Jared French

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir French.

Jared French (19051988) était un peintre américain appartenant au courant dit de Réalisme magique. Il faisait partie d’un groupe d’artistes et amis qui s’était spécialisé dans l’utilisation de l’ancienne technique de la tempera à l’œuf, et qui comprenait notamment George Tooker et Paul Cadmus.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Né à Ossining (New York)[1], Jared French est diplômé d'un bachelor of arts d'Amherst College. Peu de temps après, il rencontre et se lie d'amitié avec Paul Cadmus (1904-1999) à New York, il deviendra son amant[2],[3]. French persuade Cadmus d'abandonner l'art commercial pour ce qu'il considère comme une « peinture sérieuse »[4],[5]. En 1930, alors que French et Cadmus étudient ensemble à l'Art Students League de New York, l'artiste italien Luigi Lucioni peint French dans un tableau intitulé Jared French, acquis par le Metropolitan Museum of Art en 1994[6].

Carrière[modifier | modifier le code]

De la fin des années 1930 jusqu'au début des années 1940, French réalise des peintures murales pour le Works Progress Administration[7]. Les premières peintures de French sont décrites comme sinistre et inquiétante, des tableaux colorés de silhouettes immobiles et silencieuses dérivées des statues grecques de la période archaïque[5]. Par la suite, son travail montre « une sorte de bio-morphisme classique », avec des formes organiques étranges, colorées, suggestives[8].

En 1937, French se marrie à Margaret Hoening (morte en 1998)[9], le couple avait 15 ans d'écart d'âge[2]. Pendant 8 ans, Cadmus et le couple French passent leurs étés sur Fire Island et forment un collectif de photographe PaJaMa pour Paul, Jared et Margaret.[2]. Le couple passe son temps entre Provincetown, Truto, Fire Island et New York. Ils se mettent en scène dans diverses photographies en noir et blanc avec leurs amis, à la fois nus et vêtus. La plupart de ces amis présentés dans les photographies étaient parmi les jeunes artistes, danseurs et écrivains de New York, et la plupart étaient beaux et gays[2].

French et Cadmus posent en 1938 pour une série du photographe George Platt Lynes. Ces photos ne sont pas publiés du vivant de Lynes[3]. French donne ses traits à John Smith de Jamestown pour la peinture murale de Cadmus intitulées Pocahontas Rescued Captain John Smith située dans le Richmond Parcel Post Building[10].

À la fin des années 1940, French et sa femme ont une relation avec Cadmus et son compagnon George Tooker[8]. Quand les French achètent une maison à Hartland dans le État du Vermont, ils offrent à Cadmus une maison sur leur propriété. French la reprend plus tard pour l'offrir à son amant Roberto Gianatta[5].

French meurt en 1988 à Rome en Italie[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Banfer Gallery, New York, 1969
  • Banfer Gallery, New York, 1967
  • Banfer Gallery, New York, 1965
  • Robert Isaacson Gallery, New York, 1962
  • Edwin Hewitt Gallery, New York, 1955
  • Edwin Hewitt Gallery, New York, 1950
  • Julien Levy Gallery, New York, 1939
  • Morgan Hall, Amherst College, Massachusetts, 1939
  • Vassar College Art Gallery, New York, 1939

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Jared French Is Dead; Figural Artist Was 82 », The New York Times,‎ 20 janver 1988 (lire en ligne)
  2. a, b, c et d Roberta Smith, « PaJaMa, Whose Photographs Breathed Eroticism », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  3. a et b (en) Richar Meyer, Outlaw Representation: Censorship & Homosexuality in Twentieth-century American Art, Beacon Press, , 89–93 p. (ISBN 9780807079355, lire en ligne)
  4. (en) Nancy Grimes, Jared French's Myths, San Francisco, California, Pomegranate Artbooks, (ISBN 1-566-40322-7)
  5. a, b, c et d (en) David Leddick, Intimate Companions: A Triography of George Platt Lynes, Paul Cadmus, Lincoln Kirstein, and Their Circle, Macmillan, (ISBN 9781250104786, lire en ligne)
  6. (en) « Luigi Lucioni | Jared French | The Met », sur metmuseum.org, The Metropolitan Museum of Art
  7. Rodney Edgecombe, « Jared French’s Iconic Enigmas », The Gay & Lesbian Review, The Gay & Lesbian Review Worldwide,‎ (lire en ligne)
  8. a et b Ken Johnson, « Conform, Conform, Wherever You Are: Modern Angst in ‘George Tooker: A Retrospective’ at the National Academy Museum », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  9. « Paid Notice: Deaths FRENCH, MARGARET HOENING », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Alejandor Anreus, Diana Linden L. et Jonathan Weinberg, The Social and the Real: Political Art of the 1930s in the Western Hemisphere, Penn State Press, (ISBN 027104716X, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]