Javier Pastore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Javier Pastore
PSG-Shakhter15 (12).jpg
Javier Pastore avec le PSG en Ligue des champions en 2015.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Paris Saint-Germain
Numéro 27
Biographie
Nom Javier Matías Pastore
Nationalité Drapeau : Argentine Argentin

Drapeau : Italie Italien

Naissance (26 ans)
Lieu Córdoba (Argentine)
Taille 1,88 m (6 2)
Période pro. Depuis 2006
Poste Milieu offensif, Ailier
Pied fort Droit
Parcours junior
Saisons Club
1999-2006 Drapeau : Argentine CA Talleres
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
2006-2007 Drapeau : Argentine CA Talleres 005 0(0)
2007-2009 Drapeau : Argentine CA Huracán 030 0(8)
2009-2011 Drapeau : Italie US Palerme 082 (39)
2011- Drapeau : France Paris SG 208 (36)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
2010- Drapeau : Argentine Argentine 027 0(2)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 29 avril 2016

Javier Pastore, né le à Córdoba, est un footballeur international argentin, qui évolue au poste de milieu offensif au Paris Saint-Germain. Il est surnommé « El Flaco » (en français « Le maigre ») en raison de sa silhouette élancée[1].

Avec le Paris Saint-Germain, il remporte à quatre reprises le championnat de France de Ligue 1, en 2013, 2014, 2015 et 2016. Il remporte également la Coupe de la Ligue française à trois reprises (2014, 2015 et 2016) ainsi que le Trophée des Champions (en 2013 et 2014).

En sélection nationale, après plusieurs années sans être sélectionné, Javier Pastore atteint la finale de la Copa América 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

En Argentine[modifier | modifier le code]

Javier Pastore fait ses débuts au football dans le petit club de quartier du Collegio San José Artesano à neuf ans en 1999.

Il réalise ensuite la totalité de son parcours junior au CA Talleres où il arrive en 1999, et y signe un contrat professionnel en 2007. En 2004 le club argentin est en faillite, l'AS Saint-Étienne achète 51 % des parts du club sur les conseils d'Oswaldo Piazza et sauve ainsi l'équipe[2]. Deux ans plus tard Piazza parle aux dirigeants stéphanois de cinq jeunes joueurs de Talleres à fort potentiel qu'il a repéré, dont Pastore. Ils sont convoqués pour 15 jours d'essai mais finalement aucun n'est conservé[2],[1].

Il signe donc au CA Huracán à l'été 2007 pour 500 000 dollars[3], club avec lequel il fait ses débuts en équipe première le lors d'une défaite 1-0 contre River Plate. Il termine second du Tournoi de clôture argentin lors de sa deuxième et dernière saison au club en 2009.

À Palerme[modifier | modifier le code]

Javier Pastore sous le maillot de Palerme

L'US Palerme le fait signer en 2009 pour 6 millions d'euros[1]. Le nouveau numéro 6 joue son premier match sous les couleurs rosanero le lors du 3e tour de la coupe d'Italie, victoire 4-2 contre le SPAL Ferrare, ainsi que son premier match de Serie A le 23 août suivant sur une victoire 2-1 contre le Napoli.

À ses débuts, Javier Pastore fait ses preuves comme étant un jeune prometteur mais inexpérimenté, jouant principalement en tant que joker. Mais lorsque Delio Rossi remplace Walter Zenga à la tête du club sicilien en novembre, l'Argentin s'impose comme un titulaire indiscutable[4]. Il marque son premier but en Serie A, le contre Bari. Jouant derrière le duo d'attaquants de Fabrizio Miccoli et Edinson Cavani dans un rôle de meneur de jeu, son jeu et sa technique de balle permettent à Palerme de faire une bonne saison et de finir à la 5e place du championnat, en se qualifiant pour la Ligue Europa[4].

Plusieurs clubs sondent alors Maurizio Zamparini, président de l'US Palerme, sur un éventuel transfert du joueur. Après une prise de contact de l'Olympique lyonnais en vue d'un éventuel transfert lors de l'été 2010, Zamparini évalue son joueur à 50 millions d'euros[5],[3]. Le , alors que de nombreux clubs montrent leur intérêt pour Pastore, comme le FC Barcelone ou Chelsea, il prolonge son contrat qui le lie au club jusqu'en 2015[6].

En novembre 2010, il réalise l'un de ses matchs les plus marquant avec Palerme lors du derby face à Catane. Il marque en effet un coup du chapeau parfait durant ce match. Il marque effectivement du pied droit, du pied gauche et de la tête pour offrir au club et à ses supporters une victoire 3 à 1[7]'[8].

Le , il est élu meilleur jeune joueur de l'année de Serie A de l'année 2010 par ses pairs lors des Oscars du football italien[1],[9].

Lors de sa seconde saison, c'est-à-dire en 2010-2011, il inscrit 11 buts dans le Calcio et se révèle aux yeux du grand public grâce au parcours de son club en coupe d'Italie qui se conclura par une finale perdue contre l'Inter Milan, sur le score de 3 à 1[10].

Au Paris Saint-Germain[modifier | modifier le code]

Pastore à ses débuts avec le PSG (premier match au Parc des Princes).

