Javier Moscoso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Javier Moscoso (homonymie) et Moscoso.
Javier Moscoso
Fonctions
3e procureur général de l'État d'Espagne
Monarque Juan Carlos Ier
Prédécesseur Luis Antonio Burón Barba
Successeur Leopoldo Torres Boursault
Ministre de la Présidence
Président du gouvernement Felipe González
Prédécesseur Matías Rodríguez Inciarte
Successeur Virgilio Zapatero
Biographie
Nom de naissance Javier Moscoso del Prado Muñoz
Date de naissance (83 ans)
Lieu de naissance Logroño (Espagne)
Parti politique UCD (1977-1981)
PAD (1982-1983)
PSOE (depuis 1983)
Diplômé de Université de Saragosse
Université de Strasbourg
Profession Juriste

Javier Moscoso
Ministres de la Présidence d'Espagne

Javier Moscoso del Prado Muñoz, né le à Logroño, est un homme politique espagnol, membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et ancien ministre de la Présidence de Felipe González.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir passé avec succès sa licence en droit de l'université de Saragosse et obtenu un diplôme de droit comparé à l'université de Strasbourg, qui lui donnent accès au grade de docteur, il intègre le ministère public, où il achèvera son parcours comme procureur devant le Tribunal suprême.

En 1978, il demande à être mis en disponibilité et ouvre un cabinet d'avocats à Pampelune.

Une figure de l'UCD[modifier | modifier le code]

Membre de l'Union du centre démocratique (UCD), au pouvoir durant toute la transition démocratique, dès sa création en 1977, il en a été secrétaire général de la fédération de Navarre et a siégé au conseil politique national. En 1979, il est élu au Congrès des députés, et devient le 20 avril secrétaire général aux Relations avec les Cortes Generales du ministère de la Présidence, à l'époque où celui-ci est dirigé par José Pedro Pérez-Llorca.

Il est relevé de ses fonctions en , afin de devenir secrétaire général du ministre adjoint au président du gouvernement, Rafael Arias-Salgado, ancien ministre adjoint pour les Relations avec les Cortes. Il quitte ce poste dès le mois de juin, étant nommé trois mois plus tard secrétaire technique pour les Relations avec l'administration judiciaire, sous la direction de Francisco Fernández Ordóñez.

Du PAD au PSOE[modifier | modifier le code]

À la suite de Francisco Fernández Ordóñez, il quitte l'UCD en et participe quelques mois plus tard à la fondation du Parti d'action démocratique (PAD), d'idéologie social-démocrate et dont il est membre de la commission exécutive. Il est réélu député le , sur la liste du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), auquel il adhère en , après la dissolution du PAD.

Ministre de la Présidence[modifier | modifier le code]

Le , Javier Moscoso est nommé ministre de la Présidence par le nouveau président du gouvernement socialiste, Felipe González. Compétent pour la fonction publique, il signe, le , un décret octroyant aux fonctionnaires six jours de congé pour des convenances personnelles ou particulières qu'ils n'ont pas à justifier. Ces six jours n'ont jamais été remis en cause et sont désormais surnommés « moscosos ». Ce terme est même défini dans le dictionnaire de l'Académie royale espagnole (RAE). Son mandat prend fin le et, bien qu'il ait été réélu député de Navarre, il n'est pas reconduit dans le gouvernement formé par la suite.

Après la politique[modifier | modifier le code]

À peine quelques mois plus tard, il est désigné procureur général de l'État, pour un mandat de quatre ans. Il a ensuite été membre du conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ) entre 1996 et 2001, et collabore depuis avec les éditions juridiques et légales Aranzadi. Son fils, Juan Moscoso del Prado, est député socialiste de Navarre depuis les élections de 2004.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]