Jardins suspendus (Le Havre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Jardins suspendus
Image illustrative de l’article Jardins suspendus (Le Havre)
Les jardins suspendus du Havre.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Le Havre
Quartier Sanvic
Altitude 100 m
Superficie 17 ha
Histoire
Création 2008
Caractéristiques
Type Jardin botanique
Lieux d'intérêts Fort de Sainte-Adresse
Gestion
Fréquentation 120 000 visiteurs annuels
Localisation
Coordonnées 49° 30′ 15″ nord, 0° 05′ 38″ est
Géolocalisation sur la carte : Le Havre
(Voir situation sur carte : Le Havre)
Les Jardins suspendus

Les jardins suspendus du Havre, en abrégé les Jardins suspendus[a], occupent un site de 17 hectares dans le quartier de Sanvic au Havre. Ce jardin botanique se situe sur les hauteurs du Havre à l'intérieur de l'ancien fort de Sainte-Adresse. Ils dominent la ville basse, l'estuaire et la Manche. Au total, les Jardins suspendus possédaient en 2010 quelque 3 700 espèces végétales[1]. L’esprit du jardin est de rendre hommage aux botanistes (comme les botanistes normands Lesueur, La Billardière, d'Incarville) qui ont parcouru ou parcourent toujours le monde, et dont de nombreux embarquèrent au Havre.

Historique[modifier | modifier le code]

Le fort de Sainte-Adresse fut construit en 1854-1858, durant le Second Empire, selon le modèle de l'architecture militaire héritée de Vauban. Il sert d'abord de cantonnement aux bataillons d'artilleurs à pied ; au XXe siècle, le camp cigarette Home Run y est installé, puis le site est occupé par la gendarmerie et la garde républicaine. En 1963, le 74e régiment d'infanterie le reprend. La base militaire est désaffectée en 1979.

L'entrée du fort de Sainte-Adresse
Les casemates et les serres


En 2000, la municipalité du Havre décide d'acheter le fort désaffecté laissé à l'abandon. Après études et concertations, c'est en 2005 qu'elle décide de le reconvertir en jardin botanique et lieu de promenade. Après trois ans de travaux, les Jardins suspendus sont inaugurés le .

Description[2][modifier | modifier le code]

Les Jardins suspendus proposent un voyage botanique à travers différents jardins et serres qui rassemblent les plantes par origine géographique. Ceux-ci sont installés sur les bastions des remparts ou à l'intérieur du fort.

Depuis 2014, les Jardins suspendus sont labellisés « Jardin remarquable », ce qui récompense la qualité de leur entretien et l’accueil du public.

Les serres de collection[modifier | modifier le code]

Les Serres
  • Serres du nord-ouest : cette serre abrite diverses variétés de plantes. (laurier rose, palmiers et divers arbustes venus des tropiques) qui, l’été, ornent les rues et les jardins de la ville. Une serre de 600 m2 accueille différentes espèces de cactées et de succulentes
  • Serres du sud-ouest : Ces serres recèlent différentes plantes tropicales dont des collections d’orchidées et de bégonias. L'une d'elles présente différentes plantes du quotidien telles que des théiers des caféiers ou des poivriers.

Entrée payante pour les serres des collections (2 € depuis 2015, gratuit pour les moins de 12 ans).

Jardin d'Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Le jardin d'Amérique du Nord

Ce jardin situé sur un bastion au nord-ouest du fort présente différentes plantes d’Amérique du Nord : sumacs, cornouillers, etc.

Jardin des explorateurs contemporains[modifier | modifier le code]

Le jardin des explorateurs contemporains

Ce jardin propose des plantes nouvellement acclimatées en Europe. Ces plantes sont ramenées du monde entier par des botanistes qui continuent d’explorer le monde, ce jardin leur rend hommage : acacias, érables, jasmin, cotonéaster, bouleau, buddleia, etc. Ce jardin offre une vue sur l’estuaire de la Seine.

Jardin d'Asie de l'Est[modifier | modifier le code]

Un érable du Japon

Ce jardin rappelle l’origine asiatique de nombreux végétaux présents dans les jardins : rhododendrons, érables du Japon, bambous, glycine, hydrangea, etc.

Jardin Austral[modifier | modifier le code]

Situé sur le bastion sud-est des remparts, ce jardin s’inspire des paysages d’Australie. Les plantes présentées sont typiques de l’hémisphère sud (Australie, Nouvelle-Zélande, Chili) : eucalyptus, hebe, cordyline, callistemon, grevillea. On peut aussi y remarquer un pin de Wollemi, espèce découverte dans les années 1990 en Australie.

le jardin austral

Les jardins de la promenade basse[modifier | modifier le code]

Le jardin des senteurs offre une grande variété de plantes odorantes.

Jardin Cayeux[modifier | modifier le code]

Le jardin Cayeux

Ce jardin situé sur les remparts sud du fort rend hommage aux horticulteurs Henri et Louis Cayeux. Ces deux Havrais, qui furent aussi directeurs des jardins du Havre au début du XXe siècle, travaillèrent à la création de cultivars et d’hybrides, notamment de roses ou d’hortensias.

Événements[modifier | modifier le code]

Les Jardins suspendus proposent une programmation d'animations incluant des ateliers de jardinage, des visités guidées, des expositions... De plus, depuis l'année 2010, le lieu accueille au mois de juillet le festival de musiques du monde moZ'aïque [3]. Ainsi que la garden party du .

Renseignements pratiques[modifier | modifier le code]

Le fort est accessible par la route, par les rues du Fort et Albert Copieux. Il est entouré de plusieurs parkings ainsi que de parcs à vélos et compte trois entrées. L'accès en bus se fait par les lignes n°3 et 5.

Les jardins sont ouverts au public toute l'année, même si les horaires varient selon la saison :

  • D'avril à septembre, tous les jours de 10h30 à 20h.
  • En octobre, tous les jours de 10 h 30 à 18 h.
  • De novembre à février, tous les jours de 10 h 30 à 17 h.
  • En mars, tous les jours de 10 h 30 à 18 h.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Quand il est implicite qu'il s'agit des jardins suspendus en question, ceci en conformité avec les recommandations typographiques de la présente encyclopédie, cf. l'exemple de la Cour carrée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rachel Lajusticia, « Les Jardins suspendus à l'heure du Printemps », Océanes, n°136, avril 2010, p.19
  2. « Jardins suspendus », sur Le Havre Tourisme (consulté le 22 avril 2011)
  3. http://lehavre.fr/dossier/mozaique-0

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]