Arrivée au Paris Saint-Germain (2011-2012)[modifier | modifier le code]

Le , il signe un contrat de cinq ans en faveur du Paris Saint-Germain pour 42 millions d'euros[1],[9]. Cette somme constitue à l'époque un record dans le championnat de France de football[11],[1]. Javier Pastore devient également le plus gros salaire de la ligue 1 et par conséquent du Paris Saint-Germain avec une rémunération brute mensuelle estimée à 350 000 euros[12].

Le , il dispute son premier match sous les couleurs du PSG à l'occasion du match aller des barrages de la Ligue Europa face au club luxembourgeois de Differdange, match qu'il dispute dans son intégralité et au cours duquel il délivre deux passes décisives pour Marcos Ceará et Jérémy Ménez en fin de match[13]. Le 21 août, il fait ses débuts en Ligue 1 contre Valenciennes (victoire du PSG 2-1). Sa première titularisation en Ligue 1 se fera cependant à Toulouse une semaine plus tard, le 28 août, pour une victoire 3 buts à 1 avec deux passes décisives à son actif pour Kevin Gameiro et Mevlüt Erding.

Dès son premier mois au club, il est élu par les supporters parisiens meilleur joueur du mois d'août devant Kevin Gameiro et Salvatore Sirigu[14]. Le , il marque son premier but en Ligue 1 face au Stade brestois, qui est le seul but de la rencontre[15].

Le 24 septembre, il inscrit un doublé sur le terrain de Montpellier, en tête avant ce match, permettant au PSG de s'imposer 3-0 à la Mosson[16], chose que Paris n'avait plus faite depuis la saison 1998-1999, et par la même occasion permettant à Paris de prendre la tête de la Ligue 1. Le 20 janvier 2012, il se blesse lors du seizième de finale de la Coupe de France face à Sablé-sur-Sarthe[17] et se retrouve absent entre 3 et 4 semaines.

Il effectue son grand retour à la compétition le 4 mars en jouant l'intégralité de la rencontre opposant le club de la capitale à AC Ajaccio. Il réalise une très belle prestation en inscrivant le premier but du match en début rencontre puis sera impliqué sur deux autres buts de son équipe[18],[19]. Finalement les Parisiens s'imposent 4-1[18],[19] et El Flaco est même élu homme du match à l'issue de la rencontre.

Il enchaînera par la suite des performances plutôt mitigées, voire mauvaises pendant une dizaine de matchs et cela malgré un but inscrit face au SM Caen le 17 mars et une très belle entrée en jeu face à Lyon en quart de finale de Coupe de France le 21 mars. C'est face au FC Sochaux-Montbéliard le 22 avril qu'il mettra un terme à cette mauvaise série en réalisant un superbe match ponctué d'une très belle ouverture du score et d'une passe décisive en fin de match. Le 20 mai 2012, au terme de la 38e journée de Ligue 1 il finit vice-champion de France avec le Paris Saint-Germain derrière le champion Montpellier[20],[21]. Son but (pour le 1-1) face à Lorient et la victoire du Paris Saint-Germain (2 à 1) lors de cette 38ème journée ne suffisent pas pour obtenir le titre de champion de France. En effet, Montpellier remporte son match face à l'AJ Auxerre sur le score de 2-1[20],[21]. Il aurait fallu une victoire d'Auxerre pour que le PSG soit sacré champion. Montpellier termine ainsi la saison avec 82 points contre 79 points pour le PSG[22]. La première saison de Ligue 1 de Pastore se conclut sur un total de 13 buts et 5 passes décisives en 33 matchs disputés.

Saison 2012-2013[modifier | modifier le code]

Le , lors de la 4e journée de Ligue 1 face au LOSC Lille il offre une passe décisive à Zlatan Ibrahimović et permet au Paris Saint-Germain de s'imposer 2 buts à 1. Javier Pastore marque son premier but de la saison face au Toulouse Football Club.

Le , il effectue son premier match de Ligue des champions et y marque son premier but face au Dynamo Kiev. Pastore effectua un de ses meilleurs match depuis son arrivée au PSG et l'équipe francilienne remporta le match 4-1[23]. En février 2013, lors des huitièmes de finale de la Ligue des champions contre le Valence CF , le PSG se qualifie pour les quarts de finale après une victoire à l'extérieur 2 à 1 et un match nul 1-1 au Parc des Princes[24].

Le , Pastore inscrit un but contre l'AS Saint-Étienne mais, le Paris Saint-Germain n'obtiendra que le point du match nul (2-2).

Le , Pastore marque un but contre le FC Barcelone en quart de finale retour de la Ligue des champions. Le club terminera sur un match nul 1-1 qui le sort cependant de la compétition, à cause du nul 2-2 au Parc des Princes au match aller. Lors du match retour, Pastore ouvre pourtant la marque avant que le FC Barcelone ne revienne au score et condamne le PSG[25].

Au cours du mois de mai 2013, face à l'Olympique lyonnais (victoire 1-0) au stade de Gerland, Pastore et le PSG remportent la Ligue 1[26]. Il s'agit d'une première pour le joueur argentin qui a vu le titre lui échapper pour une victoire lors de la saison précédente. Le club du PSG obtient, lui, un troisième titre après 1986 et 1994, soit 19 ans après le titre obtenu par la génération Ginola et Guérin[26].

