–1 KU, 2–0 KU, 2–1
Texas KU, 23–8 KU, 12–1 ex-aequo, 6–6 KU, 5–1 KU, 19–7
Texas Tech KU, 24–4 KU, 13–0 KU, 9–4 KU, 2–0 KU, 16–3
West Virginia KU, 2–0 KU, 1–0 ex-aequo, 0–0 KU, 2–0 KU, 2–0
*Actualisé au 13 mars 2013.[21],[22]

Jayhawks remarquables[modifier | modifier le code]

Meilleurs marqueurs[modifier | modifier le code]

[23]

Rang Joueur Points Par match Années
1 Danny Manning 2 951 20,1 1985–1988
2 Nick Collison 2 097 14,8 2000–2003
3 Raef LaFrentz 2 066 15,8 1995–1998
4 Clyde Lovellette 1 979 24,7 1950–1952
5 Sherron Collins 1 888 13,2 2007–2010
6 Darnell Valentine 1 821 15,4 1978–1981
7 Keith Langford 1 812 13,3 2002–2005
8 Paul Pierce 1 768 16,4 1996–1998
9 Dave Robisch 1 754 21,1 1969–1971
10 Kirk Hinrich 1,753 12.4 2000–2003

Academic All-Americans[modifier | modifier le code]

Titre honorifique récompensant les meilleurs joueurs de la saison.

  • 1971 – Bud Stallworth
  • 1974 – Tom Kivisto
  • 1977 – Chris Barnthouse
  • 1977 – Ken Koenigs
  • 1978 – Ken Koenigs
  • 1979 – Darnell Valentine
  • 1980 – Darnell Valentine
  • 1981 – Darnell Valentine
  • 1982 – David Magley
  • 1996 – Jacque Vaughn
  • 1997 – Jacque Vaughn
  • 1997 – Jerod Haase
  • 1999 – Ryan Robertson
  • 2010 – Cole Aldrich
  • 2011 – Tyrel Reed

National Player of the Year awards[modifier | modifier le code]

Titre honorifique récompensant le meilleur joueur de la saison

  • 1923 – Paul Endacott (Helms Foundation Player of the Year)
  • 1924 – Charlie T. Black (Helms Foundation Player of the Year)
  • 1952 – Clyde Lovellette (Helms Foundation Player of the Year)
  • 1988 – Danny Manning (John R. Wooden Award, NABC Player of the Year, Naismith College Player of the Year)
  • 2002 – Drew Gooden (NABC Co-Player of the Year)
  • 2003 – Nick Collison (NABC Player of the Year)

Maillots retirés[modifier | modifier le code]

Maillots retirés
Numéro Joueur Carrière
0 Drew Gooden 2000-2002
4 Nick Collison 2002-2003
5 Fred Pralle
Howard Engleman
1936-1938
1939-1941
7 Tusten Ackerman 1923-1925
8 Charlie T. Black 1922-1924
10 Charles B. Black
Kirk Hinrich
1942-1947
2000-2003
11 Jacque Vaughn 1921-1923
12 Paul Endacott 1921-1923
13 Wilt Chamberlain
Walt Wesley
1957-1958
1964-1966
14 Darnell Valentine 1978-1981
15 Ray Evans
Jo Jo White
Bud Stallworth
Mario Chalmers
1942-1947
1966-1969
1970-1972
2006-2008
16 Clyde Lovellette 1950-1952
23 B.H. Born
Wayne Simien
1952-1954
2002-2005
25 Danny Manning 1985-1988
26 Gale Gordon 1925-1927
32 Bill Bridges 1959-1961
34 Paul Pierce 1995-1998
36 Al Peterson 1925-1927
40 Dave Robisch 1969-1971
45 Raef LaFrentz 1994-1998
601 Max Falkenstien 1945-2006

[24]Notes:

  • Kansas ne retire que les maillots des anciens joueurs, pas leurs numéros.
  • Il est d'usage qu'un joueur ne voie pas son maillot être retiré dans les cinq années qui suivent sa dernière saison à Kansas. Cette règle n'a pas toujours existé mais Bill Self a indiqué qu'elle serait respectée sous sa direction.
  • 1Falkenstien est actuellement le seul "non-athlète" à être honoré au Allen Fieldhouse. Son numéro 60 est un allusion aux 60 années qu'il a passées à commenter les amtches des Jayhawks à la radio.

Membres du Basket-ball Hall of Fame[modifier | modifier le code]

Athlètes Olympiques[modifier | modifier le code]

Représentant l'Équipe des États-Unis de basket-ball, sauf mention contraire.

