Jaure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jaure
La mairie de Jaure.
La mairie de Jaure.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Saint-Astier
Intercommunalité Communauté de communes Isle, Vern, Salembre en Périgord
Maire
Mandat
Francis Gaillard
2014-2020
Code postal 24140
Code commune 24213
Démographie
Gentilé Jaurands
Population
municipale
168 hab. (2014)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 03′ 19″ nord, 0° 33′ 09″ est
Altitude Min. 93 m
Max. 221 m
Superficie 7,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Jaure

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Jaure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jaure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jaure
Liens
Site web www.jaure.fr

Jaure est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Jaure se situe au nord-est du Landais, une région naturelle du Périgord. Le territoire communal, limité au nord par le Jaurès, un petit affluent du Vern, s'étend sur 7,54 km2.

La commune est desservie par la route départementale 107.

L'altitude minimale, 93 mètres, se trouve au nord-ouest, là où le Jaurès reçoit son affluent le Bernou, quitte la commune et entre sur celle de Grignols. L'altitude maximale avec 221 mètres est localisée à l'extrême sud-est, au lieu-dit la Forêt, en deux endroits dont un en limite de la commune de Villamblard[1].

Le village de Jaure, traversé par la route départementale 107, se situe, en distances orthodromiques, huit kilomètres au sud-est de Neuvic et dix kilomètres au sud de Saint-Astier.

Le sentier de grande randonnée GR 654 traverse le territoire communal du nord au sud sur environ 2,5 km.

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive)

Outre le village de Jaure proprement dit, la commune se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[2] :

Barbecane · Bois de Bellet · Burel · Chabirac · Chantelouette · Chante-Louve · les Combeaux · les Combes · l'Étang · les Fonrouges · la Forêt · les Gabilloux · les Grabiaux · les Juvenies · Lamirand · la Lande · Maisons Basses · Mèrebeuf · les Mérigoux · le Moulin Neuf · la Réfrairie · la Roche · la Vigne Perdue.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Jaure est limitrophe de quatre autres communes.

Communes limitrophes de Jaure
Grignols Manzac-sur-Vern
Jaure Bourrou
Villamblard

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pour Chantal Tanet et Tristan Hordé, le nom du lieu se réfère à Gabrius, le nom d'une personne d'origine gauloise, issu du gaulois °gabros signifiant « chèvre »[3]. Selon Bénédicte Fénié, l'origine de Jaure serait gallo-romaine, signifiant « villa de Gabrus »[4].

En français comme en occitan limousin[5], la commune porte le même nom[4].

Les habitants de la commune se nomment les Jaurands et les Jaurandes[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal fut occupé par des gaulois puis des gallo-romains[3].

L'église Saint-Firmin date du XIIe siècle[7], et un château, détruit pendant la guerre de Cent Ans, a été édifié au XIIIe siècle[3].

La première mention écrite connue du lieu date de 1380, sous sa forme actuelle, « Jaure »[3].

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la paroisse de Jaure dépend de la châtellenie de Grignols[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Jaure a été rattachée au canton de Grignols qui dépendait du district de Perigueux jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est rattaché à l'arrondissement de Périgueux. Il change de nom et devient le canton de Saint-Astier en 1829, à la suite du transfert du chef-lieu de Grignols vers Saint-Astier[9].

Lors de l'importante réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014 et supprimant la moitié des cantons du département, la commune reste attachée au même canton[10].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2002, Jaure intègre dès sa création la communauté de communes Astérienne Isle et Vern. Celle-ci disparaît le 31 décembre 2013, remplacée au 1er janvier 2014 par une nouvelle intercommunalité élargie, la communauté de communes Isle, Vern, Salembre en Périgord.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 100 et 499 habitants au recensement de 2011, onze conseillers municipaux ont été élus en 2014[11],[12].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1989 1999 Pierre-Yvon Liboutet   Retraité de l'armée
         
avril 2006[13] (réélu en mars 2014) en cours Francis Gaillard SE Chauffeur routier