Saison 2013-2014[modifier | modifier le code]

Le 3 août 2013, le Paris Saint-Germain est opposé à Bordeaux lors du Trophée des Champions qui se joue à Libreville. Les joueurs parisiens remportent la rencontre sur le score de 2 à 1[27]. Javier Pastore, titulaire lors de ce match sort à la 72ème minute et remporte ainsi son premier Trophée des Champions. Il s'agit du 3ème titre dans la compétition pour le PSG de Laurent Blanc.

Le 2 avril 2014, le Paris Saint-Germain joue le quart de finale aller de la Ligue des Champions au Parc des Princes face à Chelsea. Pastore rentre en fin de match alors que son équipe mène 2-1. Dans les arrêts de jeu, il réalise un slalom en se défaisant de trois défenseurs et parvient à marquer[28]. Sur ce but, Pastore permet au club français de se mettre dans une position favorable avant le match retour en Angleterre. Lors de ce match, l'attaquant du PSG Zlatan Ibrahimovic se blesse derrière la cuisse, et ne peut donc pas se rendre au match retour. Lors de ce match retour à Stamford Bridge, c'est Chelsea qui l'emporte et qui se qualifie[29]. Chelsea remporte le match retour sur le score de 2-0 avec des buts de l'allemand Schürrle et de Demba Ba à la 87ème minute[30]. Pastore rentre à la 73ème minute de ce match et remplace l'autre buteur du match aller et compatriote Ezequiel Lavezzi.

Le 19 avril, 9 jours après l'élimination en Ligue des Champions, il remporte la Coupe de la Ligue face Lyon (victoire 2 à 1)[31]. Pastore, remplaçant, entre en jeu à la 75ème minute du match. Il s'agit de la quatrième Coupe de la Ligue pour le club de l’Île de France[31].

Le 7 mai 2014, il remporte son deuxième championnat de France avec Le PSG, malgré la défaite du club de la capitale face au Stade Rennais au Parc des Princes[32]. Durant cette saison de Ligue 1, Pastore inscrit 4 buts et délivre 8 passes décisives. Il participe ainsi pleinement à la victoire du PSG dans la compétition. Le club de la capitale qui remporte son 4ème titre de Ligue 1 bat de nombreux records sur la saison. Par exemple, il porte à 89 points le nombre de points remportés sur une saison, et porte à 27 le nombre de victoires sur une saison dans la compétition[33].

Saison 2014-2015[modifier | modifier le code]

Le début de saison 2014-2015 semble être celui de la renaissance pour Javier Pastore. Après avoir été auteur d'une bonne pré-saison, il profite de l'absence de Blaise Matuidi pour gagner du temps de jeu. Il débute par un bon match lors du Trophée des champions face à l'EA Guingamp (victoire 2-0 du PSG)[34], puis explose face à Reims lors de la première journée de championnat en offrant deux passes décisives à Zlatan Ibrahimović[35]. Ce premier match face à Reims reste cependant compliqué pour le PSG. En effet, en difficulté défensivement, ils font match nul alors qu'ils menaient 1 à 0 dès la 7ème minute. Le match tourne ensuite en leur défaveur puisque les joueurs du PSG, malgré trois actions en trois minutes, se retrouvent menés au score[36]. Ils lancent ainsi difficilement leur saison[35]. Pastore enchaîne par la suite de bonnes prestations.

Le 30 septembre 2014 face au FC Barcelone en Ligue des Champions, Pastore réalise une performance de haut niveau à la hauteur de son équipe qui bat le Barça de Messi, Neymar et Andrés Iniesta[37].

Pastore lors de Chelsea-PSG en 2015.

Il remporte le trophée UNFP de meilleur joueur de Ligue 1 du mois de novembre[38].

Ses récentes prestations lui permettent de retrouver l'équipe nationale d'Argentine.

L'argentin est sous contrat avec le PSG jusqu'en 2016 et un accord sur une prolongation de contrat tarde à être trouvé. De ce fait, plusieurs grands clubs comme Liverpool, la Juventus sont intéressés. Le Real Madrid se montré intéressé, club où il pourrait retrouver son ancien entraîneur au PSG, Carlo Ancelotti[39],[40].

Le 18 avril 2015, il marque un doublé face à l'OGC Nice pour une victoire des parisiens 3-1 où il se fait remarquer ses gestes techniques qui ont mit à mal défense azuréenne[41]. À la suite de sa bonne performance, Daniel Riolo, journaliste à RMC, loue la « classe mondiale » de Pastore[42]. Le 21 avril 2015, en quart de finale retour de Ligue des champions, les parisiens s'inclinent 2-0 au Camp Nou au cours d'un match où Barcelone montre sa supériorité[43]. Paris ne parvient pas à créer son jeu et se fait surpendre à la 14 ème minute lorsque Andrés Iniesta effectue un raid solitaire depuis le milieu du terrain en éliminant plusieurs joueurs avant de délivrer une passe somptueuse pour Neymar[43]. Le 25 avril 2015, Paris écrase Lille 6-1 en championnat avec un triplé de Lavezzi et un doublé de Cavani, et Pastore délivre deux passes décisives[44],[45].

