Jardin botanique de Bayonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jardin botanique de Bayonne
Image illustrative de l’article Jardin botanique de Bayonne
Érable palmé
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Subdivision administrative Nouvelle-Aquitaine
Commune Bayonne
Quartier Quartier du Grand Bayonne
Superficie 3 000 m2
Cours d'eau Bassin
Histoire
Création 1987 à 1990
Caractéristiques
Type Jardin botanique
Essences 1 000
Gestion
Propriétaire Ville de Bayonne
Ouverture au public Oui
Fréquentation 100 à 300 personnes/jour
Localisation
Coordonnées 43° 29′ 32″ nord, 1° 28′ 45″ ouest

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Jardin botanique de Bayonne

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Atlantiques)
Jardin botanique de Bayonne

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Jardin botanique de Bayonne

Le jardin botanique de Bayonne, ou jardin botanique des remparts, est un jardin municipal de 3 000 m2 situé en plein cœur du secteur sauvegardé entre la cathédrale Sainte Marie et les remparts de Bayonne (allée des Tarides, près du monument aux morts) érigés par Vauban, avenue du Onze-Novembre.

Il est desservi par la navette gratuite de la ligne centre-ville au niveau de l'arrêt n° 7[1]. L'entrée est libre (facilité d'accès pour les handicapés) mais réglementée (interdiction d'entrée aux chiens) du mardi au samedi de mi-avril à mi-octobre de 9h30 à 12h00 et de 14h00 à 18h00[2]. L'entrée du jardin est gratuite et sa visite complète peut prendre entre 1 et 2h : de quoi observer toutes les plantes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce jardin, suspendu au-dessus de la ville de Bayonne, a été construit entre 1987 et 1990. Installé sur un bastion des fortifications de Vauban dominant le monument aux morts, le jardin botanique est aménagé sur une ancienne bâtisse qui servait d'abri pour les vaches paissant dans les douves. À la fin des années 1980, le service des Espaces verts a décidé de transformer ce lieu envahi par les ronces en un jardin structuré. Le premier plan de ce qui deviendra le jardin botanique a été élaboré en 1985. L'inauguration officielle a eu lieu en .

La plupart des travaux ont été réalisés par des ouvriers municipaux qui ont utilisé essentiellement des matériaux de récupération[3] (des pavés, des pierres ou des traverses de chemin de fer), pour mélanger à la fois le style basque représenté par la maison d'exposition typiquement basque intérieurement et extérieurement, et le style japonais, ce qui engendre un mélange de cultures se voulant surprenant et agréable.

Description[modifier | modifier le code]

Il regroupe près d'un millier de taxons et est établi sur un bastion de la forteresse bayonnaise de sept mètres de haut suspendu au-dessus de la ville[3]. Malgré la modeste surface du jardin, dessiné sur un mode japonisant (avec une pièce d'eau, pont-passerelle et cascade), il y a une diversité de scènes surprenantes, une multiplication d'allées, de recoins et de niveaux créant une belle illusion spatiale. De plus, le jardin regroupe des espèces rares comme le katsura (Cercidiphyllum japonicum), surnommé l'« arbre au caramel », dont les feuilles sentent le caramel et le pain d'épice. Chaque espèce est étiquetée. Le jardin dessiné en terrasses transporte de pays en pays, par des variétés telles que l'Albizzia, l'Agapanthe (Agapanthaceae), le Cycas du Japon (Cycas Revoluta), fougère préhistorique, ou les sauges du Mexique.

Le jardin est divisé en neuf secteurs qui regroupent les plantes mises en valeur soit sur la base des couleurs de floraison ou de feuillage, soit sur une base sensorielle visuelle ou sur une invitation pour le visiteur au voyage vers des contrées lointaines. Un plan avec la localisation des différents secteurs accueille les visiteurs sur la micro-esplanade devant la salle d'exposition située en position centrale.

Plan actuel du jardin botanique de Bayonne.

À l'intersection de deux chemins, dans le secteur bambouseraie, une mosaïque représentant une croix basque rouge recouvre le sol.

Dans ce jardin se trouvent diverses constructions telles que des bancs (4), des petits ponts (3) ou des escaliers.


La meilleure période pour voir un maximum de floraison est située entre fin juin et mi-juillet. De même, la période qui permet d'observer le développement végétal maximum est comprise entre fin août et mi-septembre.

Secteur « Touche d'exotisme »[modifier | modifier le code]

Ce secteur est le premier visible sur la droite de la micro-esplanade. Le nom botanique provient de l'épouse de George III d'Angleterre, Charlotte de Mecklenburg-Strelitz. Les plantes qui le composent proviennent de pays tropicaux et sont peu rustiques. Elle appartient à la catégorie de plante vivace. Elle ne supporte pas les températures en dessous de 0°C donc pour cela l'équipe du jardin botanique les protège en hiver contre le gel. Au cours du printemps, les touffes de Strelizia (surnommée « oiseau du paradis » du fait de la forme de sa fleur en tête d'oiseau) hissent de très belles fleurs multicolores.

