Jaroslav Melnik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Melnik.
Jaroslav Melnik
Forum vydavtsiv 2014 (10).JPG
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (59 ans)
SmyhaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Jaroslav Melnik (Jaroslavas Melnikas, Yaroslav Melnyk), écrivain et philosophe lituanien et ukrainien, est né le à Smyha en Ukraine occidentale. Il écrit des livres en prose, des livres de critique et de philosophie qui ont été publiés en Lituanie, en Ukraine et dans d‘autres pays européens. Ses œuvres ont été traduites en français, anglais, allemand, espéranto, italien, polonais, croate, roumain, biélorusse et en d'autres langues.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents, ukrainiens[1], condamnés à mort puis déportés pour « propagande anti-soviétique » font connaissance dans les camps.

D'après La Croix, « ses parents se sont connus au goulag, il est, lui, un enfant de Staline. Il parle de tout ça avec douceur, de ses livres de philosophie où il médite en bon dostoïevskien sur les relations du péché avec la liberté »[2].

Malgré son statut suspect de « fils de prisonnier politique », il obtient le diplôme de la faculté de philologie de l’université d’État de Lviv (Ukraine) et poursuit ses recherches à Moscou à l'Institut de littérature Maxime-Gorki. Dès 1989, Jaroslav Melnik vit et travaille à Vilnius en Lituanie. Francophone, il a séjourné plusieurs fois en France.

Réception[modifier | modifier le code]

Son roman Les parias d'Eden, paru chez Robert Laffont, a été salué par la critique. Selon la revue Lire, « en racontant comme autant de contes pour adultes l’histoire de six personnages plongés avec délectation dans le plus grand des désordres, Jaroslav Melnik s’interroge avec une grande justesse sur les tabous qui limitent la liberté humaine »[3].

Pour ses livres, Melnik a obtenu de nombreux prix et nominations[4] (prix Kuntchinas, 2008, le premier prix pour la meilleure nouvelle lituanienne en 2009, la nomination pour « Le Prix du livre européen », 2010, la nomination en 2012[5], 2013, 2014, 2016[6]) qui l'ont fait connaître comme « néo symboliste » et « auteur mystique ».

Son roman Espace lointain (intitulé aussi Tolima erdve, Distant space[7], Remote Space) est consacré aux problèmes du contrôle d’État exercé sur ses citoyens. Il s'agit d'un roman de science-fiction[8], une dystopie ukrainienne, dont Télérama souligne la forme, qui est un « mélange de récit, d’extrait de journaux, d’émissions de radio, d’écrits intimes, de bouts de propagande » qui « tisse par fragments [...] un monde crédible »[9]. Le libraire Decitre présente Jaroslav Melnik comme successeur de Ray Bradbury et George Orwell et estime que son roman « fait réfléchir sur nos propres sociétés » et « interroge [...] les notions de liberté et de libre arbitre »[10].

Espace lointain est sélectionné parmi les cinq meilleurs livres (shortlist) de l’année 2009 en Lituanie[réf. nécessaire]. En 2013, Espace lointain est reconnu comme le meilleur livre de l'année 2013 en Ukraine par la BBC[11]. En 2017, Espace lointain[12], traduit en français, est publié en France (Agullo editions)[13]. En 2018, Espace lointain devient Meilleur Livre de l'Année en France dans la catégorie Imaginaire du Prix Libr’à nous, dont le jury est composé de 250 libraires[14].

Son roman Masha, ou le Quatrième Reich (Maša, arba Postfašizmas) - Masha, or the fourth Reich (en) - a été sélectionné parmi les cinq meilleurs livres (shortlist) de l’année 2014 en Lituanie. En 2016 le roman a été publié en Ukraine[15]. Il a été sélectionné comme finaliste de prix « BBC Livre de l'année 2016» et est devenu un best-seller.

