James Wimshurst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
James Wimshurst
Description de cette image, également commentée ci-après
James Wimshurst
Naissance
Drapeau du Royaume-Uni Poplar, Londres (Grande-Bretagne)
Décès
Drapeau du Royaume-Uni Clapham, Londres (Grande-Bretagne)
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Domaines Physique
Institutions membre de la Royal Society
Renommé pour Conception de la machine de Wimshurst, travaux sur Rayon X

James Wimshurst ( à Poplar en Londres - à Clapham dans la même ville) est un physicien britannique.

Il est le créateur en 1883 de la machine électrostatique à influence qui porte son nom : la machine de Wimshurst. Il a par ailleurs montré la possibilité de disperser et de réfléchir les rayons X.

Biographie[1][modifier | modifier le code]

Wimshurst est né à Poplar en Angleterre et est le fils d'Henry Wimshurst, constructeur de navires chez Ratcliffe Cross Dock[2],[3]. Après avoir été éduqué à Steabonheath House à Londres, il devient apprenti chez Thames Ironworks jusqu'en 1863. En 1865, il se marie avec Clara Tribble[4]. La même année, il est transféré à Liverpool et commence à travailler chez Liverpool Underwriters' Registry. En 1874, il rejoint le Board of Trade du Lloyd's of London. Plus tard, en 1890, il deviendra le représentant du Board of Trade lors d'une conférence internationale à Washington.

Wimshurst consacre une grande partie de son temps libre à des travaux expérimentaux. Parallèlement à son travail dans le domaine de l'électricité, il invente une pompe à vide, un dispositif permettant d'indiquer la stabilité d'un navire et des méthodes pour alimenter des phares en électricité depuis le continent. En 1878, il commence à expérimenter les machines à influence pour générer des étincelles électriques à des fins scientifiques et de divertissement. À partir de 1880, il s'intéresse davantage aux machines électrostatiques à influence. Sa maison située à Clapham en Angleterre est équipée d'un atelier disposant d'une large variété d'outils et d'appareils permettant de travailler sur l'éclairage électrique. Wimshurst fabrique lui-même plusieurs générateurs électrostatiques déjà connus, comme ceux créés par William Nicholson, Ferdinand Carré ou Wilhelm Holtz (en). Wimshurst apporte de nombreuses modifications aux machines de ces prédécesseurs pour créer ce que l'on nomme la machine de Holtz-Wimshurst.

Peu de temps après, il développe une autre machine constituée de deux disques tournant dans des sens opposés dont la surface de chacun comporte des secteurs métalliques conducteurs. Comparée à ses prédécesseurs, cette machine est moins sensible aux conditions atmosphériques et ne nécessite pas d'alimentation électrique. Elle inspire également d'autres scientifiques, comme W. R. Pidgeon (en). En 1883, les améliorations apportées par Wimshurst au générateur électrostatique mènent l'appareil à être largement connu sous le nom de machine de Wimshurst. En 1885, l'une des plus grandes machine de Wimshurst, aujourd'hui exposée au Museum of Science and Industry de Chicago, est construite en Angleterre.

En 1889, Wimshurst devient membre de l'Institution of Electrical Engineers. En 1891, il décrit une machine générant du courant alternatif à haute tension. En 1896, sa machine à multiples disques, qui comporte plus de 8 disques, trouve un nouvel usage comme générateur de rayons Röntgen pour la radiographie et l'électrothérapie. Pour cette contribution à la science médicale, il est élu fellow à la Royal Society en 1898. Il décède à Clapham en Londres à l'âge de 70 ans.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) James Wimshurst, A Book of Rules for the Construction of Steam Vessels,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (pt) Antonio Carlos M. de Queiroz, « James Wimshurst », sur coe.ufrj.br (consulté le 7 août 2013)
  2. UK National Archives BT356/11458
  3. (en) « James Wimshurst », London Gazette, no 21003,‎ , p. 2369
  4. (en) « FreeBMD Entry Info » (consulté le 7 août 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]