Il réalise une saison pleine au niveau national avec le Paris Saint-Germain. En effet, le club réalise le quadruplé historique : il remporte le Trophée des Champions, la Coupe de France, la Coupe de la Ligue et le Championnat de France de Ligue 1[46],[47]. Le titre de Ligue 1 est assuré à une journée de la fin du championnat face à Montpellier (victoire 2-1)[48]. Néanmoins, Pastore ne remporte pas la finale de coupe de France puisqu'il est suspendu lors de ce match face à Montpellier. En effet, il reçoit un carton jaune après une petite altercation avec le défenseur montpelliérain Hilton, lorsque Pastore, avant la mi-temps, enchaînait les gestes techniques[48].

Le 1er juin 2015, Pastore prolonge son contrat le liant au PSG jusqu'en 2019 et ses émoluments triplent[49].

Saison 2015-2016[modifier | modifier le code]

Gêné durant une grande partie de la saison par une blessure au mollet[50], il ne participe qu'à peu de matchs avec le PSG. Il est cependant acteur de la victoire 9-0 face à Troyes (but du 2 à 0), qui permet au Paris Saint-Germain d'être titré pour la sixième fois de son histoire en Ligue 1[51],[52].

Alors qu'il ne peut participer au match aller au Parc des Princes contre Manchester City en Ligue des Champions à cause de sa blessure[53], il est sélectionné dans le groupe qui participera au match retour[54]. Les parisiens sont privés de Blaise Matuidi et David Luiz suspendus après le match aller[54], ainsi que de Marco Verratti, victime d'une pubalgie et dont l'absence sera très préjudiciable[55]. Il entre en jeu durant ce match à l'Etihad Stadium. Sa volonté de se porter vers l'avant et sa qualité technique ne suffisent cependant pas au PSG pour se qualifier au tour suivant de Ligue des Champions[56]. Il s'agit pour lui et pour le club d'un quatrième revers en quarts de finale de Ligue des Champions en quatre ans, alors que City de son côté, huit ans après son rachat, atteignait pour la première fois les quarts de finale de Ligue des Champions. Celui est d'autant plus difficile à admettre puisque City ne semblait pas insurmontable pour le PSG, mais surtout parce que le Paris Saint-Germain n'a pas joué à son meilleur niveau[56]. Le système de jeu est également mis en cause après ce match. Laurent Blanc, entraîneur du PSG a effectivement voulu utiliser un système inédit pour les parisiens : le 3-5-2[57]. Cependant, ils n'avaient jamais joué avec et l'équipe s'est très vite désorganisée et a été incapable de jouer vers l'avant[58].

Son entrée combinée à celle de Lucas lors de la demi-finale de Coupe de France contre Lorient permet au PSG de retrouver une certaine sérénité, avant qu'Ibrahimovic ne marque le but de la victoire[59]. Sa passe en profondeur pour Serge Aurier, en fin de match, n'était pas loin d'être décisive et ainsi d'assurer la qualification en finale de Coupe de France.

Javier Pastore est titulaire lors de la finale de Coupe de la Ligue contre le LOSC. Son équipe remporte une troisième coupe d'affilée sur le score de 2-1, alors qu'elle joue les 30 dernières minutes du match à 10 contre 11[60]. Auteur du premier but de la rencontre[61], Javier Pastore est élu par ses pairs "Homme du match"[62]. Alors que sa cinquième saison au Paris Saint-Germain n'est pas encore terminée, il remporte un 10ème titre avec le club de la capitale.

En sélection nationale argentine[modifier | modifier le code]

En sélection argentine avec le numéro 23

En février 2009, il est convoqué avec la sélection des -20 ans pour participer au Championnat Sud-Américain d'Argentine. Ce championnat permet d'obtenir une place pour jouer la Coupe du Monde des -20 ans de 2009. Néanmoins, son club d'Huracan l’empêche de jouer dans cette compétition, tant il est important en équipe première.

Première convocation en sélection (2009-2010)[modifier | modifier le code]

Après une série de bonnes performances avec son club de Palerme en Serie A, le sélectionneur argentin Diego Maradona appelle Pastore pour un match amical non officiel contre la sélection de Catalogne, dirigée par Johan Cruyff, le au Camp Nou. Pastore entre en jeu en seconde période, inscrivant même un but, mais ne peut empêcher la défaite de son équipe (2-4)[63]. Étant donné que la sélection de Catalogne n'est pas reconnue par la FIFA, ce match n'a pas constitué la première sélection en équipe d'Argentine de Pastore. Il fut également appelé par Maradona pour un match amical contre l'Allemagne à l'Allianz Arena (1-0) mais n'entra pas en jeu. Il fait finalement ses débuts avec l'Albiceleste lors d'un match amical contre le Canada le (victoire 5-0)[64].

Coupe du Monde 2010 - Copa América 2011[modifier | modifier le code]

Malgré un seul match officiellement disputé en sélection nationale, Pastore est intégré à la liste de 23 joueurs appelés par Maradona pour disputer la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud[65]. Le , il fait ses débuts en Coupe du monde en entrant en jeu à la 77ème minute contre la Grèce en remplacement de Sergio Agüero pour le troisième match de l'Argentine dans la compétition (2-0).

Durant la Coupe du monde 2010, il ne joue que 42 minutes, dont 4 contre le Mexique lors des huitièmes de finale et 24 contre l'Allemagne en quarts de finale.

Après la Coupe du monde 2010, la FIFA sort avec quatre ans d'avance une liste de jeunes joueurs qui participeront sûrement à la Coupe du Monde 2014 au Brésil. Javier Pastore en fait partie. Il participe ainsi aux matchs amicaux d'entre-coupes, c'est-à-dire entre la Coupe du Monde et la Copa América de 2011. Il participe ainsi aux matchs amicaux contre le Brésil, le Portugal et le Costa Rica.

