Jarnosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Loire
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Loire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Jarnosse
Jarnosse et son château.
Jarnosse et son château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Canton Charlieu
Intercommunalité Charlieu-Belmont Communauté
Maire
Mandat
Jean-Marc Lombard
2014-2020
Code postal 42460
Code commune 42112
Démographie
Population
municipale
432 hab. (2013)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 35″ Nord, 4° 13′ 59″ Est
Altitude Min. 344 m – Max. 570 m
Superficie 11,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Jarnosse

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Jarnosse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jarnosse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jarnosse

Jarnosse est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Jarnosse est une commune du nord du département de la Loire dans l'arrondissement de Roanne. Elle faisait partie jusqu'à une date récente de l'ancien canton de Charlieu et elle est englobée depuis la réforme 2013-2015 dans le nouveau canton éponyme, beaucoup plus vaste. Les communes voisines de Jarnosse, appartenant désormais toutes au canton de Charlieu, sont Villers au nord, Cuinzier au nord-est, Sevelinges à l'est , La Gresle au sud-est, Coutouvre (marginalement) au sud, Boyer à l'ouest et Saint-Hilaire-sous-Charlieu au nord-est, soit sept communes limitrophes. Sa situation place Jarnosse sur le plan humain et économique dans le Roannais mais la géographie physique l'inclut dans les marges du Haut-Beaujolais. Son aire municipale est de dimension légèrement supérieure à la moyenne des communes du canton avec 11,9 km2

Le compartimentage topographique de la commune est déterminé par le réseau hydrographique. Or, l'organisation de ce réseau est elle-même dictée par la tectonique. Tout d'abord, l'écoulement général des eaux, drainées par la rivière le Jarnossin et ses tributaires, s'effectue vers l'ouest en relation avec l'inclinaison de l'ensemble de la région depuis les crêtes du horst (bloc "ancien" soulevé) des monts du Beaujolais à l'est jusqu'à la Loire à l'ouest. Tout ce réseau est ainsi organisé de manière conséquente c'est-à-dire en conformité avec la pente générale de la région D'autre part, et lié cette fois-ci à des accidents tectoniques plus locaux, ce réseau hydrographique est sous la dépendance d'un champ de fractures disposées de manière orthogonale et qu'il a exploitées. Dans cette partie du nord-est roannais en effet le socle cristallin, qui forme le substrat géologique de la commune, est parcouru par des cassures orientées les unes nord-est - sud-ouest, les autres nord-ouest - sud-est. Il en résulte que la rivière le Jarnossin né sur le territoire communal coule dans la partie supérieure de son cours, au fond d'un vallon encaissé, vers le nord-ouest et que ses affluents (des ruisselets ou "gouttes" selon le terme usité dans la région) s'écoulent vers le sud-ouest. Après avoir baigné le bas du bourg le Jarnossin tourne à angle droit au lieu-dit le Pont de Jarnosse, recevant d'ailleurs à cet endroit un petit affluent venu de Cuinzier, et prend alors la direction du sud-ouest. Pendant les quatre kilomètres de son cours sur le territoire communal le Jarnossin reste un modeste ruisseau. D'une longueur totale de 21 kilomètres il constitue un affluent direct de la rive droite de la Loire. . . Quatre parties peuvent être distinguées dans le relief compartimenté de la commune de Jarnosse en relation avec l'organisation hydrographique évoquée ci-dessus. Le sud-est du territoire communal est constitué par une sorte de plateau peu étendu dont l'altitude moyenne est légèrement inférieure à 500 m.. et qui constitue une sorte de petit château d'eau. De fait y naissent d'un côté le Jarnossin qui s'écoule vers le nord-ouest et d'un autre côté le Tesche, un de ses affluents, qu'il rejoint plus en aval près de Boyer et qui marque sur quelques centaines de mètres la limite de Jarnosse et de Coutouvre. Le bassin versant du Jarnossin détermine à partir de ses rives deux autres compartiments de la commune. Le plus vaste, celui qui s'étend sur sa rive droite, représente plus de la moitié de la surface de la commune et s'incline vers le sud-ouest . On y rencontre sur les confins orientaux de la commune les points culminants de son territoire : 571 m. sur un dôme boisé non loin de Montbétra (à La Gresle), 556 m. à la Tuilière à la limite de Cuinzier. Ce plan incliné est disséqué par plusieurs vallons qu'ont creusé des ruisselets tributaires. Le bourg s'est établi dans son angle nord-ouest à environ 370 m. d'altitude. Le compartiment qui fait face au précédent, au sud-ouest du Jarnossin, est beaucoup moins étendu. Les altitudes y sont aussi nettement plus modestes comme le veut la pente générale de la région; la cote la plus élevée - 493 m. - se trouve à proximité des limites de Coutouvre. La quatrième partie du territoire communal, de dimension restreinte elle aussi - à peine plus d'un km² -, est la mieux individualisée : elle est formée par la portion de ce territoire située sur la rive droite du Jarnossin en aval du Pont de Jarnosse Là s'élève depuis le talweg de la rivière jusqu'au plateau où s'est établi le bourg de Villers un talus qui regarde vers le sud-est, en assez forte pente (plus de 20 %) puisqu'il s'abaissse de 462 m.à 344 m.. Quelques hectares du plateau de Villers, du côté du lieu-dit Orlaine, sont même compris à l'intérieur du territoire de Jarnosse. Le point le plus bas - 344 m. - correspond au point de sortie du Jarnossin de l'aire communale.

