Japan Nuclear Fuel Ltd.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Japan Nuclear Fuel Ltd.
logo de Japan Nuclear Fuel Ltd.

Création sous le nom de Japan Nuclear Fuel Service Limited
Dates clés , nom actuel
1er juin 2003, transfert du siège social du village de Rokkasho à la ville d'Aomori.
Fondateurs Gouvernement Japonais
Personnages clés PDG : Isami Kojima (2006)
Président du bureau des directeurs: Tsunehisa Katsumata (2006)
Forme juridique Public
Siège social 4-108 Aza Okitsuke, Oaza Obuchi, Rokkasho-mura, Kamikita-gun, Aomori
Drapeau du Japon Japon
Activité Traitement du combustible usé
Effectif 2 139 (1er juin 2006)
Site web http://www.jnfl.co.jp

Fonds propres 240 millions de yens
Chiffre d’affaires 106 milliards de yens (2006)

La compagnie Japan Nuclear Fuel Limited (日本原燃, Nihon gennen?, abrégé en JNFL) est une entreprise japonaise publique qui a pour mission de développer les technologies du cycle du combustible nucléaire dans un contexte d'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire.

Historique[modifier | modifier le code]

Crée sous le nom de Japan Nuclear Fuel Service Limited le , elle prend son nom actuel de Japan Nuclear Fuel Industry Limited. (en abrégé JNFL) le 22 janvier 1992.

En mars 2007, elle s'associe à Areva, Washington Group International (en) et BWX Technologies, Inc (en) dans le cadre d'une International Nuclear Recycling Alliance pour répondre aux perspectives de marché avec le Département de l'Énergie des États-Unis[1]. Ce consortium signe le 1er octobre 2007 un contrat avec le département de l'Énergie étudier le développement aux États-Unis d'une usine de traitement des combustibles nucléaires usés et d'un réacteur nucléaire de génération avancée pour les recycler. NFL apportera son expérience acquise sur l'usine de Rokkasho Mura et mènera les études de sûreté de l'unité de traitement[2].

En 2008, la JNFL voit ses chiffres baisser pour la première fois depuis 5 ans. Le chiffre d'affaires de la société a baissé de 27,7 Md¥ (166 M€) pour arriver à 290,3Md¥ (1,7 Md€) et ses bénéfices ont chuté de 8,3Md¥ (50 M€) pour descendre à 19,6 Md¥ (117 M€). Deux raisons : l’arrêt de son usine d’enrichissement dont les centrifugeuses sont en cours de changement, et la faible quantité de combustibles usés arrivant à Rokkasho[3].[Quoi ?]

Activités[modifier | modifier le code]

Elle est spécialisée dans le traitement des combustibles nucléaires civils usés ainsi que des programmes japonais d’enrichissement de l'uranium (activité très variable, allant de 29 tonnes d'UA en 1993 jusqu'à un pic de 197 t. en 2003), d’entreposage et de stockage des déchets radioactifs, et de fabrication de combustible MOX (autorisation accordée en avril 2005 pour une usine dans le village d'Aomori) (Préfecture d'Aomori) dans le nord de l'île d'Honshū.

Usine de retraitement de Rokkasho[modifier | modifier le code]

L'usine de traitement de Rokkasho en 2007.

Dans l'usine nucléaire de Rokkasho (préfecture d'Aomori), JNFL conduit depuis 2002 les essais pour la mise en service prochaine de son usine de traitement du combustible nucléaire usé japonais (六ヶ所村核燃料再処理施設, Rokkasho Kakunenryō Saishori Shisetsu) dont la construction a commencé le . Inspirée de l'usine de retraitement de la Hague et construite en partenariat entre le groupe nucléaire français Areva[4], Il y met en œuvre les technologies de traitement parmi les plus avancées dans des ateliers soumis aux contrôles de l’Agence internationale de l'énergie atomique.

L’ensemble du cycle du combustible nucléaire est ainsi regroupé sur quelques kilomètres carrés avec une usine d’enrichissement d’uranium, un centre de stockage des déchets radioactifs et cette usine de retraitement des combustibles usés.

Après de multiples retards et un coût de 20 milliards de dollars américains, le triple du budget annoncé au début du projet, l'usine devait entrer en service en octobre 2010 mais n'est en 2012 toujours pas opérationnelle. Il est prévu qu'une usine spécifique de fabrication de combustible MOX doit être construite à proximité par la JNFL[5].

Le site de 70 hectares sert actuellement au stockage de produits radioactifs.

En 2010, l'usine d'enrichissement de Rokkasho comprend 38 bâtiments sur un surface de 3 800 000 m2. Sa capacité maximale de retraitement est de 800 tonnes de plutonium ou de 8 tonnes d'uranium par an. Sa capacité quotidienne maximale est de 4,8 t de plutonium. Sa capacité de stockage est de 30 tonnes de plutonium soit 1 440 colis vitrifiés[6].

Homologues étrangers[modifier | modifier le code]

  • Allemagne
    • DBE : Deutsche Gesellschaft zum Bau und Betrieb von Endlagern für Abfallstoffe mbH
    • BfS : Bundesamt für Strahlenschutz
  • Belgique
    • ONDRAF : Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies.
    • SCK•CEN : Centre d'étude de l'énergie nucléaire
  • Canada
    • NWMO : Nuclear Waste Management Organization
    • OPG : Ontario Power Generation (principal producteur)
  • Chine
    • CNNC  : China National Nuclear Corporation
  • Corée du Sud :
    • KEPCO  : Korean Electric Power Corporation
    • KAERI  : Korea Atomic Energy Research Institute
  • Espagne
    • ENRESA : Empresa Nacional de Residuos Radioactivos
  • États-Unis
  • France :
  • Finlande
    • POSIVA OY : Expertise on nuclear waste management
  • Grande-Bretagne
    • BNFL : British Nuclear Fuel Limited
    • NIREX : Responsible Environmental Management for Radioactive Waste
  • Italie
    • ENEA : Ente per le Nuove tecnologie, l’Energia el’Ambiante
  • Japon
    • JNFL : Japan Nuclear Fuel Ltd.
    • NUMO : Nuclear Waste Management Organization of Japan
    • RWMC : Radioactive Waste Management funding and research Center
  • Suède
  • Suisse
    • NAGRA (Nationale Genossenschaft für die Lagerung radioaktiver Abfälle) : société coopérative nationale pour le stockage des déchets radioactifs

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]