Jakob Arjouni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jakob Arjouni
Description de cette image, également commentée ci-après

Jakob Arjouni

Nom de naissance Jakob Michelsen
Naissance
Francfort-sur-le-Main, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Décès (à 48 ans)
Berlin, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale
Distinctions
Deutscher Krimi Preis (1992)
Auteur
Langue d’écriture Allemand
Genres

Œuvres principales

  • Bonne fête, le Turc !
  • Magic Hoffman
  • Les Garages (pièce de théâtre)

Jakob Arjouni, pseudonyme de Jakob Bothe, né Michelsen, né le à Francfort-sur-le-Main, et mort le à Berlin[1], est un écrivain allemand, auteur de roman policier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du dramaturge Hans Günter Michelsen, Arjouni grandit à Francfort. En 1985, après avoir passé son baccalauréat, il fait plusieurs voyages dans le Midi de la France et commence des études de lettres à l'Université de Montpellier[2]. En 1985, il s'installe à Berlin et adopte peu après le nom de famille de son épouse pour signer ses publications[1].

Son premier roman policier, Bonne fête, le Turc (Happy Birthday, Türke!, 1985), publié alors qu'il n'est âgé que de 20 ans[3], est plus tard adapté au cinéma par la réalisateur Doris Dörrie. En 1988, il publie sa première pièce de théâtre, Les Garages. À partir de ce moment, il se consacre entièrement à l’écriture.

Arjouni reçoit le Deutscher Krimi Preis (prix du polar allemand) en 1992 pour son roman Café turc (Ein Mann ein Mord, 1991). Son roman Magic Hoffmann (1996) paraît d’abord comme en feuilleton dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Il se dit influencé par les œuvres de Sergio Leone, Victor Hugo, William Faulkner et Irmgard Keun.

Jakob Arjouni a vécu à Ginestas dans l'Aude et à Berlin où il est décédé le 17 janvier 2013, des suites d'un foudroyant cancer du pancréas[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

L'œuvre d'Arjouni évoque les préoccupations du monde urbain contemporain[1]. Un de ses protagonistes récurrents, le détective privé Kemal Kayankaya, confronte les problèmes du racisme et de la xénophobie dans la métropole cosmopolite de Francfort. Dans Kismet, l'auteur évoque la guerre civile en Yougoslavie. Les néo-nazis, l'antisémitisme et le révisionnisme en Allemagne sont des thèmes dans Magic Hoffmann, Devoirs d'école (Hausaufgaben) et Edelsmanns Tochter. Son livre Chez Max est la vision d'un État et d'une société qui vivent avec les conséquences des Attentats du 11 septembre 2001.

Romans[modifier | modifier le code]

Série policière Kemal Kayankaya[modifier | modifier le code]

  • Happy Birthday, Türke! (Diogenes, 1985) (ISBN 3-257-21544-4)
    Publié en français sous le titre Bonne fête, le Turc !, traduit par Stefan Kaempfer, Paris, Fayard, 1992 (ISBN 2-213-02953-9)
  • Mehr Bier (Diogenes, 1987) (ISBN 3-257-21545-2)
    Publié en français sous le titre Demi pression : une enquête de Kayankaya, traduit par Stefan Kaempfer, Paris, Fayard, 1993 (ISBN 2-213-03079-0)
  • Ein Mann ein Mord (Diogenes, 1991) (ISBN 3-257-22563-6)
    Publié en français sous le titre Café turc, traduit par Stefan Kaempfer, Paris, Fayard, 1992 (ISBN 2-253-14416-9) ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche » no 14416, 1998 (ISBN 2-253-14416-9)
  • Kismet (Diogenes, 2001) (ISBN 3-257-06263-X)
    Publié en français sous le titre Casse-tête de Turc, traduit par Bernard Kreiss, Paris, Fayard, 2003 (ISBN 2-213-61493-8)
  • Bruder Kemal (Diogenes, 2012) (ISBN 978-3-257-06829-0)

Autres romans[modifier | modifier le code]

Recueil de contes et nouvelles[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Die Garage (1988)
  • Nazim schiebt ab (1990)
  • Edelmanns Tochter: theaterstück (1996)

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Pierre Deshusses, Décès de Jakob Arjouni, roi du polar allemand, Le Monde, 24 janvier 2013
  2. a et b Décès de Jakob Arjouni k-libre, 28 janvier 2013
  3. (en)Hail & Farewell: Jakob Arjouni Melville House, 18 janvier 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]