Jairzinho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jairzinho
Jairzinho 1974.jpg
Jairzinho à la Coupe du monde 1974
Biographie
Nom Jair Ventura Filho
Nationalité Drapeau du Brésil Brésil
Naissance 25 décembre 1944 (1944-12-25) (69 ans)
Lieu Rio de Janeiro (Brésil)
Poste Attaquant
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1962-1974 Drapeau : Brésil Botafogo 42 (19) [1]
1974-1975 Drapeau : France Marseille 25 (13)
1975-1977 Drapeau : Brésil Cruzeiro EC 8 (3)
1977-1978 Drapeau : Venezuela Portuguesa FC ? (?)
1978-1979 Drapeau : Brésil EC Noroeste ? (?)
1979-1980 Drapeau : Brésil National FC 2 (0)
1980-1981 Drapeau : Bolivie Wilstermann ? (?)
1981-1982 Drapeau : Brésil Botafogo ? (?)
1982-1983 Drapeau : Colombie Club 9 ? (?)
1983 Drapeau : France Aix-en-Provence ? (?)
1971-1980 Total 87 (35)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1963-1982 Drapeau : Brésil Brésil 81 (33)[2]
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
2003-2005 Drapeau : Gabon Gabon (7v,10n,6d)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Jair Ventura Filho, plus connu sous le nom de Jairzinho, est un ancien footballeur puis entraîneur brésilien né le 25 décembre 1944 à Rio de Janeiro. Comme joueur, il évolue au poste d'attaquant du début des années 1960 jusqu'au début des années 1980. Formé à Botafogo avec qui il remporte deux titres de Champion de Rio, il joue ensuite à l'Olympique de Marseille puis à Cruzeiro où il remporte la Copa Libertadores. Il joue ensuite à Portuguesa FC, EC Noroeste, National FC, Wilstermann principalement.

En équipe du Brésil, il joue 107 matchs (81 officiels) et marque 33 buts. Il joue la Coupe du monde 1966 puis fait partie de l'équipe du Brésil victorieuse de la Coupe du monde 1970 pendant laquelle il réussit l'exploit de marquer pendant toutes les rencontres de la phase finale (7 buts au total). Il finit également avec le Brésil 4e de la Coupe du monde 1974.

Biographie[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Jairzinho naît à Duque de Caxias dans la banlieue nord de Rio de Janeiro le jour de Noël 1944. Sa vitesse et sa frappe de balle le font vite repéré par les entraîneurs de Botafogo où il signe comme amateur en 1961 à l'âge de seize ans. Il joue parfois milieu offensif mais il excelle plutôt comme ailier droit. Il remporte avec les juniors de Botafogo le championnat de Rio trois fois d'affilée (1961,1962,1963).

Il devient professionnel peu de temps après avoir remporté la médaille d'or pour le Brésil en 1963 aux Jeux panaméricains. En 1965, il prend la succession de Garrincha sur l'aile droite de l'attaque de Botafogo et enchante les supporters. C'est à Botafogo qu'il est d'abord appelé Jairzinho, « le petit Jair », surnom qui le distingue de celui qui est alors plus célèbre Jair da Rosa Pinto. C'est dans les tribunes du Maracanã qu'il gagne son surnom Furação, l'ouragan[3].

Il remporte avec Botafogo deux titres de Champion de Rio en 1967 et 1968. Le jour de son anniversaire en 1972, il marque trois buts au grand rival Flamengo pour une victoire historique 6-0.

En octobre 1974, il signe à l'Olympique de Marseille pour 1 250 000 francs (190 000 euros) et rejoint son compatriote Paulo César[4]. Arrivé blessé aux adducteurs, il doit attendre deux mois avant de jouer. Le 13 mai 1975, lors du quart de finale retour de la Coupe de France contre le Paris-Saint-Germain (2-2), il est accusé d'avoir agressé un juge de touche, il proclame son innocence mais est reconnu coupable et condamné à deux ans de suspension dont un avec sursis. Ce jugement signifie la fin de son passage à Marseille.

En 1975, il signe à Cruzeiro EC et marque le but décisif en Copa Libertadores contre CA River Plate. Il est également finaliste de la Coupe intercontinentale 1976 contre le Bayern Munich (0-2).

Jairzinho termine sa carrière en 1982 à Botafogo après avoir joué dans plusieurs clubs au Venezuela, Brésil et Bolivie.

En équipe du Brésil[modifier | modifier le code]

photo en noir et blanc d'un footballeur armant un tir
Jairzinho lors de la Coupe du monde 1974

Jairzinho est appelé pour la première fois sous le maillot auriverde à l'age de 19 ans. Il réussit ses débuts internationaux en marquant contre le Portugal à la 18e minute. Il est sélectionné pour la Coupe du monde 1966, et joue les trois matchs du groupe C.

