Jarnioux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jarnioux
Jarnioux, son château, son église.
Jarnioux, son château, son église.
Blason de Jarnioux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Le Bois-d'Oingt
Intercommunalité Villefranche-Beaujolais-Saône
Maire
Mandat
Yves de Chalendar
2014-2020
Code postal 69640
Code commune 69101
Démographie
Population
municipale
661 hab. (2015 en augmentation de 11,84 % par rapport à 2010)
Densité 157 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 57′ 56″ nord, 4° 37′ 41″ est
Altitude Min. 259 m
Max. 393 m
Superficie 4,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Jarnioux

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Jarnioux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jarnioux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jarnioux

Jarnioux est une commune française située dans le département du Rhône, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Cogny Lacenas Rose des vents
Ville-sur-Jarnioux N Liergues
O    Jarnioux    E
S
Theizé Pouilly-le-Monial

Histoire[modifier | modifier le code]

Aucune trace d'occupation n'est attestée pendant la période romaine, tant au niveau archéologique que bibliographique[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 En cours Yves de Chalendar    
2001 2014 Maurice Gelay    
1977 2001 Élise Brun    
1971 1977 Jâques de Clavière    
1965 1971 Georges Lardy    
1947 1965 Jean Courtois    
1945 1947 Joanny Dumas    
1944 1945 Henry Lafay    
1943 1944 Marcel Lavorel    
1940 1943 Jean-Claude Collier    
1935 1940 Benoît Biolay    
1912 1935 Claude Clunet    
1892 1912 Jean-Marie Aumoine    
1869 1892 Auguste Guinon    
Les données manquantes sont à compléter.

Sources : Mairie de Jarnioux

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1872. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2015, la commune comptait 661 habitants[Note 1], en augmentation de 11,84 % par rapport à 2010 (Rhône : -73,84 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
615 586 595 578 604 610 656 665 596
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
450 421 402 383 341 374 401 381 377
1982 1990 1999 2005 2010 2015 - - -
458 542 537 535 591 661 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Jarnioux

Les armes de la commune de Jarnioux se blasonnent ainsi :
Losangé d'or et de gueules à une colonne d'or accompagnée à dextre d'un buste d'Auguste Guinon, à senestre d'une plume en bande brochant sur un livre ouvert, et en chef d'un sarment de vigne et d'une branche de chêne passée en sautoir, le tout au naturel.

Adopté en novembre 2011

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Jarnioux comporte trois monuments :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • En 1239, alors que les barbares sont à la porte de la ville, le comte de Lefranc est mandaté par la cour des Carolingiens dans le but de repousser l'ennemi. Le comte Théo de Lefranc est le fils aîné de Pierre III d'Aragon et d'Hélène de Laval, dont il tient d'ailleurs les traits fins et distingués. L'art de vivre et de mourir et le sens aigu de l'honneur royal sont les valeurs essentielles de cette famille. Quoique nobles, les de Lefranc ne peuvent mener grand train, leur domaine se limitant à 28 hectares. En 1238, le roi refusant les défaites, le rappelle à ses côtés. Le 14 mai, les premières troupes barbares franchissent les monts du Lyonnais. De Lefranc est gravement blessé à la quatrième vertèbre et perd à cette occasion sa canine supérieure gauche. Il rejoint ses compagnons où il déclara : "Je n'ai jamais tourné le dos à l'ennemi, je ne vais pas commencer aujourd'hui." Le comte de Lefranc réussit à repousser l'ennemi, au moins pour un temps. Le roi, grandement triste de le retrouver dans cet état, lui offrit pour le récompenser de sa vaillance et de ses vertueuses qualités de chevalier sa fille, afin de saluer son esprit chevaleresque. Le nom de Lefranc a été donné depuis au rocher qui surplombe la ville.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), p. 250
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]