Jaseur boréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bombycilla garrulus

image illustrant les oiseaux
Cet article est une ébauche concernant les oiseaux.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet ornithologie.

Le Jaseur boréal (Bombycilla garrulus), autrefois aussi nommé « Jaseur des neiges »[1] (il est aussi appelé « Jaseur des cèdres » au Canada francophone) est une espèce de passereau frugivore semi-migrateur se reproduisant dans les forêts boréales de certaines régions du nord de l'Europe, de l'Asie et de l'ouest de l'Amérique du Nord. Alors que le Jaseur d'Amérique n'occupe que l'Amérique du Nord et le Jaseur du Japon n'habite qu'en Asie, le Jaseur boréal est le seul dont l'aire inclut tous les continents ayant des zones subarctiques.

Jaseur boréal

Habitats et répartition[modifier | modifier le code]

Il passe ordinairement l'hiver en Europe centrale mais périodiquement, lorsque les chutes de neige y sont très abondantes, il vient en nombre se réfugier jusqu'en France, Belgique ou Suisse à la recherche de nourriture. La dernière « invasion » a eu lieu durant l'hiver 2004/2005.

Description[modifier | modifier le code]

Son plumage est beige et rose saumon ; quelques plumes de ses ailes sont terminées par une petite partie dénudée semblable à une gouttelette de cire rouge. L'extrémité de la queue est jaune.

Dickcissel d'Amérique mâle perché sur un poteau métallique, chantant cou tendu et bec ouvert.

Chants et appels

Enregistrement 1 :

Écouter le Jaseur boréal
sur xeno-canto

Comportement[modifier | modifier le code]

Il s'installe lorsque les conditions climatiques sont aux frimas et est très facile à chasser car peu craintif, se posant par dizaines sur un même arbre. En hiver, les jaseurs peuvent former des groupes importants, qui peuvent de très loin être confondus avec des nuées d'étourneaux.

En temps ordinaire, il se nourrit essentiellement de baies ou de fruits d'hiver. En période de reproduction, il devient insectivore. Son espérance de vie est de 13 ans.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La période de reproduction s'étend de mars à avril. La femelle pond entre 4 et 6 œufs, elle les couvent seule pendant 14 à 15 jours. Les deux parents s'occupent ensuite de nourrir les oisillons[2].

Perception populaire[modifier | modifier le code]

Il fut longtemps associé au malheur, notamment à la peste (Pestvogel en néerlandais) [3] ; la rumeur colportait, en 1939, qu'il avait été observé dans l'est de la France et en Allemagne...comme en 1870 et 1914[4].

De nos jours, c'est une espèce protégée[Où ?].

Certains ouvrages anciens y font référence sous le nom de Jaseur de Bohême.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après Alan P. Peterson, il existe les deux sous-espèces suivantes :

  • Bombycilla garrulus garrulus (Linnaeus) 1758 ;
  • Bombycilla garrulus pallidiceps Reichenow 1908.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Plusieurs spécimen naturalisés (prélevés à Quesnoy-sur-Deûle au XIXe siècle), sont ainsi étiqueté dans la collection Degland, collection ornithologique ancienne conservée par le Muséum d'histoire naturelle de Lille (références Ref MHNL : ZOO 1500, 0-C-01, Vitrine 14, Planche 4  ; et Ref MHNL : ZOO 1502 ; 0-C-01, Vitrine 14, Planche 4)
  2. Animal Diversity Web, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  3. Eduardo Camacho-Hübner, « Jaseurs, tsunamis et décalage négatif de la connaissance. », sur EspacesTemps.net,‎ , mensuel
  4. Henri Amouroux, Le peuple du désastre, 1939-1940. Éditions Robert Laffont, S.A., Paris, 1976. Page 122. (ISBN 2-7242-8021-0)