En juin 2011, Javier Pastore est retenu dans la liste des joueurs participant à la Copa América[66],[65]. Il porte alors le numéro 18. Il fait son entrée dans la compétition en remplaçant Gonzalo Higuain lors d'une victoire 3-0 face au Costa Rica (dernier match des phases de poule). Il joue également le quart de finale contre l'Uruguay, où les Argentins sont éliminés 6-5 lors de la séance de tirs au but.

Difficultés sous l'ère Sabella (2011-2014)[modifier | modifier le code]

Suite à l'échec des Argentins lors de la Copa América 2011, Alejandro Sabella devient directeur technique de la sélection. Pastore est alors écarté de l'équipe nationale, tout comme Carlos Tévez ou Javier Zanetti[67],[68]. Il ne joue ainsi que deux matchs amicaux contre le Venezuela (défaite 1-0) et la Bolivie (nul 1-1)[69].

Retour en sélection nationale (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

A la suite de la finale perdue par l'Argentine lors de la Coupe du Monde 2014, Sabella, qui considère qu'il a terminé son cycle à la tête de la sélection nationale, ne renouvelle pas son contrat. Gerardo Martino qui devient sélectionneur argentin décide alors de sélectionner à nouveau Pastore[69],[65]. Javier Pastore joue ainsi quelques matchs amicaux en fin d'année 2014[65].

En 2015, il est convoqué pour des matchs de préparation avec l'équipe nationale. Il s'impose comme titulaire dans le milieu de terrain argentin. Le , il inscrit son premier but avec la sélection argentine face à l'Équateur lors d'un match amical et qui donne la victoire aux siens (score final 2-1)[70].

Copa América 2015[modifier | modifier le code]

Pastore est convoqué pour la Copa América de 2015[71]. Lors de cette compétition, Tata Martino parvient à exploiter toutes les caractéristiques du Flaco. Il le positionne ainsi dans un 4-3-3 aux cotés de joueurs tels que Javier Mascherano ou encore Lucas Biglia[72]. Sa vision du jeu, sa qualité technique et la précision de ses passes font de Pastore le joueur qu'attendait la sélection nationale d'Argentine, depuis 2008 et le retrait de Juan Roman Riquelme.

L'Argentine ressort invaincue des poules et se classe première de son groupe. Lors des quarts de finale face à la Colombie, l'Argentine concède le nul 0-0 mais s'impose lors de la séance de tirs au but[73].

Le , il inscrit son premier but en compétition officielle face au Paraguay en demi-finale de Copa América 2015. Le scénario de ce match diffère complètement de celui des phases de poules. En effet, l'Argentine bat le Paraguay sur le score de 6 à 1[74]. Il marque le second but de sa match, à la 27ème minute, après une série de passes. Il trompe le gardien adverse d'une frappe croisée au ras du poteau. Il délivre également la passe décisive amenant le troisième but de Di Maria, au début de la deuxième période[74].

Le 4 juillet 2015, l'Argentine affronte le Chili en finale de la Copa América 2015. Les deux mi-temps ne permettent pas aux équipes de se départager. C'est finalement aux tirs au but que le Chili s'impose avec 4 tirs au but marqués contre 1 seul de l'Argentine. Le Chili parvient ainsi à s'adjuger une Copa América après quatre finales perdues[75].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Javier Pastore est un milieu offensif très technique et créatif, qui est à la fois capable de dribbler, de passer ou de marquer des buts. C'est un joueur d'une élégance rare sur le terrain, qui pratique un football esthétique. Au delà de l'efficacité, il est toujours à la recherche du beau geste[76].

Dribbles[modifier | modifier le code]

Sa palette technique est très large, il est capable de gestes techniques de grande classe et sa conduite de balle est toujours des plus fluides. Il excelle dans les dribbles[77] et se débarrasse souvent de ses adversaires par un petit pont (sa spécialité), ce qui entraîne généralement de l'énervement chez son adversaire[78]. Dès qu'il le peut et que le jeu le demande, il n'hésite pas à tenter d'effacer un joueur avec un dribble. Sa volonté de se porter vers l'avant le pousse continuellement à provoquer ses adversaires pour mettre ses attaquants dans les meilleures conditions possibles.

Vision du jeu et efficacité devant le but[modifier | modifier le code]

Il possède aussi une excellente vision du jeu qui lui permet de distribuer de très bons ballons à ses attaquants[79]'[7]. Même s'il a parfois du déchet durant ses matchs, Pastore est toujours à la recherche de la passe qui "tue", du "caviar"[7] qui élimine les défenseurs adverses et se transforme facilement en but pour l'attaquant.

Il est aussi très adroit dans la surface de réparation, et en dehors, ce qui lui permet de marquer de nombreux buts. Sa qualité technique lui permet d'avoir de nombreuses possibilités pour finir ses actions : frappes en finesse, ballons piqués ou encore frappes en force.

Cependant ses capacités athlétiques sont ses principaux points faibles (surtout en début de carrière) comme son jeu de tête, sa pointe de vitesse très limitée et sa faible force physique due à son gabarit (1,87 m pour 75 kg) qui lui vaut le surnom d'El Flaco (Le maigre en français).

Citations[modifier | modifier le code]

« Dans le monde, c'est le joueur qui m'impressionne le plus. »[80]

« Il te regarde dans les yeux comme un fou, élimine trois joueurs et touche le ballon comme s'il avait joué quatre ou cinq Mondiaux. »[80]

Vie privée[modifier | modifier le code]

D'origine italienne, sa famille est originaire de la petite ville de Volvera, près de Turin[81]. Il a trois frères[82], dont Juan, plus jeune que lui, qui joue au sein du centre de formation de l'US Palerme[83]. Avec son coéquipier en albiceleste, Éver Banega, il a fondé une association à but non lucratif baptisée « Soplo de Vida », soit « Souffle de Vie » qui vient en aide à des chiens en difficulté[84].

Il entretient une relation avec une ancienne animatrice sicilienne de 21 ans, Chiara Picone[85]. Pastore est un admirateur déclaré de Lionel Messi, qui fait partie de ses meilleurs amis dans le monde du football[86].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Ce tableau résume les statistiques en carrière de Javier Pastore[87]

Statistiques de Javier Pastore au 29 avril 2016[88]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : Argentine Argentine Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd M B Pd M B Pd
2006-2007 Drapeau de l'Argentine CA Talleres D2 5 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - 5 0 0
Sous-total 5 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - 5 0 0
2007-2008 Drapeau de l'Argentine CA Huracán D1 1 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - 1 0 0
2008-2009 Drapeau de l'Argentine CA Huracán D1 29 8 4 - - - - - - - - - - - - - - - - 29 8 4
Sous-total 30 8 4 - - - - - - - - - - - - - - - - 30 8 4
2009-2010 Drapeau de l'Italie US Palerme Serie A 34 3 5 3 0 0 - - - - - - - - - - 5 0 0 42 3 5
2010-2011 Drapeau de l'Italie US Palerme Serie A 35 11 5 4 1 0 - - - - - - C3 6 1 1 6 0 0 51 13 6
Sous-total 69 14 10 7 1 0 - - - - - - - 6 1 1 11 1 0 93 17 11
2011-2012 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 33 13 5 3 1 0 - - - - - - C3 7 2 2 3 0 0 46 16 7
2012-2013 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 34 4 8 3 2 1 1 0 1 - - - C1 10 3 3 - - - 48 9 13
2013-2014 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 29 1 3 2 0 0 3 1 1 1 0 0 C1 6 1 0 - - - 41 3 4
2014-2015 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 34 5 10 4 1 2 2 0 0 1 0 1 C1 10 0 1 6 2 2 57 8 16
2015-2016 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 15 2 5 2 0 0 2 1 0 - - - C1 6 0 0 6 0 1 31 3 6
Sous-total 145 25 31 14 4 3 8 2 2 2 0 1 - 39 6 6 15 2 3 223 39 46
Total sur la carrière 249 47 45 21 5 3 8 2 2 2 0 1 - 45 7 7 26 2 3 351 63 61

Participations en Coupe du Monde et Copa América[modifier | modifier le code]

Coupe du Monde Lieu Résultat Matchs Buts
Coupe du Monde de football 2010 Afrique du Sud Quarts de finale 3 0
Copa América Lieu Résultat Matchs Buts
Copa América 2011 Argentine Quarts de finale 2 0
Copa América 2015 Chili Finale 6 1

Buts internationaux[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En sélection[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Drapeau : Argentine CA Huracán

 

Drapeau : Italie US Palerme

 

