Jan Peumans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant belge
Cet article est une ébauche concernant un homme politique belge.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez améliorer sa rédaction !

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Jan Peumans

Jan Peter Ch. Peumans, né à Maastricht le 6 janvier 1951, est un homme politique belge flamand de la province du Limbourg pour le parti N-VA.

Il est sociologue de formation.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

  • 1982 - 1994 : échevin à Riemst
  • 1985 - 1987 : conseiller provincial au Limbourg
  • 1991 - 2004 : membre du conseil provincial du Limbourg
  • 1995 - 2006 : bourgmestre de Riemst
  • 2007 -  : échevin à Riemst
  • 2004 -  : député flamand
    • 2009 -  : président du parlement de la communauté flamande
    • 2014-  : sénateur de communauté
    • 2007 -  : chef de groupe N-VA au Parlement flamand
  • 2008 -  : vice-président de la N-VA

Événements et controverses[modifier | modifier le code]

En juillet 2004, il s'oppose, en tant que bourgmestre de Riemst, à l'allongement de la piste de l'Aéroport de Liège-Bierset[1].

Jan Peumans traite, dans le magazine flamand "Humo" daté du 15 décembre 2009, les résistants de « crapules de rue ». Un an plus tôt, dans Het Laatste Nieuws, il utilise les termes « assassins » et « lâches »[réf. nécessaire]. Le 6 février 2010, dans Le Soir, il traite de « lâches » les résistants qui ont tué son oncle, un collaborateur membre du VNV[2].

Victime d'une agression à Visé le [3], l'auteur présumé dément formellement[4].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. [1] - La Libre Belgique,
  2. Jan Peumans : « Si je pouvais, je renaîtrais Wallon » - Le Soir,
  3. Jan Peumans (N-VA) se fait agresser en Wallonie - Le Soir,
  4. [2] - RTBF Info,

Sur les autres projets Wikimedia :