Année Joueur Médaille
1952 Phog Allen (assistant coach) Gold medal icon.svg
1952 Charlie Hoag Gold medal icon.svg
1952 Bill Hougland Gold medal icon.svg
1952 John Keller Gold medal icon.svg
1952 Dean Kelley Gold medal icon.svg
1952 Bob Kenney Gold medal icon.svg
1952 Bill Lienhard Gold medal icon.svg
1952 Clyde Lovellette Gold medal icon.svg
1956 Bill Hougland Gold medal icon.svg
1960 Allen Kelley Gold medal icon.svg
1968 Jo Jo White Gold medal icon.svg
1980 Darnell Valentine *
1988 Danny Manning Bronze medal icon.svg
2012 Sasha Kaun (Équipe de Russie de basket-ball) Bronze medal icon.svg

*Valentine fut sélectionné avec l'équipe des États-Unis mais le pays boycotta les Jeux Olympiques d'été de 1980.

Jayhawks en NBA[modifier | modifier le code]

Management actuel[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Joueurs actuels[modifier | modifier le code]

En 2008, cinq Jayhawks furent draftés : Darrell Arthur, Mario Chalmers, Darnell Jackson, Sasha Kaun et Brandon Rush, égalant ainsi le record du plus grand nombre de joueurs draftés la même année, détenu par les Huskies du Connecticut en 2006 et les Gators de Floride en 2007[26]. Ce record fut abttu par les Wildcats du Kentucky lors de la draft 2012 qui virent six de leurs joueurs sélectionnés[27].

Récemment devenus agents libres[modifier | modifier le code]

Cette liste rassemble les anciens Jayhawks qui ont joué dans la dernière saison NBA mais son actuellement sans club et n'ont pas pris leur retraite.

Anciens joueurs[modifier | modifier le code]

  • Charles B. Black (1948–51)
  • Roger Bohnstiel (1966–68)
  • B. H. Born (1952–54)
  • Bill Bridges (1962–74)
  • Walter Roger Brown (1972–79)
  • Rick Calloway (1990)
  • Randolph Carroll (1978–79)
  • Wilt Chamberlain (1959–72)
  • Eric Chenowith (1998-01)
  • Sherron Collins (2010–11)
  • Norm Cook (1976–77)
  • John Crawford (1978–81)
  • John D. Douglas (1977–78)
  • Greg Dreiling (1986–96)
  • Nolen Ellison (1961–63)
  • Jack Eskridge (1948)
  • Ron Franz (1967–72)
  • Leonard Gray (1974–76)
  • Tony Guy (1979–82)
  • Darrin Hancock (1994–96)
  • Carl Henry (1983–84)
  • Xavier Henry(2010–2014)
  • Wayne Hightower (1962–71)
  • Art Housey (1980–81)
  • Cedric Hunter (1991)
  • Darnell Jackson (2008–11)
  • Adonis Jordan (1993–98)
  • Sasha Kaun (2015–2016)
  • Allen Kelley (1953–54)
  • Dean Kelley (1951–53)
  • Ron Kellogg (1983–86)
  • Maury King (1959–62)
  • Ken Koenigs (1975–78)
  • Raef LaFrentz (1998-09)
  • Keith Langford (2007–08)
  • Riney Lochmann (1967–69)
  • Ron Loneski (1957–59)
  • Al Lopes (1965–66)
  • Clyde Lovellette (1953–63)
  • Dave Magley (1982)
  • Danny Manning (1988–02)
  • Brian Martin (1985)
  • Aaron Miles (2005)
  • Paul Mokeski (1979–90)
  • Roger Morningstar (1974–75)
  • Dave Nash (1968–69)
  • Herb Nobles (1976–77)
  • Bob O'Brien (1947–48)
  • Greg Ostertag (1995–05)
  • Scot Pollard (1997-08)
  • Kevin Pritchard (1990–95)
  • Mark Randall (1991–94)
  • Gil Reich (1953)
  • Ryan Robertson (1999)
  • Dave Robisch (1971–83)
  • Giff Roux (1946–48)
  • Pierre Russell (1971–72)
  • Otto Schnellbacher (1948)
  • Josh Selby (2012–13)
  • Wayne Simien (2005–07)
  • Bruce Sloan (1967–69)
  • Isaac Stallworth (1972–76)
  • Rick Suttle (1973–75)
  • Tyshawn Taylor (2012–14)
  • Billy Thomas (1999-08)
  • Calvin Thompson (1983–86)
  • George Unsel (1963–64)
  • Darnell Valentine (1981–90)
  • Jacque Vaughn (1997-09)
  • Rex Walters (1993–99)
  • Walt Wesley (1966–75)
  • Jo Jo White (1969–80)
  • Bobby Wilson (1965–67)

[28],[29]

Historique de la draft[modifier | modifier le code]

  • 82 joueurs choisis à la draft[30].
  • 36 joueurs draftés à la 30e place ou mieux (equivalent du premier tour dans la draft moderne). 37 en incluant le choix territorial Wilt Chamberlain.
  • 21 joueurs draftés entre la 31e et la 60e place (equivalent du second tour dans la draft moderne).