La presse[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (novembre 2018). Découvrez comment la « wikifier ».
  • « Un prenant roman initiatique » (Le Monde)
  • « Raconté avec une grande finesse » (Télérama)
  • « A lire avec les yeux fermés! » (Le Canard énchainé)
  • « Ecriture très cinématographique » (Le Point)
  • « Pourquoi se priver d’un tel bijou ? » (20 minutes)
  • « A mi-chemin entre Tarkovski et Saramago » (Addict-Culture)
  • « On revient aux fondamentaux de la SF, ceux de Poul Anderson, de Clifford Simak, Brian Aldiss ou Isaac Asimov... Il y a un moment que la SF ne nous avait pas livré une œuvre de ce niveau » (La Cause Littéraire)

Œuvres[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (novembre 2018). Découvrez comment la « wikifier ».
  • Siloju vogniu i slova (Le Pouvoir des mots et du feu) : critique, 1991
  • Ridna (Âme sœur) : poèmes, 1992
  • Gyvenimas bes globos (La Vie incontrôlable) : essais philosophiques, 1994
  • Svoboda, ili grekh (La liberté, ou le péché) : essais philosophiques, 1996
  • Les Parias d’Eden : roman, 1997
  • Prosto Tsvetok (Une fleur, simplement) : roman, 2001
  • Rojalio kambarys (Chambre avec un piano à queue) : nouvelles et petits romans, 2004.
  • Pasaulio pabaiga (La Fin du monde) : nouvelles et petits romans, 2006.
  • Labai keistas namas: 88 romanai (Une maison très étrange : 88 romans) : miniatures philosophiques, 2008.
  • Tolima erdvė (Espace lointain, en lituanien) : roman , 2008.
  • Kelias į rojų (La Route pour le paradis) : nouvelles et petits romans surréalistes 2010, nominé[16] pour le Prix du Livre européen
  • Telefonui meni, hovory zi mnoju (Appelle-moi, parle-moi) : nouvelles et petits romans surréalistes, 2012
  • Paryžiaus dienoraštis (Le Journal de Paris) : essais, 2013
  • Dalekyj prostir (Espace lointain, en ukrainien) : roman, 2013
  • Maša, arba Postfašizmas (en lituanien, Masha, ou Le Post-fascisme) : roman, 2013
  • Anoreksija (Anorexie) : 22 nouvelles, 2014
  • Macha, abo Postfachyzm (en ukrainien, Masha, ou Le Post-fascisme) : roman, 2016
  • Daugaus valdovai (en lituanien, Les seigneurs du ciel) : roman, 2016: roman.
  • Espace lointain (Espace lointain, en français): roman, 2017

Traductions en français[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lloyd Chéry, « « Espace lointain » : le mythe de la Caverne n'a pas pris une ride », Le Point,‎ (lire en ligne)
  2. La-Croix.com, « Fête du livre », sur La Croix,
  3. « Les parias d'Eden », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Transcript (Français) », sur www.transcript-review.org (consulté le 10 mai 2018)
  5. (en-GB) « BBC - BBC Ukrainian Book of the Year shortlists revealed - Media Centre », sur www.bbc.co.uk (consulté le 10 mai 2018)
  6. (en) « BBC Ukrainian reveals Book of the Year 2016 shortlists », sur www.ebrd.com (consulté le 10 mai 2018)
  7. (en) « Transcript (English) », sur www.transcript-review.org (consulté le 10 mai 2018)
  8. Léon-Marc Levy, « Espace lointain, Jaroslav Melnik », sur www.lacauselitteraire.fr,
  9. « Espace lointain », sur Télérama,
  10. « Espace lointain », sur Decitre,
  11. (en-GB) « BBC - BBC Ukrainian announces winners of Book of the Year 2013 awards - Media Centre », sur www.bbc.co.uk (consulté le 10 mai 2018)
  12. « Espace Lointain », sur Agullo Éditions (consulté le 10 mai 2018)
  13. « Espace lointain de Jaroslav Melnik », sur www.lecture-ecriture.com,
  14. « Le prix Libr’à nous 2018 dévoile ses lauréats », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne)
  15. « Маша, або Постфашизм », sur Видавництво Старого Лева (consulté le 10 mai 2018)
  16. « LITUANIE (FR) », archive.is,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]