James May

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la télévision
Cet article est une ébauche concernant la télévision.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

James May
Image illustrative de l'article James May

Surnom Captain Slow, Capitaine Limace en français
Nom de naissance James Daniel May
Naissance (53 ans)
Bristol (Drapeau de l'Angleterre Angleterre)
Nationalité Drapeau de l'Angleterre Anglaise
Profession Animateur de télévision
Spécialité Automobile
Autres activités Journaliste
Écrivain
Années d'activité 1998 - présent
Médias
Presse écrite The Daily Telegraph
Télévision BBC, Amazon Prime

James Daniel May, né le , à Bristol, est un présentateur de la BBC et d', journaliste et écrivain britannique.

De 2003 à 2015, il coprésente l'émission Top Gear, avec Jeremy Clarkson et Richard Hammond ; chaque semaine, il rédige la rubrique voiture du quotidien du Daily Telegraph.

Biographie[modifier | modifier le code]

James May est l'aîné de quatre enfants. Il étudie à l'université de Lancaster et obtient une licence en musique. Il vit à Hammersmith, un quartier de Londres, avec son chat Fusker, cadeau de la conjointe de Richard Hammond. Il est en couple avec la journaliste et critique Sarah Frater, depuis 2000.[réf. nécessaire]

Journalisme[modifier | modifier le code]

Au début des années 1980, James May travaille comme sous-éditeur d’Engineer (en) et, plus tard, d’Autocar magazine (en), duquel il est licencié après y avoir intégré un acrostiche grossier[1]. Il travaille, ensuite, pour de nombreux magazines, incluant la rubrique régulière England Made Me de Car Magazine, des articles pour Top Gear magazine (en), et une rubrique hebdomadaire dans le Daily Telegraph[2].

Il publie un compilation de ses articles dans May on Motors, en 2006 et coécrit Oz and James's Big Wine Adventure, la même année, basé sur la série télévisée du même nom. Il écrit également la postface de Long Lane with Turnings, le dernier livre de l'écrivain L. J. K. Setright (en), publié en . Dans le même mois, il coprésente un hommage à Raymond Baxter (en). Notes From The Hard Shoulder et James May's 20th Century, sortis en 2007, sont des livres accompagnant les séries télévisées éponymes.

Télévision[modifier | modifier le code]

Top Gear[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Top Gear.

Un an après le retour de l'émission dans une nouvelle formule, James May coprésente Top Gear, jusqu'en 2015.

Malgré son surnom de Captain slow (Capitaine Limace, en français), il amène la Bugatti Veyron à sa vitesse de pointe de 407 km/h. Il bat son propre record, dans la saison 15, au volant de la version Super Sport de la Veyron, atteignant 417,6 km/h.

Il est aussi, avec Jeremy Clarkson, une des premières personnes au monde à aller au pôle Nord magnétique en voiture (un Toyota Hilux préparé pour le Nord extrême) lors de l'une des émissions spéciales, Top Gear: Polar Special, le . Il se rendu aussi dans la zone interdite de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine, en compagnie de Jeremy Clarkson, lors du tournage d'un autre épisode.

Au cours du tournage d'un épisode en Syrie, James est blessé par un câble de remorquage qui se rompt alors qu'il guidait Richard Hammond, tentant de désensabler la Mazda utilisée par Jeremy Clarkson. Son crâne heurte le sol rocailleux du désert, lui ouvrant le cuir chevelu. Sonné, il ne sait plus qu'il est en Syrie et est amené à l'hôpital.

En , à la suite de l'éviction de Jeremy Clarkson, James May décide d'arrêter de présenter l'émission[3]. Le , May annonce, sur son compte Twitter, son retour dans une nouvelle émission automobile dont la diffusion est prévue pour 2016, sur la plateforme de vidéos en streaming d’Amazon Prime. Il devrait présenter ce programme avec Jeremy Clarkson et Richard Hammond tandis qu'Andy Wilman, ancien producteur de Top Gear ayant lui aussi quitté l'émission lors du départ de Clarkson, devrait travailler à la production[4]. Le contrat des trois animateurs, estimé à 250 millions de dollars, prévoit trois saisons de 12 épisodes chacune[4].

James May, à la lisière de l'espace[modifier | modifier le code]

James May à la lisière de l'espace (en) est un documentaire britannique dans lequel James May réalise son rêve de devenir astronaute, en volant dans la stratosphère, à bord d’un avion-espion Lockheed U-2. Il est, tout d'abord, diffusé sur BBC Four, en , dans le cadre des commémorations du 40e anniversaire du premier alunissage d'Apollo, et lié à un autre documentaire, une heure plus tôt sur BBC Two, appelé James May sur la Lune (en).

James suit trois jours de formation avec l'United States Air Force, à la Beale Air Force Base, où il pratique des exercices de sécurité et apprend comment utiliser une combinaison spatiale. Après une formation complète, il part, avec le pilote instructeur Major John « Cabi » Cadum, pour un vol de trois heures, atteignant une altitude de 70 000 pieds (21 336 m).

Autres travaux télévisuels[modifier | modifier le code]

Il anime l'émission Les Jouets de l'extrême (en) (diffusée sur Direct 8 en 2010), dont le concept est de pousser les jouets les plus répandus dans leurs retranchements.

Il anime également l'émission Retour aux fondamentaux, sur Discovery Science, en France (James May's Man Lab sur BBC Two).

Véhicules[modifier | modifier le code]

James May a possédé nombre de voitures comme, par exemple, une Bentley T2 (en), une Rolls-Royce Corniche de 1971, une Jaguar XJS, un Range Rover, une Fiat Panda, une Datsun 120Y, plusieurs Porsche 911, une Porsche Boxster S (qu'il qualifie comme sa première voiture achetée neuve), trois Mini Cooper, une Ferrari F430, une Ferrari 458 Italia et un nombre important de motos. Bien qu'il ait un penchant pour les voitures de prestige, comme Rolls-Royce et Bentley, il voue aussi un amour pour les voitures simples et basiques, comme la Fiat Panda ou les Dacia ; James avoue ironiquement « avoir toujours voulu une Dacia Sandero » lors de l'épisode en Roumanie. Il utilise un vélo pliable Brompton, pour se rendre au travail.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « James May is driven by a wicked sense of humour, says Richard Bosselman. », sur theage.com.au,‎
  2. (en) « James May's Latest Columns », sur telegraph.co.uk,‎
  3. « Top Gear : James May refuse de présenter l'émission sans Clarkson », sur bfmtv.com, BFM TV,‎ (consulté le 1er août 2015).
  4. a et b Mael Pilven, « Clarkson, Hammond et May signent sur Amazon ! », sur autoplus.fr, Auto Plus,‎ (consulté le 1er août 2015).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :