Jan Wellens de Cock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jan Wellens de Cock
Naissance
Décès
Activité
Lieu de travail
Mouvement
Maniériste du Nord
Influencé par
Enfants
Œuvres principales
Tentation de Saint Antoine, estampe, Metropolitan Museum of Art, New York.

Jan Wellens de Cock (c. 1480-1527) est un peintre et dessinateur flamand maniériste. Il est probablement né à Leyde aux Pays-Bas et a vécu à Anvers.

Biographie[modifier | modifier le code]

On ne sait que peu sur sa vie et sa carrière. En 1506, Jan est enregistré dans les archives de la Guilde de Saint-Luc à Anvers comme ayant accepté un apprenti appelé « Loduwyck ». On ne sait pas en quelle année Jan est devenu maître peintre.[1] Jan Wellens de Cock pourrait être un certain « Jan Van Leyen » (Jean de Leyde), qui est devenu maître en 1503-1504. Le 6 août 1502 Jan Wellens de Cock épouse Clara, la fille de Peter van Beeringen[2] Jan Wellens de Cock était probablement le Jan de Cock qui a travaillé comme un serviteur de la guilde de « Onze-Lieve-Vrouw Lof », pour lequel il a exécuté de nombreuses commandes. En 1507, De Cock est mandaté pour la restauration de l'autel de cette guilde dans la cathédrale d'Anvers. Ces travaux ont probablement été perdus dans le « Beeldenstorm » de 1566.

En 1520, il est nommé doyen de la Guilde de Saint-Luc, avec Joos van Cleve[3]. L'activité artistique de Jan a fait l'objet d'une controverse considérable, et il n'y a pas un seul travail qui peut lui être attribué avec certitude. Les attributions faites par Friedländer ont ensuite été réfutées par N. Beets et GJ Hoogewerff. Alors que les nouvelles attributions ont été suggérées par de nombreux autres auteurs[4].

Il était père de deux fils, Matthys Cock (1505-1548), un célèbre peintre de paysages et Jérôme Cock (1510-1570) qui a une formation de peintre et de paysagiste avant de devenir un éditeur et un graveur prolifique. La peinture de paysage a joué un rôle important dans le travail de ses deux fils, il a souvent été suggéré que le travail de De Cock c'est aussi concentré sur ce genre. Les œuvres attribuées à Jan appartiennent généralement à l'école maniériste d'Anvers, il a subi l'influence de Hieronymus Bosch.

Œuvres attribuées à Jan Wellens de Cock[modifier | modifier le code]

La seule œuvre authentifiée attribuée à Jan Wellens de Cock est signée « J. Kock Pictum ». Il s'agit d'une estampe non datée gravée par C. Dankertz représentant saint Christophe traversant une rivière. La peinture illustrée figure 4 est l'image inversée de cette estampe. Toutes les autres œuvres données à ce peintre sont des attributions hypothétiques.

Peintures[modifier | modifier le code]

  • Loth et ses filles, 1523, huile sur panneau de chêne, 36,2 x 48,9 cm, Detroit Institute of Arts, Detroit, inv. 25.65.[ref. 1]
  • Tentation de saint Antoine, huile sur panneau, 48,6 x 62,2 cm, Fine Arts Museums of San Francisco, inv. 1960.22.[ref. 2]
  • Tentation de saint Antoine, huile sur bois, 49,1 x 36 , Musée d'art et d'histoire, Genève, inv. CR 0029 (fig. 2).[ref. 3]

Dessin[modifier | modifier le code]

  • Tentation de saint Antoine, ca. 1520, dessin à l'encre grise et rehauts de gouache blanche sur papier vert préparé, 19,3 x 25,2 cm, The Metropolitan Museum of Art,New York, inv. 1972.118.276 (fig. 5).[ref. 4]

Estampe[modifier | modifier le code]

  • Tentation de saint Antoine, 1522, estampe, 267 × 384 mm, Rijksmuseum, Amsterdam, inv. RP-P-OB-2242 (fig. 6).[ref. 5]

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Marc Rudolf de Vrij, Jan Wellens de Cock : Antwerp Mannerist Associate, Zwanenbourg, M.R.V. Publishers, , 228 p..
  • (en) Jan Van der Stock, Printing Images in Antwerp : The introduction of Printmaking in a City, Rotterdam, , p. 258–259.
  • (nl) Ph. Rombauts et Th. Van Lerius (eds), De Liggeren en andere historische archieven der Antwerpsche Sint Lukasgilde, vol. 1, Anvers, , p. 65, 87, 94.
  • (de) Max Jakob Friedländer, « Jan Wellens de Cock », Zeitschrift für Bildende Kunst, vol. XXIX,‎ , p. 67 sq. + ANM XI, p. 59–72.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]