Jane Evrard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jane Evrard
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jeanne ChevallierVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Jane EvrardVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Gaston Poulet (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument

Jeanne Chevallier, épouse Jeanne Poulet, ayant pris à partir de 1930 le pseudonyme de Jane Evrard, née le à Neuilly-Plaisance, morte le à Paris, est une musicienne française. En 1930, elle devient la première femme chef d’orchestre en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle commence à jouer du violon à l’âge de sept ans. Elle est reçue au Conservatoire national de Paris, dans la classe de violon dirigée par M. Lefort. Elle épouse le violoniste Gaston Poulet en 1912. Le couple fréquente ensuite le chef d’orchestre Georges Rabani, qui mène les Concerts rouges et dirigent les orchestres du casino de Deauville ou encore du théâtre de l’Odéon. En 1913, ils sont chargés par Pierre Monteux de s'occuper du Sacre du Printemps de Nijinski. Pendant les années 1920, alors que Gaston Poulet fonde les Concerts Poulet, son épouse est professeur de violon ; ils finissent pas se séparer.

En 1930, Jeanne Poulet fonde elle-même son orchestre, l’Orchestre féminin de Paris, composé de vingt-cinq musiciennes. Elle se fait alors appeler « Jane Evrard »[1] et devient la première Française à devenir chef d’orchestre. Dans le quotidien Excelsior, Émile Vuillermoz écrit « L’initiative prise par Jane Evrard, excellente violoniste, musicienne accomplie et travailleuse infatigable, est intelligente et raisonnée. Jane Evrard pose franchement le problème de la main d’œuvre féminine dans la musique d’ensemble. Voici un geste honnête et courageux ». Son concert effectue des tournées en France, au Portugal, en Espagne et aux Pays-Bas.

À la fin de sa vie, après avoir été expulsée de son appartement, elle vit dans une maison de retraite de la Fondation Rossini[2].

Hommage[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En référence au lieu-dit Ville-Évrard, proche de son lieu de naissance.
  2. http://www.ina.fr/audio/PHY03005701

Articles connexes[modifier | modifier le code]