James Maloney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
James Maloney
Description de l'image James_Maloney.jpg.
Fiche d'identité
Naissance (33 ans)
à Orange (Australie)
Taille 1,76 m (5 9)
Poste Demi d'ouverture, demi de mêlée
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
2009-2009
2010-2012
2013-2015
2016-2017
2018-2019
2020-
Melbourne
New Zealand
Roosters
Cronulla-Sutherland
Penrith
Dragons Catalans
4 (0)
75 (547)
79 (736)
45 (380)
44 (162)
0 (0)
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
2013-2019
2013-2016
2016-2017
Nouvelle-Galles du Sud
Country
Drapeau : Australie Australie
14 (70)
3 (24)
3 (30)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.

James Maloney, né le à Orange, est un joueur de rugby à XIII australien évoluant au poste de demi d'ouverture ou demi de mêlée dans les années 2000 et 2010.

Formé aux North Sydney Bears, il rejoint en 2007 les Parramatta Eels mais ne dispute aucun match avec l'équipe professionnelle, il part donc en 2009 au Melbourne Storm où il fait ses débuts professionnels en disputant quatre matchs au cours de cette saison. Finalement en 2010, il part aux New Zealand Warriors et prend part à la saison complète du club, il y marque dix essais et 87 buts faisant de lui le meilleur scoreur de la franchise cette année-là (le cinquième de la National Rugby League). Il rejoint ensuite les Roosters avec lesquels il remporte la RNL en 2013 puis les Sharks de Cronulla-Sutherland avec autant de succès et un titre de NRL en 2016.

En 2019, il crée l'évènement en annonçant son arrivée au club français des Dragons catalans, à partir de la saison 2020, pour y disputer la Super League.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Né à Orange en Nouvelle-Galles du Sud, James Maloney joue au rugby à XIII dès son plus jeune âge aux Bears de St Edwards, aux Magpies d'Ourimbah Wyoming et aux bears de North Sydney. Son père, Brian Maloney, est un ancien joueur et entraîneur de rugby à XIII d'Orange CYMS.

Avant son arrivée en National Rugby League[modifier | modifier le code]

James Maloney rejoint en 2007 les Eels de Parramatta et prend part avec la réserve de Parramatta les Magpies de Wentworthville de remporter la Coupe de Nouvelle-Galles du Sud en 2008, il y est désigné dans l'équipe type de cette compétition. Malgré ses performances, il n'est jamais convoqué en National Rugby League avec Parramatta. Il signe alors pour le Storm de Melbourne en 2009.

Débuts en NRL à Melbourne[modifier | modifier le code]

Maloney à Melbourne.

A Melbourne, James Maloney joue également pour sa réserve le Central Coast Storm en Coupe de Nouvelle-Galles du Sud. Il prend part à ses premiers matchs de National Rugby League. Il en dispute quatre dans l'année 2009 au poste de demi d'ouverture, poste occupé en alternance cette saison avec Greg Inglis, Cameron Smith et Brett Finch. Melbourne réalise une saison exceptionnelle et remporte le titre de National Rugby League (ce titre sera par la suite annulé en raison du dépassement du plafond salarial par Melbourne). Maloney en manque de temps de jeu est courtisé par de nombreux clubs. Ce sont finalement les Warriors de New-Zealand qui parviennent à le convaincre avec un contrat de trois ans à partir de 2010.

Révélation à New Zealand[modifier | modifier le code]

Titulaire au New Zealand à la charnière, dans un premier temps demi de mêlée puis demi d'ouverture, Maloney enchaîne de grandes performances et prend part à la qualification en phase finale du club néo-zélandais, cinquième de la saison régulière. Il y effectue quelques coups d'éclat comme les 28 points inscrits contre les Broncos de Brisbane. Toutefois, le parcours du club se termine dès le premier tour de la phase finale par une défaite 16-28 contre les Titans de Gold Coast. Maloney a inscrit 188 points au cours de la saison. Sur leur lancée, la saison 2011 de New Zealand est tout aussi réussie. Maloney inscrit cette fois-ci 206 points. Le parcours du club en phase finale surprend et après des victoires contre les Tigers de Wests et le Melbourne atteint la finale de la National Rugby League pour la seconde fois depuis la création du club, la précédente était en 2002. Il annonce par ailleurs qu'il rejoint les Sydney Roosters à partir de 2013. La saison 2012 voit New Zealand reculer dans le classement en terminant quatorzième place malgré la régularité de Maloney, marqueur de 153 points.

Rencontre avec le succès aux Roosters de Sydney[modifier | modifier le code]