Lors de la Coupe du monde 1970, Mario Zagallo fait de Jairzinho le titulaire du flanc droit de l'attaque brésilienne, ses coéquipiers se nomment Tostão, Pelé, Rivelino, Gérson. Ses dribbles et sa puissance font merveille dans cette équipe très offensive. Lors de la finale contre l'Italie, Jairzinho offre le second but à Gerson à la 66e minute puis marque sur passe de Pelé à la 71e minute. Le Brésil s'impose 4-1 et devient Champion du Monde.

Jairzinho est l'un des joueurs majeur de la compétition par son jeu et ses buts, il marque à tous les matchs (7 buts). Il inscrit le but de la victoire face à l'Angleterre (1-0), et met fin aux espoirs de retour dans le match du Pérou (4-2) puis de l'Uruguay (3-1).

En 1974, il est de nouveau sélectionné en équipe du Brésil pour la Coupe du monde, il marque deux buts mais le jeu du Brésil est moins flamboyant qu'en 1970 et l'équipe ne termine que 4e battu par la Pologne dans le match pour la 3e place.

Jairzinho joue son dernier match international en mars 1982 lors d'une rencontre contre la Tchécoslovaquie (1-1). Pendant sa carrière internationale il marque 33 buts en 81 matchs officiels.

Parcours d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Une fois sa carrière de joueur terminée, Jairzinho entame une reconversion sur les bancs de touche en devenant entraîneur. En 1991, il devient ainsi l'entraîneur de l'équipe première de São Cristóvão de Futebol e Regatas, un club de Rio de Janeiro qui évolue alors en seconde division du Campeonato Estadual de Rio[5]. Jairzinho côtoie alors un jeune footballeur âgé de 14 ans, Ronaldo, futur double Ballon d'or et triple meilleur footballeur de l'année FIFA. L'attaquant, qui évolue dans le club depuis 1990[5], est remarqué par l'ancien international brésilien en tant que dénicheur de talent pour un duo d'investisseurs qui, rachetant au club les droits d'images et la primauté de la négociation des futurs transferts du joueur, devient son agent à la signature d'un contrat de 10 en août 1992[6],[7]. Associé à l'opération financière dans laquelle il aurait touché 25 000 $ en guise de solde de tout compte de la part de ses anciens partenaires financiers, Jairzinho ne touchera plus aucun émolument[6]. Des années après, et face à la version défendue par le clan Ronaldo, le champion du monde 1970 continue de revendiquer la découverte de Ronaldo[5],[6]. Passé cet épisode, il se mue en agent de joueur et voyage en Chine à partir de 1995, un pays où lui-même envoie certains espoirs brésiliens pris sous son aile[8].

Nommé sélectionneur de l'équipe nationale du Gabon en octobre 2003[9], il échoue à qualifier le pays africain pour la Coupe d'Afrique des nations et de la Coupe du monde organisées en 2006. Il est alors démis de ses fonctions à la fin de l'année 2005 et remplacé par le Français Alain Giresse courant 2006[10].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Jairzinho
  2. (en) « Statistiques de Jairzinho avec la Seleção », sur http://www.rsssf.com (consulté le 16 mars 2010)
  3. (en) « Jairzinho - The Hurricane », sur http://www.beautifulteam.net (consulté le 16 mars 2010)
  4. Alain Pécheral, La grande histoire de l'OM (Des origines à nos jours), L'Équipe,‎ 2007, 507 p. (ISBN 2916400079), « Sur un air de samba », p. 218
  5. a, b et c James Mosley, Ronaldo, The Journey of a Genius, Édimbourg, Mainstream Publishing, 2006, pp. 28-31. (ISBN 978-1-84596-114-5)
  6. a, b et c Jean-Jacques Sévilla, Le phénomène Ronaldo, Plon, 2002, pp. 62-68. (ISBN 2-259-19474-5)
  7. Pascal Ceaux, « Ronaldo, centre d'un monde rond comme un ballon », Le Monde, 13 juillet 1998.
  8. Jean-Jacques Sévilla, « En huit ans, 2 004 footballeurs brésiliens ont choisi l'exil », Le Monde, 31 juillet 1997.
  9. (en) « Jairzinho to coach Gabon », sur news.bbc.co.uk, 18 octobre 2003. Consulté le 11 juin 2010.
  10. « Alain Giresse au Gabon », sur rfi.fr, 6 mars 2006. Consulté le 11 juin 2010.
  11. (pt) Antonio Carlos Napoleão, Roberto Assaf, Confederação Brasileira de Futebol, Seleção brasileira: 1914-2006, Mauad Editora Ltda,‎ 2006, 2e éd., 403 p. (ISBN 9788574781860, lire en ligne), « 1972 - Taça Independência », p. 69

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Source[modifier | modifier le code]

  • Marc Barreaud, Dictionnaire des footballeurs étrangers du championnat professionnel français (1932-1997), L'Harmattan, 1997.