James White (running back)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir James White et White.
James White
Description de cette image, également commentée ci-après
James White dans la tenue extérieure des Patriots au Sports Authority Field le 29 novembre 2015.
Nom complet James White
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (26 ans)
à Fort Lauderdale, Floride
Taille 1,75 m (5 9)
Poids 93 kg (205 lb)
Surnom Sweet Feet[1]
Numéro 28
Position Running back
Carrière universitaire ou amateur
2010-2014 Badgers du Wisconsin
Carrière professionnelle
Choix draft NFL Patriots de la Nouvelle-Angleterre
(2014, 130e choix au total)
2014- Patriots de la Nouvelle-Angleterre
Super Bowl XLIX, LI
Carrière pro. Depuis 2014

(en) Statistiques sur NFL.com

James White, né le à Fort Lauderdale, Floride, est un joueur américain de football américain. Sélectionné en 130e position lors du quatrième tour de la draft 2014 de la NFL par les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, il évolue au poste de running back.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Running back des Badgers du Wisconsin, James White est nommé débutant de l'année de la Big Ten en 2010. Il court pour 1 052 yards et inscrit 14 touchdowns menant les Badgers au Rose Bowl 2011 à Pasadena en Californie. Il court pour 100 yards lors de 17 rencontres universitaires malgré un partage des jeux offensifs avec John Clay, Montee Ball et Melvin Gordon. Le 16 novembre 2013, White court pour 205 yards contre Indiana, son record en carrière. Au total, il court pour 4 015 yards en quatre saisons pour l'université du Wisconsin[1].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Débuts (2014-2015)[modifier | modifier le code]

James White est sélectionné en 130e position lors du quatrième tour de la draft 2014 de la NFL par les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Il n'est actif que lors de trois rencontres de sa première saison avec les Patriots. Il continue à se développer dans l'ombre pendant toute la saison et remporte le Super Bowl XLIX depuis les tribunes. White travaille encore dans l'effectif des Patriots lors de la saison 2015 et montre ses progrès lors de la 11e semaine de la saison 2015 lors de laquelle il inscrit deux touchdowns contre les Bills de Buffalo après la blessure de Dion Lewis. Il obtient plus de temps de jeu et attrape 10 passes pour un total de 115 yards gagnés lors de la défaite contre les Eagles de Philadelphie deux semaines plus tard.

Saison de la révélation (2016)[modifier | modifier le code]

Dion Lewis étant blessé au début de la saison, James White commence la saison comme deuxième option au poste de running back derrière LeGarrette Blount. Il offre une option différente avec des jeux de passes à écran[2]. Lors du retour de suspension de Tom Brady en semaine 5, il attrape 4 passes pour 63 yards. Une semaine plus tard, il inscrit deux touchdowns pour la première fois de sa carrière NFL contre les Bengals de Cincinnati[2]. Il est très actif pendant cette rencontre avec huit réceptions et sept courses pour un total de 66 yards. White inscrit son troisième touchdown de la saison la semaine suivante contre les Steelers de Pittsburgh. Contre les 49ers de San Francisco et les Jets de New York, il inscrit de nouveau un touchdown pour terminer la saison avec cinq unités. Il finit la saison comme l'un des cinq running back à avoir gagné plus de 500 yards à la passe lors de la saison 2016.

Lors du Super Bowl LI, il inscrit trois touchdowns et notamment le dernier, en prolongation, permettant aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre de réaliser le plus impressionnant retour de l'histoire du Super Bowl avec 31 points inscrits consécutivement pour gagner 34 à 28. Il bat le record de réceptions au Super Bowl avec 14 ballons attrapés et avance pour un total de 110 yards.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Jim McBride, « James White’s patience leads to big plays », sur Boston Globe, (consulté le 4 février 2017).
  2. a et b (en) Adam Kurkjian, « James White gives Patriots, Tom Brady yet another option », sur Boston Herald, (consulté le 4 février 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]