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Jaure relève du tribunal d'instance et du tribunal de grande instance de Périgueux, de la cour d'appel de Bordeaux, de la cour d'assises de la Dordogne, du tribunal pour enfants de Périgueux, du conseil de prud'hommes de Périgueux, du tribunal de commerce de Périgueux, du tribunal administratif de Bordeaux et de la cour administrative d'appel de Bordeaux[14].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, Jaure comptait 168 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, etc. pour Jaure[15]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
429 396 412 466 447 438 437 456 480
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
465 435 398 346 381 373 402 355 297
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
300 301 218 199 183 187 168 179 157
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
160 140 124 158 143 140 146 143 168
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune de Jaure est organisée en regroupement pédagogique intercommunal (RPI) avec les communes de Grignols et Manzac-sur-Vern[17] au niveau des classes de primaire.

Jaure n'a plus d'école ; Grignols s'occupe de la grande section de maternelle, du cours préparatoire et du cours élémentaire (CE1 et CE2) ; Manzac-sur-Vern accueille les enfants en petite et moyenne sections et en cours moyen (CM1 et CM2)[18].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[19], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent soixante-quinze personnes, soit 48,4 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (quatorze) a fortement augmenté par rapport à 2007 (quatre) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 18,5 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte seize établissements[20], dont neuf au niveau des commerces, transports ou services, cinq dans la construction, un dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et un relatif au secteur administratif[21].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Jaure, fortement rénové après un incendie au XIXe siècle[22], présente une tour-pigeonnier élancée du XVe siècle ornée de sculptures baroques[22], et un autre pigeonnier massif.
  • L'église Saint-Firmin du XIIe siècle est inscrite au titre des monuments historiques en 1984[7].
  • La fontaine Saint-Firmin, ou Saint-Fer, à vingt mètres de l'église de l'autre côté de la route, était un lieu de pèlerinage : « Les malades se lavent à la fontaine de Saint-Fer, et on y plonge les petits enfants »[23].
  • Les mégalithes de la Fontrouge et des Rocs[24].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Danielle Bernard, Jaure, ses habitants de 1770 à 1970, 2012, Imprimerie Iota, Saint-Astier

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. la Forêt sur Géoportail (consulté le 19 décembre 2012).
  2. Jaure sur Géoportail (consulté le 9 novembre 2014).
  3. a, b, c et d Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 180.
  4. a et b Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 9 novembre 2014.
  5. Patrick Ranoux, préface de René Pijassou, Atlas de la Dordogne-Périgord, Ouvrage publié à compte d'auteur, Speed impression, 1996, (ISBN 978-2-9501476-1-5), p. 15.
  6. Annuaire des maires de la Dordogne 2009, Mediapress, Périgueux, 2009, (ISSN 1770-3387), p. 148.
  7. a et b « Église Saint-Firmin », notice no PA00082585, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 9 novembre 2014.
  8. André Bernard et Maurice Biret, Manzac-sur-Vern au fil des siècles, 2003, p. 23-24.
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 6 décembre 2014)
  11. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 9 novembre 2014.
  12. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 9 novembre 2014.
  13. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 19 août 2014.
  14. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 9 novembre 2014).
  15. « Calendrier de recensement », sur Insee (archive) (consulté le 20 février 2015)
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. Francis Senchou, Les grands quittent l'école sur Sud Ouest du 1er juillet 2014, consulté le 14 décembre 2014.
  18. L'école sur le site de la mairie de Grignols, consulté le 11 avril 2016.
  19. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 31 août 2015.
  20. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 2 novembre 2015).
  21. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 2 novembre 2015.
  22. a, b, c et d Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 144 Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « Penaud » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  23. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 55.
  24. Jean-Luc Aubarbier, Michel Binet, Guy Mandon, Nouveau guide du Périgord-Quercy, Ouest-France, 1987, (ISBN 2-85882-842-3), p. 391.