La Strelitzia est une plante tropicale d'Afrique du Sud. Elle a besoin de beaucoup d'attention, une exposition plein soleil, beaucoup de chaleur et ne supporte pas les températures négatives, il a besoin aussi d’une certaine humidité dans le sol pour bien s’épanouir. Elle mesure jusqu'à 2 mètres de hauteur sur 1,5 à 2 mètres de largeur. Bien que cette plante fleurisse en hiver et n'ait pas d'odeur, elle a de très belles couleurs jaune citron, rouge-orangé ou même parfois bleu qui la rendent si particulière et unique. Ces feuilles sont longues, fines et tenus par des tiges épaisses dont la couleur reste verte toute l'année.

Secteur « Teintes de jaune »[modifier | modifier le code]

Dans cette zone où fleurissent des plantes à fleurs jaunes, une pivoine arbustive (Paeonia Suffruticosa), fleurit au printemps et donne des fleurs roses. Elle ne résiste pas aux grands froids (à partir de −5 °C, elle gèle) et est exposée en plein soleil. Ses feuilles illustrent un mélange de couleur ébène, de rouge et de vert. Un Halimium halimifolium (hélianthène à feuilles d'halimiones) vient la rejoindre, fleurissant également au printemps. Il offre au spectateur des fleurs jaunes vives. Cette plante mesure environ 1,5 mètre de largeur et est originaire d'Asie.

Secteur « Sous-bois »[modifier | modifier le code]

On trouve plusieurs espèces d'érables (dont Acer palmatum). Une pergola est installée dans ce secteur sous laquelle on peut se reposer au contact de la nature.

Cette plante prénommée Rosa « Cocktail » se situe sur le côté est du jardin, un peu après la zone des sous-bois. C'est un rosier grimpant avec des fleurs aux pétales de couleur rouge qui peuvent varier à l'orange. Cette plante peut monter jusqu'à 2 à 3 mètres de haut et a une largeur de 80 cm. Elle fleurit à la période printemps/été et doit être exposée en plein soleil. Elle a une très bonne résistance.

Dans ce secteur, on remarque également des cyclamens avec leurs feuilles vertes marbrées.

Il existe une vingtaine d'espèces de cyclamens, dont le Cyclamen persicum ou cyclamen de Perse. Le Cyclamen persicum est originaire de Méditerranée orientale. Il appartient à la famille des primevères. Il est apprécié pour ses fleurs, variant du blanc pur au rouge vif, en passant par des nuances de rose, saumon, mauve ou pourpre, qui s'élèvent au-dessus du feuillage. Les fleurs délicates contrastent avec les feuilles, souvent marbrées. Le cyclamen est une plante adaptée aux conditions méditerranéennes. Ses cycles de développement, de floraison et de repos sont bien définis. Sa floraison est principalement hivernale et sa période naturelle de repos débute au printemps. Il entre ensuite en période de « dormance » durant les mois chauds de l'été. La période de floraison s'étale généralement de novembre à mars et peut durer près de trois mois si les conditions sont appropriées.

Le Pieris Japonica surnommé « Forest flamme » est un arbuste de la famille des Éricacées. Il peut atteindre 3 mètres de hauteur sur 1,5 à 2 mètres de largeur et doit être exposé à mi-ombre. Son feuillage persistant varie du vert au rouge-orangé. Sa période de floraison est au printemps (mars, mai) et ses fleurs poussent sous forme de grappes blanches. Cet arbuste demande peu d'entretien, il peut se passer d'arrosage. En revanche il est vulnérable à un champignon appelé Phytophtora.

La "Armeria Maritima" est une plante qui se trouve dans le secteur des sous-bois. Elle prend la forme de gazon contenant des fleurs rose clair. Cette plante est d'origine espagnole, elle fait de 15 à 25 centimètres de hauteur, la tige fait 2 à 3 millimètres de largeur et la fleur fait environ deux centimètres de largeur.

Secteur « Bambouseraie »[modifier | modifier le code]

Ce parc comprend une collection remarquable de bambous.

On peut y trouver la Marguerite (Prachystegia insignis daizea). Cette plante à dominante vert foncé s'étend sur la largeur.

Elle mesure environ 50 centimètres de haut et 1,60 m de large. Elle fleurit au printemps et supporte facilement les températures extrêmes (−20 °C à 40 °C). Ses feuilles, bleutées, sont très dures et cette plante est très florifère. À la sortie du secteur, une mosaïque représentant une croix basque décore le sol.