Drapeau : France Paris Saint-Germain

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g « PSG: Javier Pastore, le transfert de l'année? », sur LExpress.fr (consulté le 25 avril 2016)
  2. a et b « Quand les Verts snobaient Pastore », So Foot, 22 décembre 2010.
  3. a et b (it) Pastore, fenomenoo d'oro Reterete24.it
  4. a et b « Javier Pastore, l’incompris de la Ligue 1 », sur beIN SPORTS - Your Zone (consulté le 25 avril 2016)
  5. « Lyon : Pastore dans le viseur », news.maxifoot.com, 22 mai 2010.
  6. (fr) « ITA, Palerme - Pastore prolonge son contrat - Goal.com », sur Goal.com (consulté le 25 avril 2016)
  7. a, b et c « PSG : Pastore a vraiment tout d'une star », sur leparisien.fr
  8. Vincent Duluc, Florent Torchu et Yoann Riou, Le Phénomène Pastore, Solar,‎ , 185 p. (ISBN 9782263060205)
  9. a, b et c « PSG : La sensation Pastore », sur France Soir.fr (consulté le 25 avril 2016)
  10. « L'Inter se console », sur Eurosport,‎ (consulté le 25 avril 2016)
  11. « Urgent. Pastore a signé au PSG », Le Parisien, 6 août 2011.
  12. « Les salaires des joueurs du PSG 2011-2012 ».
  13. « Foot – C3. Paris et Pastore assurent », L'Équipe, 18 août 2011.
  14. « Pastore joueur du mois d'août », PSG.fr, 3 septembre 2011
  15. « L1 - 5ème journée : le PSG peut remercier Pastore », sur RTL.fr (consulté le 26 avril 2016)
  16. (fr) « Le jour où Pastore a ridiculisé Montpellier », sur France Football (consulté le 26 avril 2016)
  17. « Pastore sort blessé », sur Eurosport,‎ (consulté le 26 avril 2016)
  18. a et b « PSG 4 - 1 Ajaccio Résumé du match 04/03/12 Ligue 1 - Goal.com », sur www.goal.com (consulté le 26 avril 2016)
  19. a et b « Le PSG reprend la main - Ajaccio - Homes Clubs - Ligue 1 - Football », sur Sport24,‎ (consulté le 26 avril 2016)
  20. a et b « L1 - 38ème journée : Paris, une saison comme rampe de lancement », sur RTL.fr (consulté le 25 avril 2016)
  21. a et b « Montpellier champion de France, au bout d'une soirée folle », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  22. « Classement Ligue 1 2011-2012 - Football », sur Eurosport (consulté le 26 avril 2016)
  23. « Ligue des Champions: le PSG bat 4-1 le Dynamo Kiev », sur LExpress.fr (consulté le 26 avril 2016)
  24. « Valence - PSG (1-2) : Paris s'impose à Valence mais gâche sa fin de match », sur Eurosport,‎ (consulté le 26 avril 2016)
  25. Rémi Dupré, « Barça-PSG : la revanche de Javier Pastore », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  26. a et b « Lyon - PSG (0-1) : revivez la victoire du titre », sur leparisien.fr (consulté le 26 avril 2016)
  27. « Trophée des champions 2013, PSG - Bordeaux 2-1 : Paris commence la saison par un titre », sur Eurosport,‎ (consulté le 26 avril 2016)
  28. « VIDEO. PSG-Chelsea (3-1) : les bijoux de Lavezzi et Pastore », sur leparisien.fr (consulté le 26 avril 2016)
  29. (fr) « Chelsea - Paris-SG », sur lequipe.fr (consulté le 22 avril 2016)
  30. « VIDEOS. Ligue des champions, Chelsea-PSG (2-0) : le rêve brisé des Parisiens », sur leparisien.fr (consulté le 26 avril 2016)
  31. a et b « Paris-SG - Lyon : Le PSG victorieux ! (2-1) », sur L'Equipe.fr (consulté le 26 avril 2016)
  32. « VIDEOS. PSG-Rennes (1-2) : revivez le match minute par minute », sur leparisien.fr (consulté le 26 avril 2016)
  33. (fr) « Des records et la fête pour le PSG », sur L'Equipe.fr (consulté le 26 avril 2016)
  34. « Trophée des champions,PSG-Guingamp (2-0) : revivez le match minute par minute », sur leparisien.fr (consulté le 26 avril 2016)
  35. a et b « Reims 2 - 2 PSG Résumé du match 08/08/14 Ligue 1 - Goal.com », sur www.goal.com (consulté le 26 avril 2016)
  36. (fr) « Accroché à Reims, le PSG évite la douche froide », sur L'Equipe.fr (consulté le 26 avril 2016)
  37. « PSG-Barcelone: Les trois choses que Paris doit garder de son match contre le Barça », sur 20minutes.fr,‎ (consulté le 26 avril 2016)
  38. « Javier Pastore joueur du mois de novembre - psg.fr », sur Paris Saint-Germain - PSG (consulté le 21 avril 2016)
  39. (fr) « Mercato, Pastore plait au Real Madrid - Goal.com », sur Goal.com (consulté le 26 avril 2016)
  40. (fr) « Javier Pastore (PSG) contacté par le Real ? », sur L'Equipe.fr (consulté le 26 avril 2016)
  41. « Javier Pastore ridiculise la défense azuréenne », sur m.20minutes.fr,‎
  42. « Daniel Riolo loue la classe mondiale de Javier Pastore », sur mobile.le10sport.com,‎ (consulté le 19 avril 2015)
  43. a et b « Le calvaire du Paris SG face au Barça résumé en une action », sur sport24.lefigaro.fr,‎ (consulté le 26 avril 2015)
  44. « Paris de nouveau leader après sa démonstration à Lille », sur mobile.lemonde.fr,‎ (consulté le 26 avril 2015)
  45. Pascal Praud, « Paris écrase Lille (6-1) », sur rtl.fr,‎ (consulté le 26 avril 2015)
  46. « Ce fut plus compliqué que prévu mais le PSG tient son quadruplé historique », sur Eurosport,‎ (consulté le 22 avril 2016)
  47. (fr) RMC SPORT, « Quadruplé national : le PSG seul dans l’histoire des grands championnats européens », sur RMC SPORT (consulté le 26 avril 2016)