En 2013, il débarque dans un club doté d'une nouvel entraîneur, Trent Robinson, provenant des Dragons Catalans. Le club s'affirme au cours de la saison comme l'un des favoris au titre avec une équipe composée notamment de Roger Tuivasa-Sheck ou Boyd Cordner et termine première de la saison régulière. Maloney est également appelé à disputer ses premières rencontres de State of Origin avec la sélection de Nouvelle-Galles du Sud qu'il dispute au poste de titulaire de demi d'ouverture, toutefois sa sélection perd la série sur une défaite 10-12 dans le troisième match. En NRL, en revanche, les Roosters dominent tous ses adversaires en phase finale que cela soit Manly-Warringah et Newcastle, et de nouveau Manly-Warringah en finale 26-18 où il inscrit dix points (cinq transformations). Il est par ailleurs le meilleur marqueur de point et le meilleur réalisateur de NRL cette saison là, performance qu'il renouvelle à chacune des saisons aux Roosters. En 2014, les Roosters réalisent de nouveau une grande saison avec la première place de la saison régulière. Maloney ne prend toutefois pas part au State of Origin où Laurie Daley a préféré prendre Josh Reynolds à sa place. En route pour un doublé, les Roosters rencontrent de grandes difficultés en phase finale. Commençant par une défaite contre Penrith 18-19 puis une victoire sur le fil 31-30 contre North Queensland, les Roosters sont sortis en finale préliminaire par les South Sydney 22-32. Lors de la saison 2015, les Roosters terminent pour la troisième fois consécutivement premier de la saison régulière portés par les performances de Maloney mais le club cale de nouveau en finale préliminaire par une défaite 12-31 contre Brisbane. Il annonce en mai 2015 qu'il quitte les Roosters pour Cronulla-Sutherland à compter de la saison 2016. Enfin, il ne prend pas part au State of Origin où cette fois-ci Mitchell Pearce prend le poste de demi d'ouverture.

Poursuite du succès à Cronulla-Sutherland[modifier | modifier le code]

Très vite, les Sharks de Cronulla-Sutherland se positionnent comme l'un des prétendants au titre, occupant longtemps le premier rang de la saison régulière. Le club réalise ensuite un parcours sans faute en phase finale pour un nouveau titre. James Maloney, aux côtés de Ben Barba et Paul Gallen prend une part active dans ce succès, le premier de l'histoire de ce club, et est est de nouveau convoqué au State of Origin, perdue de nouveau. Il est désigné meilleur demi d'ouverture de la NRL. Le club repart avec les mêmes ambitions en 2017 et termine cinquième de la saison régulière. Toutefois, son parcours s'arrête dès le premier tour de la phase finale par une défaite surprenante 14-15 contre North Queensland. En State of Origin, il est de nouveau perdant avec la Nouvelle-Galles du Sud. En fin d'année, il est appelé en équipe d'Australie pour disputer la Coupe du monde 2017. Il prend part qu'à une rencontre, victoire contre le Liban, et remporte le titre mondial.

Passage à Penrith[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2018, il rejoint les Panthers de Penrith. Ils atteignent la phase finale après une cinquième place de saison régulière mais sont éliminés au second tour par son ancien Cronulla-Sutherland. Il remporte cette année là sa première série de State of Origin au côté de Nathan Cleary. En 2019, il remporte de nouveau le State of origin en prenant une part active dans ces succès.

Arrivée en Super League et aux Dragons Catalans[modifier | modifier le code]

Il annonce en juillet 2019 son arrivée aux Dragons Catalans à compter de la saison 2020, pour un contrat couvrant trois saisons. Il aura alors le statut de marquee player, ce qui permettra au club d’exclure son salaire du plafond salarial mis en place par les instances britanniques[1],[2].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Détails du parcours de James Maloney en Coupe du monde.
Édition Rang Résultats pays Résultats Maloney Matchs Maloney
Australie 2017 Champion 6 v, 0 n, 0 d 6 v, 0 n, 0 d 1/6

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Détails en sélection[modifier | modifier le code]

Matchs internationaux de James Maloney
Date Adversaire Résultat Compétition Poste Points Essais Pen. Drops
sous les couleurs de l'Australie
1. Drapeau : Écosse Écosse 54-12 Quatre Nations Demi d'ouverture 18 1 7 -
2. Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 14-8 Quatre Nations Remplaçant - - - -
3. Drapeau : Liban Liban 34-0 Coupe du monde Demi d'ouverture 12 1 4 -

En club[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Détails des matchs de James Maloney en club
Saison Club Compétition Matchs Points Essais Goals Drops
2009 Drapeau : Australie Melbourne Storm National Rugby League 4 0 0 0 0
2010 Drapeau : Nouvelle-Zélande New Zealand Warriors National Rugby League 24 188 10 73 2
2011 Drapeau : Nouvelle-Zélande New Zealand Warriors National Rugby League 27 206 10 82 2
2012 Drapeau : Nouvelle-Zélande New Zealand Warriors National Rugby League 24 153 4 67 3
2013 Drapeau : Australie Sydney Roosters National Rugby League 25 252 9 108 0
2014 Drapeau : Australie Sydney Roosters National Rugby League 27 234 5 106 2
2015 Drapeau : Australie Sydney Roosters National Rugby League 27 250 9 106 2
2016 Drapeau : Australie Cronulla-Sutherland Sharks National Rugby League 25 219 7 94 3
2017 Drapeau : Australie Cronulla-Sutherland Sharks National Rugby League 20 161 4 71 3
2018 Drapeau : Australie Penrith Panthers National Rugby League 22 126 4 53 4
2019 Drapeau : Australie Penrith Panthers National Rugby League 15 36 2 12 4
2020 Drapeau : France Dragons Catalans Super League 0 0 0 0 0
Total 240 1825 64 772 25

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rugby à XIII : une star chez les Dragons Catalans », Midi Libre (édition sports régionale),‎ , Sports (ISSN 0397-2550)
  2. (en) Christian Nicolussi, « Catalans coach confident Maloney will be a hit in the south of France », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le 26 juillet 2019)

Lien externe[modifier | modifier le code]