Jafar Hilali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jafar Hilali
Naissance (42 ans)
Rochefort-sur-Mer (Charente-Maritime)
Nationalité Drapeau de la France France
Drapeau du Maroc Maroc
Profession
Autres activités
Président du Racing Club de Strasbourg (2010-2011)

Jafar Hilali, né le à Rochefort-sur-Mer (Charente-Maritime) est un homme d'affaires français.

Alors dirigeant d'une société financière, il est le président du club de football Racing Club de Strasbourg du 10 novembre 2010 au 12 juillet 2011[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et entrepreneuriat[modifier | modifier le code]

Il a été inscrit en thèse de doctorat en Finance, à l'Université de Cergy-Pontoise sous la direction de Jean-Luc Prigent. Son travail de recherche était intitulé "Marchés Financiers : analyse statistique et théorique de l’impact des sauts dans la dynamique des prix".

Il devient en février 2006 administrateur de Carousel Finance, société fondée trois mois plus tôt par Yvan Faoro[2], un Suisse "soupçonné d'avoir pillé plusieurs entreprises de travaux publics" à La Réunion à la fin des années 1990[3].

En 2007, Carousel Finance participe à la mise en place d'un fonds de développement des PME au Cameroun, par l'intermédiaire de Thierry Lefébure, un lobbyiste proche des réseaux balladuriens, et Ricaldo Zavala, un trader un temps soupçonné de délit d'initié dans l'affaire Pechiney Triangle[4]. Ce fond sera finalement un échec[5].

En mars 2014, il fonde Fightor, une organisation d'arts martiaux mixtes, en collaboration avec Makhtar Gueye.

Parcours au Racing Club Strasbourg[modifier | modifier le code]

Hilali actionnaire[modifier | modifier le code]

Le , les parts de l'actionnaire majoritaire du Racing Club de Strasbourg, Philippe Ginestet, sont rachetées par une société anglaise FC Football Capital LtD[6]. En conférence de presse, le nouveau président du club Julien Fournier déclare que les deux nouveaux actionnaires du club sont un Estonien, Roman Loban et un certain "Monsieur Jafar[6]". Deux jours plus tard, Jafar Hilali contacte la presse et affirme qu'il n'est que le représentant d'un autre français, Alain Fontenla[7]. Fontenla sera effectivement le principal personnage public incarnant l'actionnariat du club pendant plusieurs mois, mais Jafar Hilali a en réalité toujours été le donneur d'ordre, ce qu'il a reconnu lui-même[8].

Au terme de la saison 2009-2010, le RCS est relégué en National pour la première fois de son histoire. L'actionnaire avait notamment déstabilisé l'entraîneur de l'équipe Pascal Janin en contactant Rolland Courbis pour lui demander de composer le onze de départ avant un match décisif à Châteauroux[9].

Jafar Hilali s'est longuement exprimé sous pseudonyme sur un site de supporters du Racing Club de Strasbourg[10],[11]. Il y a notamment établi un parallèle entre la gestion d'un club de football et la théorie du chaos[12].

Le , à la suite d'un match contre l'Étoile Football Club Fréjus Saint-Raphaël au cours duquel des banderoles critiques à son endroit ont été déployées en sus de chants injurieux, il décide de fermer pour trois matches le quart de virage nord-ouest de la Meinau, tribune où se regroupent les supporters les plus démonstratifs. Il établit à cette occasion un parallèle entre la situation à Strasbourg et les événements dramatiques survenus autour du Parc des Princes[13] alors qu'"il n'y a eu aucun incident notable à la Meinau depuis plusieurs années[14]". Cette mesure est condamnée par la municipalité[15] et les Dernières Nouvelles d'Alsace comparent même le propriétaire du Racing à Ubu roi[16]. Une dizaine de jours plus tard, Jafar Hilali revient sur sa décision, celle-ci étant par ailleurs difficilement applicable sans action des pouvoirs publics[17].

