Jan Stenbeck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jan Stenbeck
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Engelbrekt (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
Hugo Stenbeck (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Hugo Stenbeck junior (d)
Margaretha af UgglasVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Cristina Stenbeck (en)
Sophie Stenbeck (d)
Max Stenbeck (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jan Stenbeck, né le à Stockholm (Suède) et mort le à Paris, était un homme d'affaires suédois connu pour ses activités d'investissement dans le domaine des médias et des télécommunications.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jan Stenbeck est le fils de Hugo Stenbeck et le frère d'une ancienne ministre des Affaires étrangères suédoise, Margaretha af Ugglas.

Jan Stenback est diplômé en droit de l'Université d'Uppsala et obtient un MBA à Harvard Business School. Il démarre sa carrière Morgan Stanley. Lorsque son père décède, il retourne en Suède et, après des démêlés avec sa sœur, prend le contrôle de Investment AB Kinnevik. Sous sa direction, cette société modifie son portefeuille d'investissement, préférant délaisser les activités industrielles traditionnelles en Suède, telles que l'industrie des pâtes et papiers et la fabrication de l'acier, en se concentrant sur les médias et les télécommunications.

Dès le début des années 1980, Jan Stenbeck investit dans les télécommunications mobile et cofonde l'opérateur britannique Vodafone. En 1989, il lance la chaîne de télévision TV3, la première chaîne à fonds privés suédoise, depuis Londres et via transmission satellitaire[1],[2].

En France, Jan Stenbeck est connu pour avoir lancé le quotidien gratuit Métro et l'opérateur de téléphonie mobile Tele2[3],[2].

Jan Stenbeck décède le 19 août 2002 des suites d'une crise cardiaque á l'hôpital américain de Paris à Neuilly. La presse suédoise évalue sa fortune à 650 millions d'euros, et c'est sa fille, Cristina Stenbeck, qui prend la direction du groupe[1],[3].

Hommages[modifier | modifier le code]

En 2010, le Square Jan Stenbeck est inauguré à Stockholm[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Décès du magnat des médias suédois Jan Stenbeck », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Catherine Bernard, « Tele2: L'Ikea du téléphone », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  3. a et b Côme Derkenne et Jamal Henni, « Le décès de Jan Stenbeck pose la question de sa succession à la tête de Kinnevik », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « The Square of Jan Stenbeck », sur Scandinavian Architects