Jamioulx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jamioulx
Jamioulx
Rue principale du village (en 2015)
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Thuin
Commune Ham-sur-Heure-Nalinnes
Code postal 6120
Zone téléphonique 071
Démographie
Gentilé Jamelovien(ne)
Géographie
Coordonnées 50° 21′ 12″ nord, 4° 24′ 51″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Jamioulx

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Jamioulx

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Jamioulx

Jamioulx [ʒamju][1] (en wallon Djanmioû) est un village en bordure de l'Eau d'Heure (rive droite) au sud de la ville de Charleroi, en Belgique. Il fait administrativement partie de la commune belge de Ham-sur-Heure-Nalinnes située en Région wallonne dans la province de Hainaut. C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977. Les habitants de Jamioulx sont les Jamelovien(e)[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

De vieilles cartes portent "Jamignon" qui veut dire littéralement "Manse de Jacques" [3].

Éléments d'histoire[modifier | modifier le code]

Napoléon à Jamioulx[modifier | modifier le code]

Le 15 juin 1815, à une heure du matin, l'Empereur Napoléon était à Jamioulx-sur-Heure. C’est de Jamioulx qu’il ordonna, à 8h30 du matin, au général Reille, commandement du 2e corps d’armée, de franchir la Sambre si possible et, à une ou deux lieues au nord, de se former en ordre de bataille à cheval sur la chaussée de Bruxelles, en envoyant de fortes patrouilles de reconnaissance sur Fleurus. Vers 10 heures, il avait ordonné à Drouet d'Erlon, de passer la Sambre à Marchienne et de se former en ordre de bataille sur la route de Mons à Charleroi pour se mettre en mesure de soutenir le 2e corps d’armée[4].

Novembre 1918[modifier | modifier le code]

Lors de leur retraite en novembre 1918, les Allemands commettent des exactions et destructions dans toute la Belgique. A Jamioulx, les Allemands font sauter un train de munitions. Dans le village les dégâts sont considérables et il y a des victimes[5].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Église Saint-André.
  • L'église Saint-André a été construite en 1858. Elle fut partiellement détruite à la fin de la première guerre mondiale, puis reconstruite à l'identique. Cette église possède une statue de saint André datant du XVIe siècle, et un orgue du facteur Émile Dresse de 16 jeux sur 2 claviers et pédalier.
  • La prison de Jamioulx. Depuis 1975, Jamioulx accueille le centre pénitentiaire de la région de Charleroi. Cette prison compte théoriquement 268 places réparties en 9 sections qui se répartissent en 151 cellules individuelles, 13 cellules quatuor, 6 cellules de 8 personnes et 16 places en annexe psychiatrique, mais le nombre détenus incarcérés dépasse actuellement 400 personnes[6].

Communications[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Jamioulx.

Personnalité[modifier | modifier le code]

  • L'écrivain Willy Bal a écrit toute son œuvre dialectale en wallon de Jamioulx.

Vie associative[modifier | modifier le code]

  • Au mois de décembre sont organisées les féeries lumineuses de Jamioulx : les habitants ornent leur façade de décorations lumineuses.
  • Depuis peu, la marche Saint André a lieu au mois d'août. À cette occasion, la statue de saint André est escortée par les marcheurs dans les rues du village.

Faits divers[modifier | modifier le code]

  • La nuit du 5 novembre 2007, le boulanger du village est tué lors d'un vol avec violences.
Article détaillé : Meurtre du boulanger de Jamioulx.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Louvain-la-Neuve, Peeters, (lire en ligne), p. 105
  2. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française, (lire en ligne), p. 36.
  3. Alexandre-Guillaume Chotin, Etudes étymologiques et archéologiques sur les noms de villes, bourgs, éditions Lethielleux, 1838, p. 185
  4. Revue militaire générale tome XIII
  5. journal des débats politiques et littéraire du 24/11/1918
  6. Présentation de la prison de Jamioulx sur la FAMD