Présidence du club[modifier | modifier le code]

Le , Jafar Hilali succède à Jean-Claude Plessis à la présidence du club[18]. Plessis est à cette occasion le troisième président en moins d'un an à quitter son poste sur fond de désaccords avec les actionnaires, après Julien Fournier et Luc Dayan[19].

Le , Jafar Hilali et Alain Fontenla sont déboutés en première instance par le Tribunal de grande instance de Paris à la suite de leur plainte contre Dominique Pignatelli pour "diffamation et injures publiques". Cette plainte concernait les propos tenus par cet actionnaire minoritaire du racing dans le bihebdomadaire France Football daté du . Alain Fontenla et Caroussel sont condamnés à payer 3000 € à Dominique Pignatelli.

À la suite de son intronisation, Jafar Hilali a notamment défendu un projet de nouveau stade près d'Eckbolsheim dans le cadre de la relance de la candidature de Strasbourg pour l'Euro 2016. Ce projet était chiffré aux alentours de 85 000 000€ hors taxe et aménagements, financés majoritairement par des fonds publics[20]. Le , la municipalité refuse de financer ce projet alternatif. Selon l'adjoint aux finances Alain Fontanel, le dossier présenté par Jafar Hilali n'était constitué que de lettres de constructeurs de quelques pages s'engageant sur un prix sans prendre en compte l'ensemble des répercussions d'une telle construction, et ce alors que le dossier précédent porté par la municipalité faisait une centaine de pages[21].

Le , il annonce vouloir jouer la dernière rencontre de la saison à huis clos à la Meinau et d'assister au match, en se posant notamment en hélicoptère afin d'éviter la foule[22]. Le Racing doit affronter Bayonne le et peut alors encore espérer terminer sur le podium du championnat de National, synonyme de montée en Ligue 2. Jafar Hilali invoque son incapacité à assurer la sécurité des spectateurs pour motiver sa décision[23]. La Mairie et la FFF expriment leur hostilité envers cette idée de huis clos[24],[25]. Une réunion est organisée le à la préfecture de Strasbourg pour discuter du problème. À l'issue de celle-ci, Jafar Hilali renonce au huis clos et la billetterie peut rouvrir[26]. La nouvelle est annoncée dans un communiqué provocateur sur le site web du club, illustré par la photo d'un hélicoptère de l'armée survolant le Stade de France[27]. Le lendemain, près de 9 500 spectateurs assistent à la rencontre. Hilali est absent[28].

Le , Jafar Hilali annonce dans un communiqué publié sur le site officiel du RCS qu'il envisage de distribuer 200 000 € de primes aux joueurs de Rouen s'ils battent Guingamp lors de la dernière journée du National. Seule une victoire des Rouennais permettrait en effet aux Strasbourgeois de devancer les Guingampais et d'accéder à la L2. Le , la FFF rappelle que cette pratique est formellement interdite et somme Jafar Hilali de retirer le communiqué du site officiel[29]. Elle saisit en outre le Conseil national de l’éthique. Ledit communiqué est retiré et Jafar Hilali annonce renoncer à cette entreprise[30]. La rencontre Rouen-Guingamp se solde finalement par la victoire des Bretons 1-3. Guingamp reprend la 3e place du championnat et Strasbourg échoue dans sa quête de montée en Ligue 2.

À la suite de cet échec sportif, Jafar Hilali a annoncé officiellement qu'il ne demanderait plus le statut professionnel pour la saison suivante, ce qui, de par le règlement de la FFF, interdit au club de retrouver le professionnalisme avant deux saisons, et donc de remonter en Ligue 2 durant cette période[31].

Le 9 juin 2011, le Racing passe devant la DNCG de la Ligue avec un budget réduit. La DNCG se déclare incompétente du fait de l'abandon du statut professionnel et transmet le dossier à la DNCG de la FFF[32]. À la suite de la pression des pouvoirs publics, Jafar Hilali annonce qu'il change d'avis et demande finalement le statut professionnel[33].