Secteur « Légèreté-Lumière-Mouvement »[modifier | modifier le code]

Cet espace se situe entre l'espace « Ambiance Azur » et la bambouseraie. On le trouve derrière la salle d'exposition. Un important massif de plantes médicinales (c'est-à-dire des plantes ayant des propriétés particulières influençant la santé humaine et animale), aromatiques (utilisées pour leurs arômes qu'elles dégagent) et condimentaires (utilisées en cuisine principalement) y sont visibles. On peut y trouver des plantes comme le basilic (Ocimum basilicum), la Sauge (Salvia) et la Menthe (Mentha). Au centre de ce secteur on trouve un arbre remarquable, le Cèdre du Japon (Cryptomeria japonica). Cet arbre immense appartient à la famille des conifères. En forme de cône, cet arbre ressemble à un sapin de Noël. À taille adulte, le Cèdre du Japon culmine à une hauteur de 60 mètres et présente une largeur de 25 mètres. Cet arbre fleurit en automne, il est doté d'une rusticité moyenne. Ce conifère pousse au Japon dans des climats très chauds et doit être exposé au soleil pour pouvoir vivre. Derrière la maison on trouve une très belle fleur rouge nommée Geum chiloense Mrs bradshaw (Geum chiloense) appartenant à la famille des rosacées et originaire du Chili. C'est une plante vivace que l'on appelle aussi : Benoîte Mrs bradshaw qui fleurit au printemps et été avec des compléments, cette fleur forme une touffe de feuilles lobées et elle mesure environ 50 cm à taille adulte, son feuillage reste l'hiver et elle doit être exposée au soleil à mi ombre, également elle ne provoque pas d'allergies et est donc privilégiée pour la conception d'un jardin sans allergies.

Secteur « Ambiance Azur »[modifier | modifier le code]

Dans le secteur ambiance azur, il y a différentes sortes de plantes comme l’Hibiscus qui est une plante vivace assez haute, de couleurs rouge, orange, jaune ou blanche. On peut aussi y trouver l’Alium Chumbertii, c'est une espèce d'ail d'ornement avec de longues feuilles vertes poussant en bas de la tige, elle-même assez haute. Ses fleurs violettes possèdent cinq pétales. Cette plante mesure environ 30 cm de haut et 15 cm de large. Elle fleurit au printemps et au cours des autres saisons, on l’aperçoit seulement avec sa tige et sans sa rosette. Elle possède une très bonne rusticité et doit être placée dans un endroit ombragé. C'est une plante d'origine européenne que l'on trouve particulièrement en Hollande.

Secteur « Couvre-sols »[modifier | modifier le code]

À la pointe sud-ouest du jardin et à gauche de la salle d'exposition, se situe la partie « couvre-sols ». Ce secteur est facile à repérer car on y arrive lorsque le pont traversant un bassin est visible à droite. Un grand pin de Monterrey, vieux d'environ 120 ans accueille les visiteurs. Il a été planté naturellement vers 1890-1900. Lors de la création du jardin, les jardiniers municipaux ont donc construit le « petit rond-point » qui l'encadre. Tout autour de l'arbre, de nombreuses plantes recouvrent le sol de structures végétales étalées horizontalement à la belle saison.

Côté est, de magnifiques Phormium tenax multicolores dressent leurs feuilles vers le ciel de la citadelle du château de Bayonne. Ces plantes originaires de Nouvelle-Zélande sont appelées « Lin de Nouvelle-Zélande » car leurs fibres peuvent être utilisées dans l'industrie textile. Assez rustiques, elles sont régulièrement employées dans les jardins modernes d'architecte paysagiste et dans les massifs des rond-points de nos villes.

Secteur « Palette de rouge »[modifier | modifier le code]

Dans ce secteur, on peut trouver la Trandescantia « Osprey » Éphémère de Virginie. On remarque que cette plante a ses pétales blancs aux centres mauves et aux étamines jaunes et d'autres aux pétales fuchsia. Elle peut atteindre une hauteur de 50 cm et une largeur de 20 cm environ. Sa période de floraison se situe en été mais ne tolère pas la chaleur intense durant cette saison. Cette plante exige un sol humide, peu fertile, pauvre. La rusticité de la plante est assez bonne et doit être exposée à mi-ombre ou en plein soleil. On la trouve plus particulièrement en Amérique. Pour avoir une meilleure floraison, il faut rabattre le feuillage après la floraison afin d’éviter qu'elle se propage.

On peut aussi trouver des exemplaires de plantes japonaises, dont le Dissectum Atropurperem (du latin Acer palmatum) de la famille Aceraceae. C'est un érable palmé qui se décompose en trois sous-espèces différentiables par la forme de leurs feuilles : des feuilles allant de 5 à 10 cm et 5 à 7 lobes. Sa taille varie entre 1 et 2 mètres, ce pourquoi il est souvent comparé à un arbuste. Il fleurit lentement et au printemps. Il est exposé à mi-ombre ou au soleil. Il existe 1 000 sortes différentes de cette plante.

