Jardin des Prébendes d'Oé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jardin des Prébendes d'Oé
Image illustrative de l'article Jardin des Prébendes d'Oé
Statue de Ronsard, par Georges Delpérier.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Tours
Quartier Prébendes
Superficie 4,3 ha
Histoire
Création 1872
Caractéristiques
Type paysager
Gestion
Protection  Inscrit MH (2003)[1]
Localisation
Coordonnées 47° 23′ 06″ nord, 0° 41′ 04″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Jardin des Prébendes d'Oé

Géolocalisation sur la carte : Tours

(Voir situation sur carte : Tours)
Jardin des Prébendes d'Oé

Le jardin des Prébendes d'Oé est un jardin public, situé au cœur de Tours, créé en 1872 par les frères Bühler. Placé entre la rue des Prébendes, la rue Roger Salengro, la rue Lakanal et la rue du Boisdenier, c'est un jardin à l'anglaise qui offre une belle diversité d'arbres et de fleurs, avec deux kiosques à musique et des statues d'écrivains tourangeaux comme Pierre de Ronsard celle de Jean-Baptiste Marie Meusnier de La Place puis Honorat de Bueil de Racan.

Le jardin a été créé sur un site marécageux où se trouvaient des jardins potagers dont les revenus – les prébendes – étaient versés au prévôt d'Oé sous l'Ancien Régime. Il était traversé par le ruisseau de l'archevêque qui a été canalisé par la ville. À l'exemple des programmes de grands travaux entrepris sous le Second Empire à Paris, les villes de province se dotent progressivement de parcs paysagés à la manière anglaise. Les jardins publics sont un lieu de promenade privilégié pour les familles citadines, un espace récréatif pour les enfants où les adultes se rencontrent à l'occasion de concerts donnés dans le kiosque par les musiques municipales ou militaires.

C'est dans cet esprit qu'un projet, vieux de 10 ans est adopté à Tours, après la guerre de 1870. La réalisation du jardin a été entreprise de 1872 à 1874 pour employer les nombreux ouvriers au chômage à la suite de la crise économique due à la guerre. La création du parc a été confiée à Eugène Bühler.

Conformément à la manière des Bühler, le parc se compose de grandes allées sinueuses dont l'une parcourt toujours le tour du jardin. Les arbres sont regroupés par essences, cèdres, platanes, séquoias géants et tilleuls qui forment des semblants de bois contrastant avec de vastes pelouses. Des cyprès chauves agrémentent l'île centrale (la présence d'un cours d'eau est traditionnelle dans les créations des Bühler).

Il est labellisé « Jardin remarquable ».

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le jardin des Prébendes a inspiré les écrivains et les artistes, si bien qu'il apparaît dans plusieurs œuvres de fiction :

  • Léopold Sédar Senghor, alors professeur de français et de latin au lycée Descartes de Tours, lui a consacré un poème : Jardin des Prébendes.
  • L'écrivain allemand Paul Celan, alors réfugié antifasciste en France, lui a également consacré un poème vers la même époque, Im Park, et accompagné de la mention "Tours, Jardin des Prébendes, 6.6.1939". Il a été traduit en français.
  • Le cinéaste Pierre Etaix en a fait l'un des décors de son film, Le Grand Amour, sorti en 1969.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]