Jan Erik Kongshaug

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jan Erik Kongshaug
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
OsloVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Guitariste, compositeur, musicien de jazz, guitariste de jazz, ingénieur du son, bass-guitaristVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
John Kongshaug (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Autres informations
Instruments
Genre artistique
Distinctions
Gammleng Award (en) ()
Q58412858 ()
Médaille royale du mérite (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Jan Erik Kongshaug est un ingénieur du son et guitariste de jazz norvégien né le à Trondheim et mort le [1] à Oslo[2]. Il est surtout connu pour son travail avec le label ECM.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jan Erik Kongshaug commence sa collaboration avec le label ECM en 1970, lorsque Manfred Eicher choisit le studio Arne Bendiksen Studio à Oslo, où travaille alors Kongshaug, pour enregistrer Afric Pepperbird, le premier disque de Jan Garbarek pour ECM. Eicher revient alors régulièrement au studio Arne Bendiksen pour enregistrer ses productions, se divisant à partie égale entre Kongshaug et Martin Wieland à Ludwigsburg[3]. Kongshaug sera particulièrement impressionné lorsque Manfred Eicher fait venir Keith Jarrett pour enregistrer Facing You, son premier album pour ECM[3].

En 1984, Jan Erik Kongshaug ouvre son propre studio, le Rainbow Studio, toujours à Oslo. Eicher continue alors d'utiliser ses services, et Kongshaug devient un des artisans du « son ECM », enregistrant plus d'une centaine d'albums, par exemple John Abercrombie, Gary Burton, Chick Corea, Bill Frisell, Jan Garbarek, Keith Jarrett, Pat Metheny, Terje Rypdal, Eberhard Weber

Jan Erik Kongshaug est aussi guitariste de jazz, et enregistré deux albums. Il considère d'ailleurs que ses compétences de musicien, et sa compréhension de la musique sont plus importantes pour son travail que ses connaissances techniques d'ingénieur[3].

Il reçoit le Spellemannprisen en 1982.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (no) « Lydmesteren Jan Erik Kongshaug er død », sur vg.no, 5 novembre 2019
  2. (en) Giovanni Russonello, « Jan Erik Kongshaug, Maestro of Recorded Sound, Dies at 75 », sur The New York Times, (consulté le 12 novembre 2019)
  3. a b et c (en) Steve Lake et Paul Griffiths, Horizons touched: the music of ECM, Granta UK, (ISBN 978-1-86207-880-2) [détail des éditions]

Liens externes[modifier | modifier le code]