La géologie de la commune juxtapose trois zones distinctes qui prennent en écharpe son territoire. Le plateau où au sud naissent le Jarnossin et le Tesche est constitué de terrains gréseux du Secondaire sur lesquels s'étendent , plus au sud encore, le canton de Thizy-les-Bourgs dans le département du Rhône. La moitié centrale de la commune repose sur les granits du socle comme, plus à l'est, les hauteurs des Monts du Beaujolais. Enfin, au delà du Jarnossin, apparaissent des terrains quaternaires, formations caractéristiques de versant sur le talus dominant la rivière et terrains de décomposition à matériaux siliceux sur le plateau.

Avec 166 hectares de forêt la commune de Jarnosse affiche un taux de boisement de 14 % relativement modeste en regard de ce qui existe chez ses immédiates voisines orientales, telle Sevelinges (25 %) et surtout non loin de là mais plus haut en altitude, Le Cergne (52 %). Les hectares boisés se rencontrent naturellement sur les hauteurs orientales de la commune et sur les pentes les plus fortes (vallon encaissé du Jarnossin).

Sans être à proprement parler enclavé Jarnosse apparaît comme un village retiré; cela signifie simplement qu'aucune voie de communication fortement fréquentée ne le dessert. Il n'en reste pas moins que son territoire constitue un carrefour de routes locales. Au Pont de Jarnosse se croisent en effet deux routes , la départementale 39 (traversant de Belmont-de-la-Loire à Saint-Rirand tout le nord du département de la Loire) qui met en relation Jarnosse avec Cuinzier d'un côté et Boyer de l'autre et la D 40 qui relie la commune à Villers au nord-ouest et à Thizy-les-Bourgs au sud-est. A moins d'un kilomètre de ce premier carrefour, au bourg de Jarnosse, la D 40 croise la D 35 (autre longue route qui va de Sevelinges à Saint-Bonnet-des-Quarts) montant vers le col de la Croix Couverte. Enfin sur le plateau villersois la route départementale 13 traverse sur quelques centaines de mètres la commune puis sert de limite avec Saint-Hilaire-sous-Charlieu .

Jarnosse n'est desservi que le mercredi après-midi par un service d'autocars qui le relie à Charlieu mais les transports scolaires quotidiens sont ouverts au grand public.

Trois gares ferroviaires sont accessibles dans un rayon d'une vingtaine de kilomètres à partir de Jarnosse, celles de Roanne à l'ouest et de Saint-Victor-sur-Rhins au sud toutes deux sur la ligne de Lyon à Paris et enfin celle de Chauffailles, au nord, sur la ligne de Lyon à Paray-le-Monial.

L'histoire démographique de la commune depuis un siècle et demi comprend trois phases comme c'est le cas dans la plupart des localités rurales de la région. C'est au milieu de la seconde moitié du XIXe siècle, en 1876 précisément, que la population de Jarnosse avait connu son maximum avec 1550 habitants. Après cette date et pendant exactement un siècle cette population n'avait cessé de décroître, l'exode rural lié à la révolution industrielle, particulièrement accentué ici, l'avait vidé des 4/5 de sa substance humaine et il ne restait que 303 personnes dans la commune en 1975. La dernière phase de cette histoire démographique, les 36 années qui vont de 1975 à 2012, a été marquée par un redressement appréciable quoique modéré de la situation qui a porté l'effectif communal à 414 personnes.

Comme c'est la règle dans une région de semi-bocage la population de Jarnosse se disperse en un assez grand nombre d'écarts dont l'importance est variable. Le versant nord-ouest du Jarnossin, la partie la plus étendue de la commune, groupe aussi la plus grande partie de la population. Le bourg s'y trouve d'ailleurs situé, à la charnière de trois des quatre zones qui ont été répertoriées plus haut. Quelques hameaux notables y existent également, les uns à proximité relative du bourg comme le Ventoux, le Château ou la Tâche, d'autres plus éloignés tels Gilbeau, Montprier ou la Tuilière. De nombreux lieudits parsèment aussi ce secteur parmi lesquels on citera la Madone, Vivi (où se trouve un "grand couvert", type d'architecture rurale caractéristique de la région), les Angles, la Garenne, le Clapier, Tatut, la Bourie, les Mouilles, Géré, Sève, Montachelet, les Courtinots, Montbernot. Le versant opposé groupe une fraction beaucoup moins considérable de la population. Deux hameaux, Gaty et la Croix Châtelus, en constituent les noyaux majeurs et quelques lieudits en complètent le peuplement comme la Tisserie, la Fouilland, les Barons, Terre Mode ou les Gouttes. Le talus occidental, du fait même de sa topographie, n'est peuplé qu'à sa base avec les lieudits les Suisses et le Moulin. L'important hameau de Orlaine quant à lui occupe la partie du plateau villersois qui appartient à Jarnosse, sur la route départementale 13. Section la plus éloignée du bourg et reliée à lui à travers seulement le couloir étranglé du haut Jarnossin la partie sud de la commune ne groupe qu'un hameau, la Rivière, et quelques lieu-dits, Gorgeroulles, la Montagne et Bessy.

L'agriculture reste dans cette localité rurale une activité économique relativement importante. 6 exploitations (dont 5 de dimension importante) se partagent les 662 hectares de la SAU (surface agricole utile) celle-ci représentant un peu moins du tiers de la surface totale de la commune. La taille moyenne d'une exploitation est donc ici de 110 ha. (en fait nettement plus pour 5 d'entre elles). Comme dans le reste du nord-est roannais à dominante herbagère prairies et prés forment l'essentiel de la mise en valeur des terres, soit 92 %, éclipsant presque totalement les labours.

L'activité commerciale est représentée au bourg par un multi-services (café-bar, alimentation, petite restauration). Une société dont le siège est au lieu-dit le Ventoux, pratique le commerce de gros, Des entreprises très spécialisées existent par ailleurs dans la commune relevant du secteur des services. L'une concerne la gestion des eaux non potables, une autre travaille dans le domaine du transport régional et express, une troisième encore, ayant son siège au Château, gère la construction et la rénovation de maisons. Le secteur artisanal réunit une entreprise de serrurerie et métallerie à la Croix Châtelus, une autre, au Moulin, qui se consacre à la pose de ventilation pour cuisines et salles de bain, une troisième à la récupération de fers et métaux au lieu-dit Sève; un atelier de restauration de motocyclettes est installé à la Madone .S'ajoutent à cela l'activité d'un ferronnier d'art et d'une prothésiste ongulaire.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Hilaire-sous-Charlieu Villers Cuinzier Rose des vents
Boyer N Sevelinges
O    Jarnosse    E
S
Coutouvre La Gresle

Histoire[modifier | modifier le code]