Choix territoriaux
De 1947 à 1965, la draft permettait aux équipes en manque de fans de sélectionner un joueur local à la palce de son choix au premier tour.

Année Joueur Equipe
1959 Wilt Chamberlain Warriors de Philadelphie

Draft classique

Année Tour Choix Général Joueur Equipe
1947 Ray Evans Knicks de New York
1948 Otto Schnellbacher Steamrollers de Providence
1952 1 9 9 Clyde Lovellette Lakers de Minneapolis
1953 8 Dean Kelley Zollner Pistons de Fort Wayne
1953 11 29/30 Gil Reich Celtics de Boston
1954 3 4 22 B. H. Born Zollner Pistons de Fort Wayne
1954 7 2 56 Alan Kelley Hawks de Milwaukee
1957 6 8 48 Maury King Celtics de Boston
1959 10 6 71 Ron Loneski Hawks de St. Louis
1961 3 9 32 Bill Bridges Packers de Chicago
1962 1 5 5 Wayne Hightower Warriors de San Francisco
1963 4 2 28 Nolen Ellison Bullets de Baltimore
1965 8 7 68 George Unsel Lakers de Los Angeles
1966 1 6 6 Walt Wesley Royals de Cincinnati
1966 13 3 103 Al Lopes Bullets de Baltimore
1967 4 2 33 Ronald Franz Pistons de Detroit
1968 9 8 114 Roger Bohnenstiel Knicks de New York
1969 1 9 9 Jo Jo White Celtics de Boston
1969 4 5 48 Dave Nash Bulls de Chicago
1969 11 13 154 Bruce Sloan 76ers de Philadelphie
1971 3 9 44 Dave Robisch Celtics de Boston
1971 4 13 64 Walter Roger Brown Lakers de Los Angeles
1971 13 12 207 Pierre Russell Bucks de Milwaukee
1972 1 7 7 Bud Stallworth SuperSonics de Seattle
1972 14 4 184 Aubrey Nash Bullets de Baltimore
1975 7 2 110 Rick Suttle Lakers de Los Angeles
1975 8 18 144 Roger Morningstar Celtics de Boston
1976 1 16 16 Norm Cook Celtics de Boston
1977 7 14 124 Herb Nobles Pistons de Detroit
1978 5 11 99 Ken Koenigs Cavaliers de Cleveland
1978 6 8 118 John Douglas Jazz de la Nouvelle-Orléans
1979 2 20 42 Paul Mokeski Rockets de Houston
1980 10 12 211 Randy Carroll Suns de Phoenix
1981 1 16 16 Darnell Valentine Trail Blazers de Portland
1981 3 1 47 Art Housey Mavericks de Dallas
1981 7 22 160 John Crawford 76ers de Philadelphie
1982 2 5 28 Dave Magley Cavaliers de Cleveland
1982 2 23 46 Tony Guy Celtics de Boston
1984 4 10 80 Carl Henry Kings de Kansas City
1984 9 1 185 Brian Martin Pacers de l'Indiana
1984 9 15 199 Kelly Knight Jazz de l'Utah
1986 2 2 26 Greg Dreiling Pacers de l'Indiana
1986 2 18 42 Ron Kellogg Hawks d'Atlanta
1986 4 1 71 Calvin Thompson Knicks de New York
1988 1 1 1 Danny Manning Clippers de Los Angeles
1988 3 25 75 Archie Marshall Spurs de San Antonio
1990 2 7 34 Kevin Pritchard Warriors de Golden State
1991 1 26 26 Mark Randall Bulls de Chicago
1993 1 16 16 Rex Walters Nets du New Jersey
1993 2 15 42 Adonis Jordan SuperSonics de Seattle
1994 2 11 38 Darrin Hancock Hornets de Charlotte
1995 1 28 28 Greg Ostertag Jazz de l'Utah
1997 1 19 19 Scot Pollard Pistons de Detroit
1997 1 27 27 Jacque Vaughn Jazz de l'Utah
1998 1 3 3 Raef LaFrentz Nuggets de Denver
1998 1 10 10 Paul Pierce Celtics de Boston
1999 2 16 45 Ryan Robertson Kings de Sacramento
2001 2 14 45 Eric Chenowith Knicks de New York
2002 1 4 4 Drew Gooden Grizzlies de Memphis
2003 1 7 7 Kirk Hinrich Bulls de Chicago
2003 1 12 12 Nick Collison SuperSonics de Seattle
2005 1 29 29 Wayne Simien Heat de Miami
2007 1 13 13 Julian Wright Hornets de La Nouvelle-Orléans
2008 1 13 13 Brandon Rush Trail Blazers de Portland
2008 1 27 27 Darrell Arthur Hornets de La Nouvelle-Orléans
2008 2 4 34 Mario Chalmers Timberwolves du Minnesota
2008 2 22 52 Darnell Jackson Heat de Miami
2008 2 29 59 Sasha Kaun SuperSonics de Seattle
2010 1 11 11 Cole Aldrich Hornets de La Nouvelle-Orléans
2010 1 12 12 Xavier Henry Grizzlies de Memphis
2011 1 13 13 Markieff Morris Suns de Phoenix
2011 1 14 14 Marcus Morris Rockets de Houston
2011 2 19 49 Josh Selby Grizzlies de Memphis
2012 1 5 5 Thomas Robinson Kings de Sacramento
2012 2 11 41 Tyshawn Taylor Nets de Brooklyn
2013 1 7 7 Ben McLemore Kings de Sacramento
2013 2 9 39 Jeff Withey Trail Blazers de Portland
2014 1 1 1 Andrew Wiggins Cavaliers de Cleveland
2014 1 3 3 Joel Embiid 76ers de Philadelphie
2015 1 15 15 Kelly Oubre Hawks d'Atlanta
2016 2 3 33 Cheick Diallo Clippers de Los Angeles

