James Noël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noël (homonymie).
James Noël
James Noël (AILF 10 ans Salon du Livre 2012).jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Auteur de littérature pour la jeunesse, acteur, poèteVoir et modifier les données sur Wikidata
James Noël en couverture du double recueil Le pyromane adolescent suivi du sang visible du vitrier.

James Noël est un poète, un chroniqueur et un acteur[1] né en Haïti en 1978.

Parcours[modifier | modifier le code]

Sa notoriété a précédé la publication de son premier livre, grâce au poème Bon nouvèl/La Bonne nouvelle[2] qui est un hommage aux pieds des femmes, mis en musique par le chanteur Wooly Saint-Louis Jean[3]. Dès sa parution, le poème a fait un tabac en Haiti. 

Ancien pensionnaire de la prestigieuse Villa Médicis Académie de France à Rome, il écrit pour débarrasser son corps de tous les mots, histoire d’avancer dans le temps, plus léger que le papier[réf. souhaitée].

Il est l’auteur d’une dizaine de livres, dont Cheval de feu (éd. Biennale Internationale des Poètes en Val-de-Marne) qui lui a valu d'être le dernier invité de l'émission « Ça rime à quoi » de Sophie Nauleau sur France Culture. D'autres titres : Des Poings chauffés à blanc (éd. Bruno Doucey) et Kana sutra (éd. Vents d’Ailleurs), un livre de positions[4]. Il écrit dans deux langues, le créole pour la main gauche et le français pour la main droite. Ses textes sont mis en musique par de nombreuses voix, dont Wooly Saint-Jean, James Germain, Robenson Auguste, Tamara Suffren, mis en bouche par Pierre Brisson et par le chanteur Arthur H, dans son spectacle intitulé « L’Or noir »[5]. Rongeur de méridiens, James parcourt la planète Terre, mais trouve dans l’écriture sa passion fixe. Il est fondateur de Passagers Des Vents, première structure de résidence artistique et littéraire en Haïti, créée dans le but d’offrir l’hospitalité aux imaginaires du monde entier. Avec Pascale Monnin (plasticienne), il est cofondateur de la revue IntranQu’îlités[6].

Est publiée sous sa direction une anthologie de poésie haïtienne contemporaine rassemblant 73 poètes vivants[7], dans la collection de poche Points, Seuil. Deux de ses titres, Le sang visible du vitrier et le pyromane adolescent sont réédités dans la même collection[8].

AILF 10 ans Salon du Livre 2012.jpg

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

En français
En créole
  • Kabòn 47, éditions L'action sociale, Port-au-Prince, Haïti, 2009.
  • Bon Nouvel, éditions L'action sociale, Port-au-Prince, Haïti, 2009.
Album jeunesse

Publications collectives[modifier | modifier le code]

  • « Temps mort » / « Tiempo muerto » et « La foudre » / « El relámpago ». Poèmes en français avec des traductions en espagnol d'Aurelia Martinez. Revista Casa de las Americas 233 (2004).
  • « Priye pou nou » et « Lonn kwa », Symbiose poétique, dirigé par Renel Fièvre (collectif Rankont, juin 2002), 35-49.
  • « Non-Lieu ». 24 poèmes pour les Gonaïves (collectif). Port-au-Prince, Presses Nationales d'Haïti, 2004: 52.
  • « Non-lieu (poème pour les Gonaïves) », « Temps mort », « Poème de la main gauche » et « Seul le baiser pour muselière ». Notre Librairie, 158 (avril-juin 2005).
  • « Haute Tension ». Prosopopées urbaines, Anthologie poétique d'inédits. Suzanne Dracius, éd. Fort-de-France: Desnel, 2006, 149-153.
  • « Fleur de sang ». Point Barre (Rose Hill, Maurice) 3 (2007): 9.
  • « Dés/ordres à mille temps ». Une journée haïtienne, textes réunis par Thomas C. Spear. Montréal: Mémoire d'encrier / Paris, Présence africaine, 2007, 121-125.
  • « Le nom qui m'appelle ». L'année poétique 2008, présentée par Patrice Delbourg, Jean-Luc Maxence et Florence Trocmé. Paris, Seghers, 2008.
  • « Dernière phase » et « La poésie, ma soucoupe volante ». Poésies de langue française, anthologie présentée par Stéphane Bataillon, Sylvestre Clancier et Bruno Doucey. Paris: Seghers, 20
  • Nous, La multitude, Le Temps des cerises, 2011[20].
  • « Le monologue du voisin » dans Bonjour Voisine, Mémoire d'encrier, 2013

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.nytimes.com/2014/11/21/movies/haitian-diaspora-in-stones-in-the-sun.html?_r=0
  2. http://www.tv5.org/TV5Site/lettres-haiti/index.php
  3. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. http://www.tv5monde.com/TV5Site/lettres-haiti/transcriptions/noel_aud1_bonnouvel.pdf
  4. « fip livre ses musiques - kana sutra », sur Fip Radio (consulté le 14 février 2016)
  5. Arthur H, « Arthur H & N. Repac • LETTRE DU SORCIER - (Texte : James NOEL) », (consulté le 13 février 2016)
  6. « Haïti en Intranqu’îllités | Le Club de Mediapart », sur Club de Mediapart (consulté le 14 février 2016)
  7. « Les rêves d’épopée de la poésie haïtienne «avec des traces qui n’en finissent pas» | Le Club de Mediapart », sur Club de Mediapart (consulté le 13 février 2016)
  8. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. http://www.lacauselitteraire.fr/le-pyromane-adolescent-suivi-de-le-sang-visible-du-vitrier-james-noel
  9. http://www.culture.gouv.fr/mcc/Etablissements-du-ministere/Etablissements-du-ministere/De-nouveaux-pensionnaires-pour-la-Villa-Medicis
  10. http://www.google.ht/search?q=james+noel++bourse+du+CNL+2007&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a
  11. http://ecrivainsdelacaraibe.com/Archives/Fiches-auteurs/noel-james.html
  12. http://www.afribd.com/evenement.php?no=21154
  13. http://www.lekti-ecriture.com/editeurs/Rectoverso.html
  14. http://www.editions-brunodoucey.com/livre-1/
  15. http://www.ventsdailleurs.com/index.php?page=shop.product_details&flypage=flypage.tpl&product_id=184&category_id=6&option=com_virtuemart&Itemid=73
  16. http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=95137
  17. http://www.fipradio.fr/diffusion-fip-livre-ses-musiques-la-migration-des-murs-de-james-noel
  18. http://memoiredencrier.com/james-noel/.
  19. http://fanettemellier.com/project/empreintes/.
  20. http://surlatraceduvent.blogspot.com/2011/01/nous-la-multitude.html

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :