Jalal Al-e-Ahmad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jalal Al-e-Ahmad
Jalal Ale Ahmad.jpg

Jalal Al-e-Ahmad

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 45 ans)
Asalem (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Autres informations
Genre artistique
signature de Jalal Al-e-Ahmad

signature

Jalal Al-e-Ahmad (en persan : جلال آل اﺣﻤﺪ, Jalāl Āl-e Ahmad) (2 décembre 1923- ) est un écrivain et critique iranien qui fut également traducteur du français et du russe en persan.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jalal Al-e-Ahmad est né dans une famille pieuse de Téhéran. Son père était un religieux chiite. Jalal a fait des études jusqu'à recevoir une maîtrise en littérature iranienne à l'université de Téhéran.

Sous la recommandation de Richard Nelson Frye, Al-e-Ahmad passe un été à l'université Harvard, en tant que membre d'une délégation de scientifiques en visite, organisée par Henry Kissinger afin de soutenir les intellectuels iraniens prometteurs[1].

En 1950, il se marie à Simin Daneshvar, une femme de lettres iranienne célèbre. Le couple qu'ils ont formé était stérile, ce qui se retrouve dans certains des travaux de Jalal. Il est mort à Asalem, une région rurale du nord de l'Iran, dans une maison qu'il avait presque entièrement construite.

Il est enterré à la mosquée Firouzabadi de Rey.

Action politique[modifier | modifier le code]

Il devient célèbre pour avoir rendu courant le terme "Occidentalite". Al-e Ahmad a écrit un livre intitulé Occidentalite est publié en 1962. Al-e Ahmad développait une attitude critique vis-à-vis de la technologie occidentale et essayait d'analyser la civilisation occidentale. Il pensait que la déclination dans la vie traditionnelle des modes de vie occidentaux étaient le résultat de la victoire économique et culturelle par l'occident[2]. Ses avis sur l'économie iranienne et son indépendance ont affecté la révolution iranienne de 1979. Il insistait alors sur le besoin de nationalisation des industries et rejetait toute dépendance envers les puissances occidentales. Rouhollah Khomeini se montra attentif aux théories de Ahmad sur "l'Occidentalite" et les nationalisations.[3]

Sa réflexion sur "l'Occidentalite" s'inscrivait dans un contexte de réformes profondes en Iran comme dans le monde arabe où le Shah Reza menait une politique anticlérical et pro-occidentale. En Turquie, Mustafa Kemal et, en Egypte, Nasser avaient entamés des politiques similaires de modernisation d'où cette impression "d'occidentalite" décrite par Ahmad..

ŒUVRES[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Directeur d'école
  • Par la plume
  • Légendes de Beehives
  • La Terre maudite
  • Une pierre tombale

Beaucoup de ses nouvelles, incluant les deux premières de la liste ci-dessus, ont été traduites en anglais.

Récits[modifier | modifier le code]

  • Le Setâr
  • De nos douleurs
  • L'Enfant de l'autri
  • Le Vernis à ongles rose
  • La Vase chinoise
  • Le Facteur
  • Le Trésor
  • Le Pèlerinage
  • Péché
  • ...

Essais critiques[modifier | modifier le code]

  • Sept essais
  • Investigations précipitées
  • Occidentalite (Gharbzadegi)
  • ...

Monographies[modifier | modifier le code]

Al-e-Ahmad voyageait souvent dans des régions reculées et pauvres de l'Iran et a essayé de documenter la vie des gens qu'il rencontrait. Il a tiré plusieurs monographies de ces voyages :

  • اورازان (Ovrazan)
  • تات نشين های بلوك زهرا (Les Tat de Bloc-e Zahra)

Journaux de voyages[modifier | modifier le code]

  • سفر آمريكا (Voyage en Amérique)
  • سفر به ولايت عزراييل (Voyage au pays d'Azraël)
  • سفر روس (Voyage russe)

Traductions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frye, Greater Iran, p. 103
  2. Brumberg, Reinventing Khomeini: The Struggle for Reform in Iran, University of Chicago Press, 2001, p. 65
  3. Message to the Pilgrims" (Message sent to Iranian pilgrims on Hajj in Saudi Arabia from Khomeini in exile in Najaf) February 6, 1971, Islam and Revolution: Writings and Declarations of Imam Khomeini, (1981), p. 195

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :