James Forbes (artiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis James Forbes)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forbes.
James Forbes
Description de l'image FORBES, James Esq. (1834).jpg.
Naissance
Londres (Angleterre)
Décès
Aix la Chapelle (Allemagne)
Activité principale
Autres activités
Distinctions
membre de la société royale de Londres, et de l'Arcadi académie de Rome
Descendants
Auteur
Langue d’écriture anglais
Genres

Œuvres principales

Mémoires d'Orient (en 4 volumes)

James Forbes né le à Londres, et mort le à Aix la Chapelle est un artiste, aquarelliste et écrivain britannique.

Il s'agit d'un écrivain et artiste prolifique, dont son travail remplit cent cinquante volumes in-folio, contenant 52 000 pages manuscrites avec notes et croquis concernant la culture indienne, la faune, la flore, et l'architecture.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une vieille famille protestante écossaise (descendant des Comtes de Granard, établis en Irlande sous Charles II d'Angleterre), Forbes naît en 1749 à Londres.

Il est formé à Hadley, par le révérend David Garrow, dont il fait mention en reconnaissance dans ses Mémoires. Il a été formé en histoire ancienne et moderne, en littérature anglaise, ce qui lui a permis d'acquérir beaucoup de savoir.

Voyages en Asie, Afrique et Amérique[modifier | modifier le code]

Il voyage en Inde avant l'âge de 16 ans de 1765 à 1784 en tant qu'écrivain de la Compagnie britannique des Indes orientales.

Employé de la compagnie des Indes à Bombay, il en profite pour sillonner l'Orient pendant dix-sept ans, engrangeant d'innombrables dessins.

En 1781, il visite le Taj Mahal, et devient le premier européen à le dessiner. Il a vécu 4 ans chez les Brahmanes en Hindoustan, ce qui lui a permis de se fondre d'autant dans la culture indienne. Il était très généreux envers la caste des intouchables, pour preuve une lettre adressée à lui par les habitants de Dhuboy en quittant le gouvernement de cette ville (* Voir p. 34 * 5, vol. II. de Oriental memoirs.)

Avec beaucoup de talent pour le dessin, et un grand désir d'explorer des climats étrangers, il a voyagé au cours d'une période de près de vingt ans dans les différentes parties de l'Asie, l'Afrique et l'Amérique, à étudier les mœurs et les coutumes des habitants.

« He added the costume of the natives ; and coloured drawings of the birds fish, insects, fruits, flowers, and vegetables found in such an infinite variety in those distant climes. »

— Sylvanus Urban, Gentleman's Magazine and Historical Chronicle, Partie 2 (p179-180)

Retour à Londres[modifier | modifier le code]

Il retourne à Londres en 1784, à l'âge de 35 ans pour se reposer des voyages et des différents climats qu'il a connu.

Il a achète une propriété dans le quartier de Londres (Albemarle Street), puis se marie en 1788 (près de Harrow) avec Rose Gaylard de Stanmore, fille de de Joseph Gaylard. Leur enfant, Élise Rosée Forbes, épousera Marc-René de Montalembert, pair de France, et aura un fils, Charles de Montalembert, tous deux hommes politiques français. Ils vivent dans un manoir à Stanmore hill.

En Angleterre, il est resté généreux envers les miséreux (comme il l'était déjà en Inde).

« The fatherless and the widow were the peculiar objects of his tender solicitude : indeed all the unhappy ; for his heart was ever open to soothe the sorrows of suffering humanity, as his purse to relieve its wants. I trust I shall be excused for dwelling on the portrait of an honoured, and revered, and beloved parent : its features are rare as they are beautiful. »

— Oriental Memory Vol.I Preface

Voyages en Europe[modifier | modifier le code]

Après son mariage, il voyage en 1796 avec sa famille (sa femme et sa fille) en Italie, Suisse, et Allemagne.

« he left England [...] to explore the classical scenes of Italy, the romantic regions of Switzerland and the extensive tracts of Germany »

— Sylvanus Urban, Gentleman's Magazine and Historical Chronicle, Partie 2 (p180)

En 1803, durant la Paix d'Amiens, il peint "Bonaparte et Joséphine devant la façade de Malmaison, côté jardin" (peinture qui est maintenant au Grand-Palais).

Il accompagne ensuite sa famille en Hollande, et en Belgique.

Étant à cette époque incapables de rentrer en France pendant la courte paix de 1803, ils se dirigent vers la France par la Hollande. Puis, sans être au courant de l'ouverture des hostilités entre l'Angleterre et la France[1], ils se rendent à Paris. Arrivés en France - le lendemain du jour où tous les anglais en France ont été faits prisonniers -, ils sont arrêtés comme leurs compatriotes. Ils ont partagé leurs sort, et ont été envoyé à Verdun où ils ont été détenus jusqu'en Juillet 1804, quand ils ont été libéré par Bonaparte, à la sollicitation de l'Institut national[2] : il est libéré (avec sa famille) comme membre de la société royale de Londres.

Ayant obtenu leur liberté, ils sont autorisés à retourner en Angleterre en Juillet 1804, et le retour s'effectue le 25 juillet 1804 (de Morlaix à Dartmouth).

Il retourne une fois à Londres pour publier ses Letters in France (qu'il avait rédigé à Verdun) et son important ouvrage Mémoires d'Orient (principalement basé sur ses notes et croquis) dans lequel le premier volume est publié en 1813[3].

« The book remains a universally valued document of the culture, flora and fauna of India at the time. »

— James Forbes, Oriental Memoirs

Dernières années[modifier | modifier le code]

Il donne une copie de ses ouvrages à l'Institut Royal de Paris, en remerciement de lui avoir donné l'autorisation de retourner en Angleterre pour terminer ses volumes.

Il transmet pleins de savoir à son petit-fils Charles de Montalembert qui apprend durant ses 10 premières années grec, latin, anglais, allemand, italien, suédois, polonais, et espagnol[4].

En 1816, après les événements de Waterloo, il accompagne sa famille à Paris, où il y reste deux ans.

Il quitte de nouveau l'Angleterre en Juin 1819, avec l'intention de rendre visite à sa fille à Stutgard et à son petit-fils aîné, quand il est saisi de la maladie mortelle. Ils se retrouvent à Aix la Chapelle en Allemagne.

Il meurt, dans les bras de sa fille et ses enfants, le à Aix la Chapelle à l'âge de soixante-dix ans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Letter From France, written in the years 1803 & 1804 including a particular account of Verdun, and the situation of the British captives in that city.
  • Oriental memoirs: a narrative of seventeen years residence in India.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une Troisième Coalition se forme contre Napoléon ; et le 23 mai 1803, le Royaume-Uni déclare officiellement la guerre à la Françe.
  2. Sir Joseph Banks président de la Société royale ayant exercé son influence auprès de Mons. Carnot *, le Président de l'Institut.
    cf. "Mr Forbes's Letter to M Carnot is printed in vol LXXIV p 734 See a Minute of the Proceedings the Institute honourable to all parties in vol LXXXIV ii p 516"
  3. Oriental Memoirs were published just 5 years after Thomas Daniell's Oriental views in 1808.
  4. Marguerite Castillon du Perron, Montalembert et l'Europe de son temps