James Kabarebe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
James Kabarebe

James Kabarebe, né en 1959, officier rwandais, fut officier des Services de renseignements en Ouganda avant 1994, chef d'état-major de la République démocratique du Congo entre 1996 et 1998, puis ministre de la défense du gouvernement rwandais depuis le [1]. Il est le seul de la région à avoir pu occuper successivement des hautes fonctions politico-militaires dans trois pays différents.

Biographie[modifier | modifier le code]

Réfugié rwandais, il grandit en Ouganda où il rencontre Salim Saleh, le frère de Yoweri Museveni[2].

Lors de la guerre civile au Rwanda en 1994, il fut aide de camp de Paul Kagame, avec rang de lieutenant-colonel de l'Armée patriotique rwandaise et chef de l'unité du haut commandement à Mulindi chargée de planifier toutes les opérations ainsi que les stratégies de prise de pouvoir à Kigali. Homme de confiance de Kagame, il a été logiquement envoyé en mission au Congo de 1996 à 1998.

Première guerre du Congo[modifier | modifier le code]

En 1996, durant la première guerre du Congo, il rejoint les rangs de l'AFDL sous les ordres de Laurent-Désiré Kabila. Ensemble, ils marchent sur Kinshasa, et en 1997 il devient chef d'état-major de la République démocratique du Congo sous le régime de Laurent-Désiré Kabila[3],[4]. A cette époque, il est également le mentor de Joseph Kabila[5].

En 1998 il organisa l'attaque contre les FARDC à Kitona au Bas-Congo dans le but de déstabiliser la République démocratique du Congo en contrôlant successivement la ville de Moanda, le barrage d'Inga plongeant Kinshasa dans le noir mais cette tentative échoua notamment grâce à l'intervention de l'Angola, la Namibie, le Zimbabwe mais surtout aux populations kinoise de Kimbanseke, Masina et Ndjili qui se sont battues à main nue contre les militaires rwandais à Kinshasa.

Deuxième guerre du Congo[modifier | modifier le code]

[6].

Ministre de la défense du Rwanda[modifier | modifier le code]

Hervé Ladsous et Roger Meece rencontre James Kabarebe à Kigali pour parler de la crise du M23 (12 septembre 2012)

Le 10 avril 2010, James Kabarebe est nommé ministre de la défense du Rwanda par Paul Kagame[1]. Il engage alors une collaboration avec le Congo pour neutraliser le FDLR[4]. Un rapport de l'ONU datant de juin 2012 signale que le M23 a reçu des armes de hauts responsables rwandais, dont James Kabarebe[7]. Un nouveau rapport de l'ONU en septembre 2012 accuse Kabarebe d'émettre les instructions aux rebelles du M23[8]. Le rapport annuel du Comité des sanctions de l’ONU sur la République démocratique du Congo réitère ces accusations en les étayant plus en détail[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]