Autrefois, Jarnosse était traversé par le Grand Chemin Français qui reliait Paris à Lyon, le royaume de France à l'Empire, car Lyon fut ville du Saint-Empire Romain Germanique jusqu'en 1307-1312 (Concile de Vienne). Ce chemin qui existe toujours, passait à La Montagne venant de Thizy et traversait le Jarnossin, au moulin, avant de filer vers Charlieu. Une variante devait aussi,sans doute, passer par le bourg. Ce fut une voie essentielle jusqu'à la guerre de Cent Ans. Elle fut empruntée, par exemple, par Eude Rigaud que le pape Innocent IV sacra archevêque de Rouen à Lyon en mars 1248. La paroisse de Jarnosse dépendait de deux seigneuries : les hameaux de la Rivière et de la Montagne relevaient du seigneur de La Varenne à Coutouvre et faisaient partie de Jarnosse en Beaujolais. Le reste principal de la paroisse dépendait du château de Jarnosse et s'appelait Jarnosse en Lyonnais. Les seigneurs du château de Jarnosse, dont certains furent enterrés dans leur chapelle de l'ancienne église, possédaient la haute, moyenne et basse justice. Leurs noms successifs sont les suivants : De Charlieu, La Palu, Thurin, premier panetier de la reine mère qui voulut rétablir les corvées pour ses sujets de Jarnosse, Ferlat, Faye, Gayand (dont les armes losangées sont sur la tour du château), Austrein, (Pierre Austrein fut un des chefs de la Ligue à Lyon et prévôt des marchands de la ville. Son beau-père, Philippe de Gayand, l'accusa de lui avoir subtilement enlevé la terre et seigneurie de Jarnosse - Archives de la Loire) et Du Sauzay (Marc-Anthoine fut aussi prévôt des marchands de Lyon) à l'histoire romanesque (Ils se disaient descendants d'un capitaine de Venise qui serait parti en croisade avec Saint-Louis et aurait été marié avec Jeanne de Moragier de Saint Clément de Valsonne où leurs armes sont encore visibles sur le linteau d'une maison du village : "d'azur à la tour d'argent buttée de mesme hersée de sable sur un tertre de sinople à deux étoiles d'argent en chef"). Le dernier seigneur de Jarnosse, Jean-Baptiste Du Sauzay, marquis de Rébé (Amplepuis), épousa en 1755 Marguerite de Blottefière, riche fille unique du marquis de Vauchelles (Somme). Il fut grand-croix de l'ordre de Saint-Louis, maréchal de camp des armées du roi et major du régiment des gardes françaises. Il émigra à la Révolution. Le château de Jarnosse et ses domaines furent alors séquestrés et vendus. Son dernier fils Joseph-Louis-Henri épousa à Francières (Somme) le 23 novembre 1808, Henriette Honorine Hortense des Essarts. Ils eurent une fille Agathe-Louise-Hortense qui se maria avec Maxime, Comte de Gomer, et laissa son château et sa terre de Vauchelles à sa nièce. Le château de Jarnosse était une fortification peut être chargée de la surveillance de la voie française et des frontières des provinces. On y voit encore sur ses façades des bouches à feu et des archères. Selon les différents inventaires faits à la mort de Henri Austrein en 1657, de Dominique Du Sauzay en 1725 et lors de sa vente, pendant la Révolution, il possédait deux tours, deux escaliers intérieurs, une chapelle, de nombreuses pièces et des fossés. il avait été rebâti en 1613 et fit l'objet d'un très beau projet de reconstruction vers 1670 par Jérémie de la Rue, charpentier de Charlieu. Jarnosse, situé au sud de la Bourgogne, eut à souffrir de la guerre de Cent Ans et sans doute de celles de la Ligue. Ces premiers conflits ne furent pas réglés définitivement par le traité d'Arras signé précipitamment en 1435 entre le Roi de France Charles VII et le duc de Bourgogne Philippe III de Bourgogne, les Bourguignons étant aux portes de Lyon. Le duc de Bourgogne soutenait que le traité lui attribuait, " ...Champdon, Gernosse, Mars, Masille et Villers, comme estant de tout ancienneté de la chastellenie, guet, garde ressort de Chasteauneuf (Loire)" et le roi protestait que "iceulx officiers de notredit cousin (le duc de Bourgogne) fait prendre deux par force et grosses menasses a nosdits subjects manants et habitants...lesdits habitants disant qu'ils estoient en royaulté...et les ont menés prisonniers audit Mascon" (Archives de la Côte d'Or). Quant aux conflits de la Ligue, il faut noter que Charlieu et Thizy eurent à subir les assauts des différentes armées, notamment le 3 mai 1590 vers 5 heures du soir à Charlieu où les habitants furent passés au fil de l'épée et les principaux pendus aux fenêtres...

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Jarnosse (Loire).svg

Les armoiries de Jarnosse se blasonnent ainsi :

D’azur à quatre losanges d’argent ordonnés en losange. Ces armes sont celles des Gayand. Elles ornaient magnifiquement la tour du château (1613) et ont été martelées à partir de 1962...On doit les retrouver à Villefranche sur Saône, dans la maison des Gayand et peut-être au château de Gatellier (Saint-Denis-de-Cabanne -Loire) car Catherine de Gayand, petite fille du seigneur de Jarnosse et fille de Jean, seigneur de Montferrand (Chandon - Loire), avait épousé Hippolyte de Montchanin, seigneur de Gatellier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Michèle Georges    
mars 2014 en cours Jean-Marc Lombard[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 432 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 050 511 791 1 057 1 197 1 268 1 214 1 235 1 126
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 430 1 457 1 487 1 519 1 550 1 438 1 413 1 323 1 267
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 182 1 073 956 814 711 657 631 513 469
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
404 329 303 344 371 354 398 409 412
2013 - - - - - - - -
432 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

On remarque une hausse constante du nombre de Jarnossins depuis 1975 (+ 33 %). Est-ce le calme, la beauté du site qui plaisent à ces néo-arrivants ?

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le bar-supérette-boulangerie-restaurant Le Jarnossin est une institution de la commune. Les tournées, les potins, les matchs de l'ASSE à la télévision et la bonne humeur sont de rigueur.
  • Église du XIXe siècle : beau tableau romantique (adoration des Mages).
  • Pêche en étang.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jarnosse sur le site de l'association des maires de France (consulté le 13 mars 2015).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2008, 2009, 2013.