James Jackson Putnam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
James Jackson Putnam
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
BostonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
Charles Gideon Putnam (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Elizabeth Jackson Putnam (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

James Jackson Putnam, né le à Boston où il meurt le , est un neurologue américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

James Jackson Putnam appartient à une famille importante de Nouvelle-Angleterre, son père et son grand-père sont des médecins connus. Lui-même est diplômé de l'université du Massachusetts, puis de l'école de médecine de Harvard en 1866. Il fait un supplément d'études en Europe, en électrothérapie et neurologie, avec Karel Rokitansky, Theodor Hermann Meynert et John Hughlings Jackson. À son retour, il exerce au sein du Massachusetts General Hospital puis ouvre un servie de neurologie à la faculté de médecine de Harvard, il est l'un des spécialistes des maladies nerveuses américains les plus éminents[1]. Avec William James, Josiah Royce et Morton Prince, il mène des expérimentations avec l'hypnose et la psychothérapie, se montrant intéressé par les idées de Jean-Martin Charcot, Pierre Janet et Hippolyte Bernheim. Il est membre fondateur de l'American Neurological Association en 1874 et en devient le président en 1888.

James Jackson Putnam assiste avec William James aux conférences de Sigmund Freud à la Clark University et l'invite avec Carl Jung et Sandor Ferenczi à Putnam Shanty, dans les Adirondacks, où les hommes se lient d'amitié[1]. James Jackson Putnam devient un propagateur enthousiaste de la psychanalyse. Fortement incité par Freud, il est membre fondateur de l'American Psychoanalytic Association en 1911 dont il est le premier président, et de la société de psychanalyse de Boston en 1914[1]. Sa stature et l'estime dont il jouissait ont houé un rôle déterminant dans l'implantation de la psychanalyse aux États-Unis[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Edith Kurzweil, « Putnam, James Jackson », cf. bibliographie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nathan G. Hale : Freud et les Américains. L'implantation de la psychanalyse aux États-Unis, Éd.: Les Empêcheurs de penser en rond, 2002, (ISBN 2-84671-023-6)
  • Edith Kurzweil, « Putnam, James Jackson », p. 1365-1366, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 2. M/Z. Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1).

Liens externes[modifier | modifier le code]