Il déclare alors le club en vente, ou plus exactement la société Carousel Finance SA, qui détient les parts du club, mais pour lequel il n'existe aucun droit de préemption[34]. Afin de faire monter les enchères, il n'hésite pas à envoyer un mail factice à l'un des repreneurs potentiels[35].

Une nouvelle offre, de Sébastien Graeff, est acceptée par Hilali. Mais à la suite de la confirmation de la relégation du Racing en CFA par la DNCG, la vente est annulée le [36].

Le il vend le club pour la somme « symbolique » d'un euro à un supporteur du Racing Club de Strasbourg[37], qui rêve de faire du Racing Club de Strasbourg un nouveau FC Barcelone en appliquant une politique de socios. Celui-ci se verra refuser le poste de président du Racing par le conseil de surveillance du club, qui réclame un administrateur provisoire[38].

Après la présidence[modifier | modifier le code]

Le , Jafar Hilali, contacté par Frédéric Sitterlé, aurait déjeuné avec lui; situation improbable dans la mesure où Sitterlé s'est appliqué à être l'exacte antithèse de Hilali[39].

Le , un site internet affirme que Jafar Hilali serait prêt à racheter le FC Nantes-Atlantique avec le concours d'investisseurs chinois, information rapidement démentie par Waldemar Kita[40].

Dès le , Jafar Hilali se dit prêt à racheter à nouveau le Racing Club de Strasbourg[41]. Quand, le , on lui demande pourquoi est ce qu'il veut réinvestir dans le football, il répond « Ma force est de ne pas être issu de ce milieu. J’ai un recul sur l’organisation du football tout en ayant vécu une expérience unique, enrichissante et fascinante[42]. »

Le , on apprend que Jafar Hilali se serait déplacé à Mulhouse où il aurait rencontré Alain Dreyfus, et visité les infrastructures du FC Mulhouse, dont le stade de l'Ill[43]. Jean-Jacques Memheld, le secrétaire général du FC Mulhouse, a ensuite affirmé à la presse locale « Sa visite était strictement personnelle et n’avait absolument rien d’officielle » avant de compléter en disant « Il n’a pas mis un pied dans les bureaux du club. Que ce soit clair, le FCM ne l’intéresse pas du tout[44]. »

