Jakuta Alikavazovic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jakuta Alikavazovic
Naissance (41 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

Jakuta Alikavazovic, née le à Paris, est une femme de lettres française, lauréate du prix Goncourt du premier roman. Depuis septembre 2019, elle tient une chronique mensuelle dans le journal Libération[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancienne élève de l'ENS Cachan, elle est agrégée d'anglais.

En 2010, son second roman Le Londres-Louxor bénéficie d'un accueil très enthousiaste de la part de la presse et se retrouve dans la sélection du Prix du Livre Inter. En 2012, elle publie La Blonde et le Bunker, qui remporte la mention spéciale du jury du prix Wepler.

Elle est également l'auteur de trois livres pour enfants publiés à L'École des loisirs, et a traduit plusieurs ouvrages de l'anglais dont L'enchanteur. Nabokov et le bonheur de Lila Azam Zanganeh, Au départ d'Atocha et 10:04 de Ben Lerner, Sex & Rage d'Eve Babitz, Considérations sur le homard de David Foster Wallace.

Son romans sont traduits en italien, en allemand et en chinois.

Elle collabore régulièrement à La Nouvelle Revue française.

De 2013 à 2014, elle est pensionnaire de la villa Médicis[2].

Son quatrième roman, L'Avancée de la nuit, paru en 2017, est dans la sélection du prix littéraire du journal Le Monde, du Prix Medicis, du Prix Femina et du Prix du Livre Inter ; il remporte le Prix du Zorba[3] et le Prix Castel du roman de la nuit[4] et est élu Révélation française de l'année[5] par la rédaction du magazine Lire.

En 2019, elle contribue chaque mois à la chronique "Ecritures" de Libération[6].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Corps volatils, 2007, éditions de l'Olivier
  • Le Londres-Louxor, 2010, éditions de l'Olivier
  • La Blonde et le Bunker, 2012, éditions de l'Olivier
  • L'Avancée de la nuit, 2017, éditions de l'Olivier

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Histoires contre nature, 2006, éditions de l'Olivier
  • Romeo y Julieta (un cratère), 2008, éditions de l'atelier In8

Revues et ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Holmes et moi, 2004, L'École des loisirs
  • Leçon d'équilibrisme no 1, 2004, L'École des loisirs
  • Irina vs Irina, 2012, L'École des loisirs

Ouvrages traduits[modifier | modifier le code]

  • Au départ d'Atocha de Ben Lerner
  • 10:04 de Ben Lerner
  • L'enchanteur. Nabokov et le bonheur de Lila Azam Zanganeh
  • Pièces importantes et effets personnels de la collection Lenore Doolan et Harold Morris, comprenant livres, prêt-à-porter et bijoux. Maison de vente Strachan & Quinn, , 10h et 14h, heure de New York de Leanne Shapton
  • David Foster Wallace. Tout histoire d'amour est une histoire de fantômes de Daniel T. Max
  • Sex & Rage d'Eve Babitz
  • Considérations sur le homard de David Foster Wallace

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • En 2007, Jakuta Alikavazovic est lauréate de la Bourse du Talent écrivain de la fondation Jean-Luc Lagardère
  • En 2008, son roman Corps volatils est distingué par le Prix Goncourt du premier roman
  • En 2012, La Blonde et le Bunker reçoit la Mention Spéciale du jury du Prix Wepler et le Prix de la Page 111
  • En 2013 et 2014, Jakuta Alikavazovic est pensionnaire à la Villa Médicis à Rome
  • En 2017, Prix du Zorba et Prix Castel du roman de la nuit pour L'Avancée de la nuit

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jakuta Alikavazovic », sur Libération.fr (consulté le 23 avril 2020)
  2. (it) « Villa Medicis », sur Site officiel Villa Medicis
  3. « Jakuta Alikavazovic reçoit le prix du Zorba 2017 », sur Livres Hebdo (consulté le 10 mars 2019)
  4. « L'avancée de la nuit de Jakuta Alikavazovic, prix Castel du roman de la nuit 2018 », sur www.actualitte.com (consulté le 10 mars 2019)
  5. « Les 20 meilleurs livres de 2017 selon le magazine Lire », sur Livres Hebdo (consulté le 10 mars 2019)
  6. « Chronique "écritures" », sur Libération

Liens externes[modifier | modifier le code]