Secteur « Parfum d'Asie »[modifier | modifier le code]

Le pont décoré de glycines qui surplombe le bassin

Dans ce secteur, le décor est japonisant. Il est constitué d'un bassin central franchi par un pont japonais de couleur rouge sur lequel une glycine (Wisteria) violette d'une largeur de 7 à 8 mètres vient s'enrouler donnant un effet majestueux à l'endroit. Cette plante d'origine européenne aime les situations ensoleillées et chaudes, à l’abri des vents forts et frais qui peuvent endommager ses fleurs parfumées fleurissant d'avril à juin. La glycine supporte des températures négatives allant jusqu’à −20 °C. La couleur rouge du pont fait ressortir la couleur violet clair de ses longues grappes pouvant être aussi bleues, blanches ou pourpres.

Le secteur exprime son inspiration orientale grâce au jeu de construction entre des espaces d'eau décorés et des plantes aquatiques. Sur les pourtours du bassin, des érables japonais, des Cedrus libani ou encore des Nepeta Faassemi renforcent cette inspiration.

En contrebas des cascades qui entraînent l'eau du bassin principal vers la maison, nous trouvons plusieurs sortes de plantes d'eau, comme par exemple le Cyperus papyrus, plus communément connu sous le nom de Papyrus ou fleur à papier. La plante venue d'Asie/Afrique (vallée du Nil), fleurit durant le printemps et l'été et ne peut pas survivre sans eau à ses pieds et sans exposition au soleil. Assez imposante, avec une hauteur d'environ 2 mètres et peu rustique (elle ne résiste pas aux températures en dessous de −5 °C), elle décore par ses longues tiges et sa feuille en étoile (de 10 à 15 cm de longueur) les bassins miniatures qui permettent à l'eau de se faufiler vers les bassins plus tranquilles contenant des nénuphars. De nombreuses grosses Carpes koï chinoises aux écailles bariolées de rouge, orangé et blanc cohabitent dans le bassin principal (aux côtés de deux tortues de Floride) ; elles illustrent les nombreuses couleurs du jardin : rouge, orange, blanc et vert.

Loropetalum (nom français Loropétale de Chine) est un petit arbre rouge bordeaux, venu du Japon, avec une hauteur d'environ 1 m, ainsi qu'une largeur de 50 cm. C'est une plante rustique qui fleurit toute l'année, essentiellement à l'ombre.

Activités[modifier | modifier le code]

Exposition permanente[modifier | modifier le code]

Devant la salle d'exposition au centre du jardin se dresse un présentoir en bois portant douze capsules de bois imprégnées d'odeurs d'épices, de plantes et d'herbes comme l'origan (Origanum vulgare), la lavande (Lavandula), l'armoise (Artemisia), le genévrier (Juniperus), la Marjolaine (Origanum majorana), la valériane (Valeriana), l'hysope (Hyssopus officinalis) et la verveine (Verbenaceae). Le principe est donc de faire rouler la boule « capuchon » de ces bois pour offrir aux visiteurs un effluve de parfums divers.

Dans la maison, le visiteur découvrira une exposition permanente de panneaux informatifs sur l'art des herbiers, l'histoire des légumes de nos jardins et les actions écologiques des jardiniers. Certains d'entre eux nous exposent l'histoire du jardin. On trouve aussi de l'outillage exposé.

Animations[modifier | modifier le code]

Chaque année, la ville de Bayonne organise une journée au jardin vers la fin avril, qui se déroule en alternance sur le site proche de la Poterne et du jardin botanique et le site des serres municipales du parc de Caradoc. L'édition 2012 de cette journée s'est tenue au jardin botanique. Les jardiniers amateurs peuvent échanger semis et boutures ; la mairie organise aussi une cérémonie de remise des prix sur les balcons et jardins fleuris qui contribuent à l'obtention du pavillon quatre fleurs des communes les plus fleuries de France. Toute la journée, des animations y sont proposées avec des ateliers scientifiques portant soit sur les animaux et les plantes invasives (origines et conséquences de leur présence), soit sur le rempotage et le compostage pour les enfants[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ville de Bayonne, « Le parcours de la navette gratuite de Bayonne », sur chronoplus.eu-Bayonne (consulté le 23 avril 2013).
  2. Ville de Bayonne, « Le jardin botanique, dessiné sur un mode japonisant », sur bayonne.fr (consulté le 11 avril 2013).
  3. a et b Philippe Prévôt, « À Bayonne, une matinée au jardin des remparts », Le Festin, no 49,‎ , p. 94-95 (ISSN 1143-676X)
  4. Margot et Roland Spohn, « Plantes invasives », Livret d'information,‎ , p. 3-15

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]