En novembre 2014, poursuivi par certains anciens collaborateurs dont Christophe Cornélie, ancien Directeur général du club, Jafar Hilali est entendu par le tribunal de Genève. À cette occasion, l'ancien président révèle certaines pratiques floues de la gestion du club, comme le paiement de certains salaires depuis son compte bancaire personnel[45]. En février 2015, l'hebdomadaire France Football réalise un dossier sur les « escrocs du foot » et classe Hilali en septième position dans son Top 10 des « repreneurs les plus bidons » de l'Histoire du football[46].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Plessis n'est plus président lequipe.fr
  2. Notifications des registres du commerce de Carousel Finance SA, Genève
  3. Depuis six mois, un Suisse est devenu la bête noire de l'océan Indien, Le Matin
  4. SCANDALE PECHINEY: LE RAPPORT VÉRITÉ, lexpress.fr
  5. Les 10 échecs du régime Bia
  6. a et b [http://www.lalsace.fr/fr/article/2423609,1202/Football-le-Racing-entre-dans-une-nouvelle-ere-ce-matin.html Racing : la société FC Football Capital Limited prend les commandes, Julien Fournier président Racing : la société FC Football Capital Limited prend les commandes, Julien Fournier président sur lalsace.fr
  7. "Fontenla, premier actionnaire", Dernières Nouvelles d'Alsace, du 6 décembre
  8. "J'aurais du dire dès le départ que c'est moi qui décidait", interview à France 3 Alsace, 10 novembre 2010
  9. Courbis homme de l'ombre, lalsace.fr
  10. Jafar Hilali s'est exprimé sur internet cieletblanc.com, 2 septembre 2010
  11. "Hilali fait preuve du même ostracisme au sein de la presse régionale, appliquant ainsi sa « fameuse théorie du chaos. » Celle-là même qu’il avait détaillée il y a quelque temps, sous un pseudonyme désormais connu de tous, sur le site internet « Racingstub » qui regroupe des supporters strasbourgeois." Les supporters demandent poliment lalsace.fr, 24 octobre 2010
  12. Message sur racingstub.com 16 février 2010
  13. Jafar Hilali ferme la tribune des supporters DNA, 9 octobre 2010
  14. L'Equipe, 10 octobre 2010
  15. Réactions « C’est grotesque » lalsace.fr, 10 octobre 2010
  16. La solitude d'Ubu dna.fr, 11 octobre 2010
  17. « Racing : Jafar Hilali annonce aux supporters que leur tribune sera ouverte samedi »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) lalsace.fr 18/10/2010
  18. Plessis n'est plus président francefootball.fr 11 novembre 2010
  19. A l'heure du changement lalsace.fr 10 novembre 2010
  20. Comme des bleus sur lalsace.fr 19/12/2010
  21. Euro 2016 Définitivement non lalsace.fr 06/01/2011
  22. Jafar 1er en hélico sur lalsace.fr 16/05/2011
  23. La fête gâchée ? sur dna.fr 15/05/2011
  24. La Ville saisit la préfecture sur lalsace.fr 16/05/2011
  25. La Fédération s’y oppose sur lalsace.fr 18/05/2011
  26. Pas de huis clos pour le match Racing - Bayonne demain soir sur lalsace.fr 19/05/2011
  27. Screenshot de la page avant son retraitScreenshot
  28. Une semaine insoutenable sur lalsace.fr 21/05/2011
  29. Mise en demeure au président du RC Strasbourg sur fff.fr 27/05/2011
  30. Communiqué sur rcstrasbourg.fr 27/05/2011
  31. Monter ou mourir lalsace.fr 27/05/2011
  32. Le dossier transmis à la DNCG fédérale lalsace.fr 09/06/2011
  33. Racing : le statut pro maintenu, un groupe européen dans la danse sur lalsace.fr 11/06/2011
  34. Communiqué de Carousel Finance SA - 7 juin 2011Site officiel du RCS 07/06/2011
  35. Un mail de nulle part lalsace.fr 16/06/2011
  36. Cette fois, c'est fini lalsace.fr 11/06/2011
  37. Un nouveau patron à 1€ sur lalsace.fr 12/07/2011
  38. Racing Club de Strasbourg: la direction réclame un administrateur provisoire sur leparisien.fr 13/07/2011
  39. Stéphane Godin, « Sitterlé et Hilali, les convives », sur lalsace.fr, (consulté le 19 février 2012)
  40. « Où l’on reparle de Jafar Hilali », sur dna.fr, (consulté le 26 février 2012)
  41. Jonathan Helbling, « Le retour de Jafar ? », sur totalsportlive.com, (consulté le 3 mai 2012)
  42. Steve Beretta, « Jafar Hilali : « Mentir est une obligation vitale ! » », sur totalsportlive.com, (consulté le 3 mai 2012)
  43. « Jafar Hilali a visité le stade de l’Ill lundi », sur lalsace.fr, (consulté le 3 mai 2012)
  44. P.C., « Hilali en touriste », sur lalsace.fr, (consulté le 3 mai 2012)
  45. François Namur, « Hilali a toujours des ennuis », sur lalsace.fr, (consulté le 26 novembre 2016)
  46. Floréal Hernandez, « Racing: Jafar Hilali dans le top 10 des repreneurs bidon de «France Football» », sur 20minutes.fr, (consulté le 26 novembre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Navigation[modifier | modifier le code]