Jaroslav Serpan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jaroslav Serpan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Lieu de travail
signature de Jaroslav Serpan
signature

Jaroslav Sossountzov Serpan, né le à Karlštejn près de Prague et mort le dans le massif des Pyrénées ariégoises, est un artiste franco-tchèque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Arrivé en France en 1926, il poursuit en 1939 des études à la Sorbonne en biologie et en mathématiques. En 1953, il soutient sa thèse en biologie statistique et enseigne par la suite à l'université Paris VII. Il se passionne pour la peinture et l'écriture, techniques qu'il développe en autodidacte : il mène une double carrière, de professeur et de plasticien.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, il fonde avec Yves Bonnefoy et Claude Tarnaud la revue La Révolution la nuit.

De 1946 à 1948, il est membre du groupe surréaliste. Il expose lors de la grande manifestation Le Surréalisme en 1947 à la galerie Maeght (Paris).

Il s'éloigne à partir de 1951 du groupe d'André Breton et développe, sous l'influence de Wols et de Michel Tapié, son propre style pictural, bientôt rattaché à l'art informel et à l'abstraction lyrique. Plus tard, il expérimente le collage, la sculpture et la céramique murale.

À partir de 1957, il s'installe à Le Pecq et commence d'exposer à l'étranger.

En 1963, il reçoit le Prix Marzotto (Valdagno) puis la Couronne d’or de l'International Center of Art Research (Turin) fondé par Michel Tapié.

En 1972, il réalise un triptyque pour l'Abbaye de Beaulieu-en-Rouergue.

Jaroslav Serpan est porté disparu le suite une randonnée en montagne effectuée dans les Pyrénées ariégeoises. Son corps fut retrouvé en .

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1945 : Salons des Indépendants, Paris
  • 1957 : galerie Smela, Düsseldorf
  • 1958 : galerie van der Loo, Munich
  • 1958 : galerie Stadler, Paris
  • 1958 : Palais des Beaux-Arts de Bruxelles
  • 1958 : galerie Kootz, New York
  • 1959 : galerie Hella Nebelung, Düsseldorf
  • 1959 : dokumenta II, Cassel
  • 1977 : rétrospective, Beaulieu-en-Rouergue
  • 1983 : Fondation nationale des arts graphiques et plastiques, Paris
  • 1984 : Musée des beaux-arts, Palais Saint-Pierre, Lyon

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Contre-Espace, Angers, J. Boutin Éditeur, 1961
  • "Inkarnation des Zeichens: Jaroslav Serpan", in: Jürgen Claus, "Theorien zeitgenössischer Malerei", Rowohlt Verlag, 1963
  • Mémoire destituée, mémoire sans voisinage, (poèmes 1972-1973), Paris, P.L.P. Éditeur, 1976
  • D'un regard oubliable pour qu'il soit, (choix de poèmes, 1958-1970), Paris, Éditions Saint-Germain-des-Prés, 1977
  • Le dit quand même, Paris, Éditions Le Sycomore, 1980
  • Les roses d'Ispahan, Paris, Éditions Le Sycomore, 1983

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]