James DePreist

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un musicien image illustrant américain
Cet article est une ébauche concernant un musicien américain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

James DePreist
Bush DePriest.jpg

James DePreist

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ScottsdaleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinction

James Anderson DePreist (né le à Philadelphie – mort le (à 76 ans)[1] à Scottsdale) est un chef d'orchestre américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il travaille la composition avec Vincent Persichetti au Conservatoire de Philadelphie (1959-61)[2] et est diplômé d'une maîtrise en sciences et arts à l'Université de Pennsylvanie. Alors qu'il est en déplacement pour le service musical du département d'État, à Bangkok en 1962, il contracte la poliomyélite, qui le paralyse aux deux jambes et l'oblige à utiliser une chaise roulante, mais il poursuit tout de même sa carrière musicale (Bangkok, 1963-64) et en 1964, il remporte la médaille d'or au Mitropoulos International Conducting Competition, un concours international pour chef d'orchestre[3]. Pendant la saison 1964-65, Leonard Bernstein le choisit comme assistant à l'Orchestre philharmonique de New York[3].

En 1969, il commence sa carrière internationale avec le Philharmonique de Rotterdam et en 1971, il est l'assistant de Antal Doráti à la tête de l'Orchestre national de Washington. De 1976 à 1983, il est à la tête de l'orchestre symphonique de Québec, succédant à Pierre Dervaux[4]. Entre 1980 et 2002, il est directeur musical de l'Orchestre symphonique de l'Orégon à Portland[2]. Entre 1994 et 1998, il est aussi directeur musical de l'orchestre de Monte-Carlo[2], qu'il emmène en tournée à travers les États-Unis. En 2004, et jusqu'en 2011, il dirige le département orchestre de la Juilliard School à New York[2].

James DePreist est l'auteur de deux livres de poèmes. Il est le neveu de la chanteuse Marian Handerson[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Sad news: A liberating American conductor has died »
  2. a, b, c, d et e Pâris 2004, p. 651.
  3. a et b (en) Allan Kozzin, « James DePreist, a black conductor of international renown, has died at age 76 », Toronto Star,‎ (ISSN 0319-0781, lire en ligne)
  4. Christophe Huss, « James DePreist 1936-2013 - Artisan de la fin d’un tabou? », Le Devoir,‎ (ISSN 0319-0722, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]