  48. a et b « Le PSG champion de la Ligue 1 », sur Le Huffington Post (consulté le 26 avril 2016)
  49. « PSG: Javier Pastore jusqu'en 2019 »
  50. « Ligue 1: Verratti et Di Maria aux soins, pessimisme pour Pastore avant PSG-Nice », sur LExpress.fr (consulté le 21 avril 2016)
  51. (fr) « Paris sacré champion de France sur une victoire 9-0 à Troyes ! », sur L'Equipe.fr (consulté le 21 avril 2016)
  52. « Football : le PSG sacré champion de France dès la 30e journée de Ligue 1 », Le Monde.fr, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  53. (fr) « Ligue des champions : Verratti et Pastore d'ores et déjà forfait pour le match retour à Manchester City », sur L'Equipe.fr (consulté le 26 avril 2016)
  54. a et b « Marco Verratti et Javier Pastore dans le groupe pour Manchester City - PSG », sur Eurosport,‎ (consulté le 26 avril 2016)
  55. « Compo PSG [OFFICIEL] : Paris en 3-5-2, Lucas remplaçant face à Manchester City », sur www.linternaute.com (consulté le 26 avril 2016)
  56. a et b (fr) « Le PSG éliminé sans gloire par Manchester City (0-1, 2-2) », sur L'Equipe.fr (consulté le 26 avril 2016)
  57. « Le PSG en 3-5-2 : l'énorme coup de poker de Laurent Blanc », sur Eurosport,‎ (consulté le 26 avril 2016)
  58. Yann Carrière, « PSG : son 3-5-2 raté, la génération "Ibra", son avenir en danger... Blanc dit tout », sur metronews,‎ (consulté le 26 avril 2016)
  59. « Coupe de France, Lorient-PSG (0-1) : « On a mal joué », déplore Thiago Silva », sur leparisien.fr (consulté le 24 avril 2016)
  60. (fr) « Le PSG bat Lille et s'offre déjà le doublé », sur L'Equipe.fr (consulté le 24 avril 2016)
  61. Clément Guillou, « Le Paris Saint-Germain conserve la Coupe de la Ligue en battant Lille », Le Monde.fr, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  62. a et b (fr) « Coupe de la ligue : Javier Pastore, buteur et grand artisan de la victoire du PSG », sur France Bleu (consulté le 24 avril 2016)
  63. « Catalogne-Argentine 4-2 », sur Eurosport,‎
  64. « EN DIRECT / LIVE. Argentine - Canada - Matches amicaux - Equipes nationales - 24 mai 2010 », sur Eurosport,‎
  65. a, b, c et d « Ressuscité à Paris, Pastore l'est aussi en Argentine », sur Eurosport,‎ (consulté le 26 avril 2016)
  66. « Mercato : Pastore au PSG, transfert », Le Monde.fr, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  67. (fr) « Top 10 : Les recalés de Sabella - SO FOOT.com », sur SOFOOT.com (consulté le 24 avril 2016)
  68. « Mondial 2014, Argentine : avec Lavezzi, sans Pastore ni Tevez », sur leparisien.fr (consulté le 24 avril 2016)
  69. a et b (fr) « Pastore rappelé, Lavezzi absent », sur L'Equipe.fr (consulté le 26 avril 2016)
  70. (fr) « L'Argentine domine l'Equateur grâce à un but de Javier Pastore (PSG) », sur L'Equipe.fr (consulté le 26 avril 2016)
  71. (fr) « Avec Lavezzi, Pastore, Tevez et Messi au Chili », sur L'Equipe.fr (consulté le 26 avril 2016)
  72. « VIDEO. Copa America : premier sacre pour le Chili, vainqueur de l'Argentine », sur leparisien.fr (consulté le 26 avril 2016)
  73. « L'Argentine élimine la Colombie et se qualifie en demi-finale », sur Eurosport,‎ (consulté le 26 avril 2016)
  74. a et b (fr) « Messi et Pastore envoient l'Argentine en finale - SO FOOT.com », sur SOFOOT.com (consulté le 26 avril 2016)
  75. « Le Chili remporte la Copa America 2015 », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  76. (fr) « Pourquoi Javier Pastore peut faire voler ce PSG - SO FOOT.com », sur SOFOOT.com (consulté le 21 avril 2016)
  77. RMC SPORT, « Le séduisant Monsieur Pastore », sur RMC SPORT
  78. « PSG : Pierre Ménès monte au créneau pour Javier Pastore ! », sur Le 10 Sport
  79. (fr) « PSG, Pastore "mon jeu est porteur de critiques : on m'aime ou on me déteste" - Goal.com », sur Goal.com (consulté le 21 avril 2016)
  80. a et b « Ligue 1 : Javier Pastore est officiellement parisien », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  81. (it) « Maradona : “Pastore è un maleducato…” », fcinter1908.it, 23 juin 2010.
  82. « Palermo, lo sapevate che... », Tuttopalermo.net, 30 avril 2010.
  83. (it) « Il Palermo del futuro: da Juan Pastore a Daniel Martinez », La Gazzetta dello Sport, 26 mai 2010.
  84. http://www.sofoot.com/28-choses-qu-on-ne-sait-pas-sur-javier-pastore-155437.html
  85. « La girl de Pastore », So Foot, 12 août 2011.
  86. Javier Pastore fan de Messi», 6 juin 2011.
  87. « Fiche de Javier Pastore », sur lfp.fr
  88. « Statistiques de Javier Pastore », sur fr.soccerway.com
  89. « Pastore joueur du mois UNFP » (consulté le 17 mai 2015)
  90. Javier Pastore joueur du mois de novembre, http://www.eurosport.fr, 20 décembre 2014.
  91. Pastore joueur du mois de mars en L1, http://www.culturepsg.com, 17 avril 2015.
  92. Pastore joueur du mois d'avril en L1, http://www.culturepsg.com, 15 mai 2015.
  93. « Trophées UNFP: L'équipe type de Ligue 1 de la saison » (consulté le 17 mai 2015)
  94. L'équipe type de la saison, http://www.francefootball.fr, 25 mai 2015.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]