Records en NCAA[modifier | modifier le code]

Séries en cours[modifier | modifier le code]

  • Victoires à domicile : 3
  • Saisons à 25 victoires ou plus : 11 (depuis 2006)
  • Saisons à 20 victoires ou plus : 27 (depuis 1990)
  • Participations au championnat NCAA : 28
  • Titres de conférence : 13

Actualisé à la fin de la saison 2016-2017.

Record d'équipe[modifier | modifier le code]

  • Record de victoires contre un même adversaire en une année civile : 5 (contre Nebraska en 1909 et Kansas State en 1935)

Records individuels[modifier | modifier le code]

  • Nombre de matchs en inscrivant au moins 10 points : 132, Danny Manning
  • Nombre de rebonds dans un premier match en carrière : 31, Wilt Chamberlain (contre Northwestern le 5 décembre 1956)
  • nombre de contres en une saison du championnat NCAA : 31, Jeff Withey

Autres[modifier | modifier le code]

  • Nombre de saisons positives : 96
  • Nombre de titres de conférence ens aison régulière : 58

Références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. (en) « NCAA no place for cheap shots », Wayback (consulté le 31 août 2016)
  3. (en) « Key Dates in NABC History », NABC (consulté le 27 octobre 2013)
  4. ESPN.com College Basketball Program Prestige Rankings
  5. 2009 NCAA Men's Final Four Records
  6. (en) « Naismith untold story » [archive du ] (consulté le 5 septembre 2008)
  7. Naismith's Record
  8. McGill grad James Naismith, inventor of basketball
  9. Good as gold
  10. « Vincent Askew »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 18 mai 2017)
  11. Division I Records
  12. Roy, ACC Have Mixed NCAA History As No. 1
  13. Kansas-led team wins gold medal at World University Games
  14. http://fs.ncaa.org/Docs/stats/m_basketball_RB/2012/DI.pdf
  15. (en) The Associated Press, « NCAA Tournament: Jeff Withey scores 17 points as No. 1 Kansas barely avoids upset in win over No. 16 Western Kentucky », NY Daily News, (consulté le 27 octobre 2013)
  16. 2011 NCAA Record Book – Awards, p.8
  17. Phog Allen
  18. (en) Mark Stallard, Tales From The Jayhawks Hardwood, Sports Publishing LLC, (ISBN 1-58261-890-9)
  19. « So Here's To You, Dr. (and Mrs.) Robinson »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 18 mai 2017)
  20. (en) « KCTV5 » (consulté le 19 novembre 2010)« KCTV5 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  21. http://www.big12sports.com//pdf4/133449.pdf
  22. (en) « 2004–05 Men's Basketball Media Guide – Big 12 Conference – Official Athletic Site », Big12sports.com (consulté le 27 octobre 2013)
  23. (en) « Men's Basketball - 1,000-Point Scorers »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur KUAthletics.com
  24. http://www2.kusports.com/mens_basketball/in_the_rafters/
  25. [1] Naismith Memorial Basketball Hall of Fame searchable database.
  26. ESPN Draft Recap
  27. (en) « Six Wildcats Selected in NBA Draft – Kentucky Wildcats Official Athletic Site », Ukathletics.com, (consulté le 27 octobre 2013)
  28. Former Jayhawks NBA Players
  29. Jayhawks in the NBA
  30. Kansas NBA draft history

Lien externe[modifier | modifier le code]